Charles Derosne

Charles Derosne, dont le nom complet est Louis-Charles Derosne, est un pharmacien, chimiste et industriel français, né à Paris en 1780, mort en 1846.

Charles Derosne
Biographie
Naissance
Décès
(à 66 ans)
Paris
Sépulture
Nom de naissance
Louis-Charles Derosne
Nationalité
française
Activités
Fratrie
Autres informations
Membre de

Biographie

Louis-Charles Derosne est né le 23 janvier 1780[1] (ou 1779). Ses parents, qui se sont mariés en 1770, sont François Derosne (1743-1796), maître en pharmacie et associé de son cousin Louis-Claude Cadet de Gassicourt dans la pharmacie « Cadet-Derosne » du 115, rue Saint-Honoré, et Anne Godefroy. Louis-Charles est le second garçon de la famille, son ainé étant Jean-François né le 18 juillet 1774[2].

Il fut l'un des premiers en France à fabriquer le sucre de betterave en 1811 peu après Benjamin Delessert. Il obtint le noir animal par la fabrication des os, reconnut la propriété décolorante du charbon et l'appliqua à la purification des sirops de sucre (1813). Il fonda un atelier en 1818 pour la fabrication d'appareils de distillation 7, rue des Batailles (à l'emplacement de l'actuelle avenue d'Iéna) à Chaillot.

Cet atelier relativement modeste fut transformé et étendu par association avec Jean-François Cail, en un établissement pour la construction d'appareils de sucrerie, de machines à vapeur de locomotives, de presses monétaires et de machines-outils, la Société Ch.Derosne et Cail. L'entreprise se développa avec création d'usines à Denain, Bruxelles, Valenciennes, Douai, Amsterdam et à Grenelle à proximité de l'usine de Chaillot sur l'autre rive de la Seine et devint une des plus importantes du monde avec plus de 1 200 ouvriers mécaniciens.

L'usine de Chaillot qui fut détruite par un incendie en 1865 et transférée dans celle du quai de Grenelle, à Paris 15e , était dans les années 1850 et 1860 la plus grande usine de la capitale[3].

Charles Derosne a traduit de l'allemand le Traité de Franz Karl Achard sur le sucre de betterave.

Adolphe Lebaudy épousera sa fille.

Notes et références

  1. Jean Flahaut, 2005, p. 227
  2. Jean Flahaut, 2005, p. 223
  3. Anne Calitte, « Cail, constructeur de locomotives », Revue du Nord, (lire en ligne)
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean-Louis Thomas, Jean-François Cail : Un acteur majeur de la première révolution industrielle, Association C.A.I.L., , 330 p. (ISBN 9782952207003), chap. 2 (« Paris et la rencontre du destin »), p. 27-48,
  • Jean Flahaut, « Les Derosne, pharmaciens parisiens, de 1779 à 1855. », Revue d'histoire de la pharmacie, vol. 93ᵉ année, no 346, , p. 221-234 (lire en ligne, consulté le 8 avril 2016).

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du chemin de fer
  • Portail de la production industrielle
  • Portail de la pharmacie
  • Portail de la chimie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.