Charles Sauvestre

Charles Sauvestre, né le et mort le , est un journaliste, écrivain et militant anticlérical français.

Pour les articles homonymes, voir Sauvestre.

Charles Sauvestre

Nom de naissance Nicéphore Charles Sauvaître[1]
Naissance
Le Mans
Décès [2]
Paris
Nationalité Française
Profession Journaliste
Spécialité éditorialiste
Autres activités écrivain
Distinctions honorifiques officier d'académie[2]
Médias
Pays France
Média Presse écrite
Fonction principale rédacteur de l' Opinion nationale
Presse écrite l'Opinion nationale

Biographie

Fils d'une lingère et d'un cordonnier[3], il arrête ses études pour devenir ouvrier typographe puis devient instituteur et maître de pension à Bonnétable. Il épouse Claire Clairian, institutrice de sept ans son aînée[4]. Le couple a un enfant, Stephen Sauvestre. Charles Sauvestre démissionne de son poste d'instituteur en 1848 et commence une carrière de journaliste, d'abord au courrier du Loir-et-Cher, puis à Paris à La Démocratie pacifique entre novembre 1848 et juin 1849. En 1851, il écrit à la Tribune de la Gironde. Il fonde la Revue Moderne en 1857 et écrit dans La Presse en 1858. Il visita l'Orient et l'Italie en 1859 en accompagnant un prince étranger dont il était le précepteur[5],[6]. Il est devenu célèbre par sa rubrique mes lundis dans l'Opinion nationale entre 1859 et 1873 qui traite d'enseignement public et de lutte anticléricale[7]. En 1871, il crée l'Enseignement laïque et collabore au National.

Il est arrêté le 27 mai 1871 car il soutient un prisonnier[8].

Selon Eugène Tavernier, « c'est un anti-clérical furieux et maniaque »[9].

Jules Levallois le décrit comme

« un gros homme tout réjoui lorsqu'il n'était pas en colère, et il ne s'y mettait sérieusement que lorsqu'on prononçait devant lui le mot de «prêtre». Un curé par jour, disait-on, et un évêque le dimanche, voilà la ration de Sauvestre. Il était Manceau et, comme les gens de son pays, d'humeur très chocarde. A la moindre polémique philosophique ou religieuse, sa large figure, trouée comme une écumoire par la petite vérole, se colorait rapidement; ses petits yeux bridés par ses joues lançaient des éclairs[10]. »

Il meurt d'un rhumatisme au cœur le 26 octobre 1883.

Journaux

  • Le Courrier de Loir-et-Cher;
  • Démocratie pacifique;
  • La Tribune de la Gironde;
  • La Revue moderne;
  • La Presse;
  • L'Opinion nationale;
  • Le National;
  • l'Enseignement laïque, Écho des instituteurs.

Publications

Article connexe

Liens externes

Notes et références

  • Portail de la presse écrite
  • Portail de la France au XIXe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.