Classe Oscar

Le Projet 949 Granit et le Projet 949A Anteï sont des sous-marins nucléaires lanceurs de missiles de croisière (SSGN), plus connus par leurs désignations données par l'OTAN, respectivement Oscar-I et Oscar-II. Ils sont considérés comme étant des « croiseurs » (крейсерская, kreyserskaïa), plus spécifiquement des « croiseurs sous-marins nucléaires de premier rang » (Atomnie Podvodnie Kreysery 1 Ranga – APKR), construits par l'URSS à la fin des années 1970. Ils font partie des sous-marins de la troisième génération.

Classe Oscar
Projet 949

Le K-525 en 1986.
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière
Longueur 134 m (I), 154,8 m (II)
Maître-bau 18,2 m
Tirant d'eau 9 m
Déplacement 13 900 t en surface, 18 300 t en plongée
Propulsion 2 réacteurs à eau pressurisée
OK-650b
Puissance 98 000 ch
Vitesse 35 nœuds en plongée
Caractéristiques militaires
Armement 4 tubes de 533 mm et 2 de 650 mm, 24 missiles (nucléaires ou conventionnels) ; actuellement, 24 P-700 Granit (SS-N-19) conventionnels.
Autres caractéristiques
Équipage 130 hommes
Histoire
A servi dans  Marine soviétique
 Marine russe
Période de
construction
1975-1996
Période de service 1981
Navires construits 13
Navires prévus 20
Navires en activité 3 (en 2013)
Navires perdus 1

Les projets 949 et 949A ont été conçus dans les années 1970 par le bureau d'étude Rubin. Ce sont parmi les projets les plus secrets de l'ex-URSS. Le cahier des charges exigeait un sous-marin d'attaque lance-missile ultra-moderne capable de transporter 24 missiles SS-N-19 anti-navires d'une portée de 550 km.

Conception et construction

Le K-186 Omsk en 1994.
Les neuf compartiments de la classe Oscar.

Leur tonnage de 23 860 tonnes en plongée les place parmi les sous-marins les plus gros du monde. Il y a de nombreuses similitudes de conception entre le projet 949 et 941 (classe Typhoon) aussi bien dans le type de machinerie que dans les espaces de vie et de détente. On y retrouve une salle de sport, un solarium, un coin fumeur et une piscine de m × m × 2,5 m dont l'eau est pompée lorsque le sous-marin a atteint une profondeur supérieure à 250 m. Cette eau est renouvelée toutes les six heures.

Issu du savoir-faire accumulé grâce aux leçons des projets 661 (classe Papa) et 670 (classe Charlie), le projet 949 représente l'aboutissement de la doctrine en vogue en URSS « Détruire les porte-avions par tous les moyens avant une offensive ».

Les bâtiments de la classe disposent d'une double coque : la coque extérieure, faite d'acier enrichi en nickel et en chrome, est hautement inoxydable et sa signature magnétique est très faible ; la coque intérieure, de cm d'épaisseur, le rend « insubmersible » (du moins en théorie, voir le naufrage du K-141 Koursk). Il est divisé en neuf compartiments, dont le dernier est un « compartiment-refuge ». Ses deux réacteurs nucléaires OK-650b lui assurent une vitesse de pointe de 32 nœuds en plongée, et il peut évoluer jusqu'à 300 m de profondeur.

Les sous-marins de la classe Oscar sont dotés de six panneaux, de part et d'autre du kiosque, avec deux missiles par panneau. Comme les neuf mètres du P-700 Granit (code OTAN : SS-N-19) le rendent trop grand pour loger le missile verticalement, les missiles sont logés en nids d'abeilles (un dans le coin supérieur droit et l'autre dans le coin inférieur gauche), inclinés vers l'avant d'environ 45°.

Le P-700 Granit peut transporter une charge classique de 750 kg, ou une ogive nucléaire de 500 kt à 550 kilomètres. Il est particulièrement destiné à détruire les porte-avions et groupes aéronavals.

Depuis les accords START I et II sur la non-prolifération et la réduction des armes nucléaires, l'armement nucléaire des sous-marins de la classe Oscar a été officiellement remplacé par des missiles à charge conventionnelle.

Comme tous les sous-marins nucléaires russes, les sous-marins de la classe Oscar ont deux passerelles : une « baignoire » en haut du massif, et juste en-dessous une passerelle protégée des éléments.

En 2015, trois sous-marins de la classe Oscar II sont en cours de modernisation pour accroître leur durée de vie de 20 ans, les P-700 Granit devraient être remplacés par des P-800 Oniks[1].

Liste des navires

Dimensions comparées d'un Oscar II et d'un classe Los Angeles.

Deux Oscar-I, construits à Severodvinsk, affectés à la Flotte soviétique du Nord :

Douze Oscar-II ont été construits à Severodvinsk.

Six ont été affectés à la Flotte du Nord :

Cinq ont été affectés à la Flotte du Pacifique [Quand ?]:

Un converti pour les missions spéciales :

  • K-329 Belgorod, initialement nommé K-139, est reconverti sous le nom de Projet 09852 Belgorod pour des missions spéciales depuis 2012 et pourrait servir de vecteur pour le projet d'arme nucléaire sous-marine Status-6 Poseidon[2],[3],[4]. Son statut est peu clair, des médias en 2017 annonce sa mise en service pour 2018[5] mais aucune annonce publique n’a été effectuée en décembre 2018.

Culture populaire

  • Dans le jeu vidéo Call of Duty: Modern Warfare 3, l'une des missions consiste à aborder un sous-marin de classe Oscar-II  qui est présenté comme étant le navire amiral de la flotte russe assiégeant New York et qui a pour mission de raser la Côte Est des États-Unis  et à retourner ses missiles contre les navires russes, ce qui entraine une déroute complète des forces russes.

Notes et références

  1. « Russie : Modernisation navale », Défense et sécurité internationale, no 119, , p. 20.
  2. (en) Franz-Stefan Gady, « Revealed: Russia’s Top Secret Nuclear Torpedo », sur The Diplomat, (consulté le 18 janvier 2018).
  3. (en) Sam LaGrone, « Russian Mystery Submarine Likely Deployment Vehicle for New Nuclear Torpedo », USNI News, .
  4. (en) Roland Oliphant, « Secret Russian radioactive doomsday torpedo leaked on television », sur The Daily Telegraph, .
  5. (en) « Russian Navy to commission Project 09852 Belgorod special nuclear-powered submarine in 2018 », sur www.navyrecognition.com, (consulté le 12 décembre 2018).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des sous-marins
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de l’URSS
  • Portail de la Russie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.