Ching Johnson

Ivan Wilfred Johnson, surnommé Ching (né le à Winnipeg, dans la province du Manitoba au Canada, mort le à Silver Spring, dans l'État du Maryland aux États-Unis), est un joueur professionnel canadien de hockey sur glace[1] qui a joué pour les Rangers de New York et les Americans de New York, équipes de la Ligue nationale de hockey. Il est membre de l'équipe originale des Rangers et remporte par la suite deux Coupes Stanley avec eux. Il est nommé à quatre reprises dans les équipes d'étoiles de la LNH et joue également lors du match au bénéfice d'Ace Bailey, le premier Match des étoiles de l'histoire de la ligue.

Vous lisez un « bon article ».
Pour les articles homonymes, voir Ivan Johnson.
Ivan Johnson
Surnom(s) Ching
Ivan the Terrible
Nationalité Canada
Naissance ,
Winnipeg (Canada)
Décès ,
Silver Spring (États-Unis)
Entraîneur chef décédé
A entraîné LAH
Lions de Washington
AHA
Millers de Minneapolis
Activité 1938-1943
Joueur décédé
Position Défenseur
Tirait de la gauche
A joué pour LNH
Rangers de New York
Americans de New York
AHA
Millers de Minneapolis
Carrière pro. 1925-1954

Temple de la renommée : 1958

Vétéran de la Première Guerre mondiale, Johnson ne commence à jouer au hockey au plus haut niveau qu'à l'âge de 28 ans alors qu'il fait le saut dans la Ligue nationale de hockey. Reconnu comme l'un des meilleurs hommes forts de l'histoire du hockey, il est un favori de la foule quand il joue ses 436 matchs avec les Americans et les Rangers. Il finit sa carrière en rejoignant pour ses dernières saisons les ligues mineures en tant que joueur, entraîneur et officiel. Johnson est admis au Temple de la renommée du hockey en 1958, il est également membre du Manitoba Sports Hall of Fame et du Manitoba Hockey Hall of Fame.

Biographie

Enfance et débuts

Ivan Johnson naît à Winnipeg au Manitoba le . Il est un joueur accompli de football[Note 1] et de crosse dans son enfance[2]. Il joint le Corps expéditionnaire canadien en 1916 et se bat pendant trois ans dans les tranchées françaises aux commandes d'un mortier[3]. Après la guerre, il retourne à Winnipeg et travaille dans une compagnie de lumière électrique[3]. Il joue au hockey de compétition pour la première fois en 1918[1] alors qu'il joint les Monarchs de Winnipeg dans la Winnipeg Senior Hockey League[2]. Après deux saisons avec les Monarchs, il déménage à Eveleth où il joint l'équipe local pour jouer trois saisons dans la United States Amateur Hockey Association. Puis il joue trois saisons à Minneapolis, jouant la saison 1925-1936 avec les Millers de Minneapolis[1]. Il est nommé étoile de la ligue en défense en 1924 et 1926[4].

Surnommé « Ivan the Terrible » à ses débuts, Johnson reçoit le surnom de « Ching » lorsque des supporteurs du défenseur crient « Ching, Ching Chinaman » pour l'encourager, Chinaman signifiant « homme de Chine »[5]. Même s'il est de descendance irlandaise, il est surnommé « Chinaman », « Chink », puis finalement « Ching » puisqu'il est considéré comme ayant un visage asiatique[3]. Son type de défensive physique le rend populaire auprès des supporteurs ; il est souvent vu avec un large sourire lorsqu'il donne ou reçoit une mise en échec pendant un match[6].

Carrière dans la LNH

En 1931-1932, Johnson perd le Trophée Hart au profit d'Howie Morenz par un seul vote.

À la suite de cette saison, Johnson et son partenaire en défense Taffy Abel sont recrutés pour jouer avec la nouvelle franchise des Rangers de New York de la Ligue nationale de hockey[1]. À la signature de son contrat, Johnson a 28 ans et il insiste pour avoir un contrat de trois ans, persuadé qu'il n'en signerait pas d'autres par la suite[3]. Il fait ses débuts dans la LNH lors du match d'ouverture des Rangers le au cours d'une victoire de un à zéro contre les Maroons de Montréal[7]. Défenseur physique et robuste[3], Johnson participe à seulement 27 des 44 matchs des Rangers cette saison en raison d'une clavicule cassée[8], mais finit quand même deuxième des Rangers au niveau des pénalités avec un total de 66 minutes[9]. En 1927-1928, ses 146 minutes de pénalités le font terminer au premier rang de son équipe et au deuxième de la LNH derrière les 165 d'Eddie Shore des Bruins de Boston[10]. Offensivement, il réussit sa meilleure saison avec 10 buts[11]. Deuxièmes de la saison régulière, les Rangers parviennent à remporter la finale de la Coupe Stanley contre les Maroons de Montréal [12]. De plus, il reçoit le plus grand nombre de votes des partisans pour la récompense du joueur le plus utile[Note 2] des équipes de hockey sur glace basées à New York[13].

Johnson rate une grande partie de la saison 1928-1929 après s'être cassé la cheville lors d'un match en décembre contre les Maroons[14]. Quelques jours plus tard, il doit être secouru d'un feu dans l'hôpital de Montréal dans lequel il est en convalescence[15]. Il manque pratiquement l'intégralité de la saison 1928-1929, mais il est en mesure de revenir au jeu pour les séries éliminatoires. Il aide alors les Rangers à atteindre la finale mais ils sont défaits par les Bruins de Boston[16].

Après trois saisons passées avec les Rangers, le contrat de Johnson arrive donc à échéance. La franchise qui ouvre son camp d'entraînement a des réticences à accepter les prétentions salariales du joueur[17]. En novembre, ne voyant pas la situation se débloquer, il menace de prendre sa retraite[18] mais finalement les deux parties s'entendent pour une nouvelle période de trois ans[19]. Il joue 30 matchs avec les Rangers cette saison, mais en manque encore une fois une bonne partie en raison d'une mâchoire brisée[20]. Johnson revient à nouveau à temps pour les séries éliminatoires, mais doit porter un masque d'acier pour protégé son visage alors que son équipe est éliminée en demi-finale[3].

Johnson reste en santé pour l'intégralité de la saison 1930-1931 ; il joue les 44 matchs de son équipe et est nommé dans la seconde équipe d'étoiles en tant que défenseur[11]. Au cours de la saison suivante, il ne manque qu'une rencontre et est nommé dans la première équipe d'étoiles. Alors que son équipe perd en finale de la Coupe Stanley, Johnson est dans la course pour remporter le Trophée Hart du joueur le plus utile de la ligue. Il finit deuxième, un vote derrière Howie Morenz, joueur vedette des Canadiens de Montréal[21]. Il est encore nommé dans la première équipe d'étoiles en 1932-1933 alors que les Rangers remportent leur deuxième Coupe Stanley en battant les Maple Leafs de Toronto 3 matchs à 1[1].

En 1933-1934, Johnson est encore nommé dans une équipe d'étoiles, et ce pour une quatrième fois d'affilée. Cette fois-ci, il s'agit de la seconde équipe d'étoiles[11]. Il participe également au premier Match des étoiles de la Ligue nationale de hockey, non officiel, lorsque la ligue organise un match au bénéfice du joueur des Maple Leafs, Ace Bailey, dont la carrière prend fin à la suite d'un choc en début de saison[1]. Johnson songe à la retraite après cette saison puisqu'il est encore en conflit avec l'organisation des Rangers au sujet d'un nouveau contrat, mais signe finalement une prolongation avant le début de la saison[22]. Sa saison 1934-1935 est encore ralentie par une blessure, mais il est encore en mesure de revenir pour les séries éliminatoires[23].

Avant la saison 1936-1937, Johnson signe un contrat avec les Rangers pour prendre le rôle l’entraîneur de la défense de l'équipe en plus de son poste de titulaire[24]. Il joue 35 matchs, mais ne marque aucun point[11]. Alors qu'il joue peu et qu'une équipe mineure lui propose un poste d’entraîneur, il demande aux Rangers de le libérer à la fin de la saison[25]. Pensant que Johnson est devenu trop lent pour jouer au plus haut niveau, l'équipe accepte sa demande[3]. Malgré tout, il signe pour sa dernière saison dans la LNH avec les Americans de New York[26].

Après la LNH

À l'âge de 40 ans, Johnson retourne avec les Millers de Minneapolis en tant que joueur et entraineur pour la saison 1938-1939. Il devient rapidement la vedette la plus connue de l'Association américaine de hockey et attire les spectateurs dans les matchs où il est présent[27]. Il est nommé dans la seconde équipe d'étoiles de l'AHA en 1939[4],[28]. Il reste avec ses deux emplois durant deux saisons avec de démissionner en 1940[29]. Il devient ensuite entraineur en Californie[30], avant de revenir dans l'est du pays pour entrainer les Lions de Washington dans la Ligue américaine de hockey[3]. Il office également en tant qu'arbitre dans l'Eastern Hockey League. Durant un match en 1944 au cours duquel il est juge de ligne, Johnson oublie qu'il n'est plus joueur et met en échec l'un d'eux. Lorsqu'il se fait interroger sur l'incident à la suite de la partie, il dit que c'est l'instinct qui lui a fait faire la mise en échec[31].

En reconnaissance de sa carrière, Johnson est admis au Temple de la renommée du hockey en 1958[1] puis au Manitoba Sports Hall of Fame and Museum en 1994[2]. Membre honoraire du Manitoba Hockey Hall of Fame, il est désigné comme faisant partie de sa seconde équipe d'étoiles du siècle[32].

Après avoir arrêté le hockey, Johnson travaille dans la construction à Washington[33] puis se retire dans la communauté avoisinante de Silver Spring au Maryland[3]. Lui et sa femme Ellen ont deux enfants : Geraldine et James. Il a quatre petits-enfants et un arrière petit-enfant au moment de sa mort en 1979[6].

Statistiques

Comme joueur

Statistiques par saison[11],[34]
Saison Équipe Ligue Saison régulière Séries éliminatoires
PJ  B   A  Pts Pun PJ  B   A  Pts Pun
1918-1919Monarchs de WinnipegWSrHLStatistiques indisponiblesStatistiques indisponibles
1919-1920Monarchs de WinnipegWSrHL763910-----
1920-1921Rangers d'EvelethUSAHAStatistiques indisponiblesStatistiques indisponibles
1921-1922Rangers d'EvelethUSAHAStatistiques indisponiblesStatistiques indisponibles
1922-1923Rangers d'EvelethUSAHA2040426-----
1923-1924Millers de MinneapolisUSAHA20931234-----
1924-1925Rockets de MinneapolisUSAHA4080843-----
1925-1926Millers de MinneapolisLCH38155199232026
1926-1927Rangers de New YorkLNH273256620006
1927-1928Rangers de New YorkLNH4310616146911246
1928-1929Rangers de New YorkLNH900014600026
1929-1930Rangers de New YorkLNH3033682400014
1930-1931Rangers de New YorkLNH4426877410117
1931-1932Rangers de New YorkLNH4731013106720224
1932-1933Rangers de New YorkLNH488917127810114
1933-1934Rangers de New YorkLNH482688220004
1934-1935Rangers de New YorkLNH262353430002
1935-1936Rangers de New YorkLNH4753858-----
1936-1937Rangers de New YorkLNH34000290114
1937-1938Americans de New YorkLNH320001060002
1938-1939Millers de MinneapolisAHA47291160-----
1939-1940Millers de MinneapolisAHA4804426-----
1940-1941Ironmen de MarquetteNMHLStatistiques indisponiblesStatistiques indisponibles
1943-1944Wolves d'HollywoodPCHLStatistiques indisponiblesStatistiques indisponibles
1953-1954Flyers d'EdmontonWHL195056-----
Totaux LNH 43538488680860527159

Comme entraineur

Statistiques par saison[34]
Saison Équipe Ligue PJ  V   D  N  Séries éliminatoires
1938-1939Millers de MinneapolisAHA5431176Perd au 1er tour
1939-1940Millers de MinneapolisAHA4826220Perd au 1er tour
1941-1942Lions de WashingtonLAH5620306Perd au 1er tour
1942-1943Lions de WashingtonLAH5614348Non qualifié

Trophées et honneurs personnels

Notes et références

Notes

  1. En Amérique du Nord, le football représente le football américain ou canadien et non le football, qui porte le nom de soccer.
  2. Le terme de joueur le plus utile correspond au meilleur joueur ou encore Most Valuable Player (MVP) en anglais.

Références

  1. (en) « Ching Johnson, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 4 février 2012)
  2. (en) « Ivan "Ching" Johnson », Manitoba Sports Hall of Fame and Museum (consulté le 13 novembre 2010)
  3. Podnieks 2003, p. 407
  4. Duplacey et Zweig 2010, p. 263
  5. Halligan 2003, p. 20
  6. (en) Deane McGowen, « Ching Johnson, star of Rangers in 20's and 30's, is dead at 81 », New York Times, (consulté le 14 novembre 2010)
  7. (en) Lawrence Seabury, « Ranger six wins debut in Garden », New York Times, (consulté le 13 novembre 2010)
  8. (en) « Pirates and Rangers to meet here this evening », Pittsburgh Press, (consulté le 2 janvier 2011)
  9. (en) « 1926–27 New York Rangers statistics », The Internet Hockey Database (consulté le 2 janvier 2011)
  10. (en) « 1927–28 NHL league leaders », The Internet Hockey Database (consulté le 13 novembre 2010)
  11. (en) « Ching Johnson, statistics awards and career, honoured member », sur Legends of Hockey Net (consulté le 13 novembre 2010)
  12. (en) « New York Rangers 1927–28 », Hockey Hall of Fame (consulté le 13 novembre 2010)
  13. (en) New York Times, « Johnson gets hockey cup », (consulté le 13 novembre 2010)
  14. (en) Grover Theis, « Johnson, Rangers, has broken ankle », New York Times, (lire en ligne, consulté le 25 août 2014)
  15. (en) « Ching Johnson Carried Down Fire Escape When Flames Imperil Montreal Hospital », New York Times, (lire en ligne, consulté le 25 août 2014).
  16. (en) « Rangers and Boston teams meet tonight », Pittsburgh Press, , p. 31 (lire en ligne, consulté le 25 août 2014)
  17. (en) « Ching Johnson remains holdout », Montreal Gazette, , p. 17 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  18. (en) « "Ching" Johnson to quit hockey », Ottawa Citizen, , p. 11 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014)
  19. (en) « Ching Johnson signs », New York Times, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  20. (en) « Hockey: Four games tonight », Milwaukee Journal, , p. 2 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  21. (en) « Morenz again wins Dr. D. Hart Trophy », Ottawa Citizen, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  22. (en) « Warming up the ice », New York Times, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  23. (en) « Johnson to skate in play-offs », New York Times, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  24. (en) « Ching Johnson signs », Montreal Gazette, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  25. (en) « Remaining original Rangers growing weary », Windsor Daily Star, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  26. (en) « "Ching" Johnson joins Americans », Ottawa Citizen, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  27. (en) « "Ching" Johnson minor loop hero », Ottawa Citizen, , p. 10 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  28. « Ivan Johnson - Statistiques », sur www.nhl.com (consulté le 4 novembre 2014)
  29. (en) « Ching Johnson quits as coach », New York Times, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  30. (en) « Casual close-ups », Montreal Gazette, , p. 16 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014).
  31. Kreiser et Friedman 1996, p. 26
  32. (en) « Ivan Wilfrid (Ching) Johnson », Manitoba Hockey Hall of Fame (consulté le 22 octobre 2014).
  33. (en) « Boucher recalls memories of his 25 years », Regina Leader-Post, , p. 21 (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2014)
  34. (en) « Ching Johnson hockey statistics & profile », sur The Internet Hockey Database (consulté le 22 octobre 2014) .
  35. (en) « Ivan Johnson », sur Eliteprospects.com (consulté le 24 octobre 2014).

Bibliographie

  • (en) James Duplacey et Eric Zweig, Official Guide to the Players of the Hockey Hall of Fame, Firefly Books, , 544 p. (ISBN 978-1-55407-662-8 et 1-55407-662-5)
  • (en) Joe Halligan, Images of Sports : The New York Rangers, Arcadia Publishing, , 128 p. (ISBN 978-0-7385-1228-0, lire en ligne)
  • (en) John Kreiser et Lou Friedman, The New York Rangers : Broadway's Longest Running Hit, Sports Publishing LLC, , 360 p. (ISBN 1-57167-041-6, lire en ligne)
  • (en) Andrew Podnieks, Players : The ultimate A–Z guide of everyone who has ever played in the NHL, Toronto, Doubleday Canada, , 959 p. (ISBN 0-385-25999-9)
  • Portail du hockey sur glace
  • Portail du Manitoba
La version du 16 novembre 2014 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.