Classification de la végétation

La classification de la végétation est le processus de classification et de cartographie de la végétation sur une surface de la surface de la terre. La classification de la végétation est souvent effectuée par des organismes d'État dans le cadre de la gestion de l'utilisation des terres, des ressources et de l'environnement. De nombreuses méthodes différentes de classification de la végétation ont été utilisées. En général, la classification structurelle utilisée par la foresterie pour la cartographie des ressources en bois a été remplacée par la cartographie des communautés floristiques pour la gestion de la biodiversité. Alors que les systèmes plus anciens basés sur la foresterie prenaient en compte des facteurs tels que la hauteur, les espèces et la densité de la canopée boisée, la cartographie floristique de la communauté met désormais l'accent sur des facteurs écologiques tels que le climat, le type de sol et les associations floristiques. La cartographie de la classification est désormais faite en général à l'aide d'un logiciel de système d'information géographique (SIG).

Schémas de classification

Voici quelques schémas de classification importants.

Köppen (1884)

Bien que ce schéma soit en fait une classification climatique, il existe une relation profonde avec les études de la végétation :

Wagner & von Sydow (1888)

Schéma de Wagner & von Sydow (1888) : Vegetationsgürtel (Ceintures de végétation)[1] :

  • Tundren (toundra)
  • Hochgebirgsflora (flore de montagne)
  • Vegetationsarme Gebiete (Wüsten) (zones pauvres en végétation [déserts])
  • der gemässigten zone (la zone tempérée)
    • Grasland (prairie)
    • Vorherrschend Nadelwald (principalement des forêts de conifères)
    • Wald (Laub und Nadelwald) und Kulturland (forêts [de feuillus et de conifères] et terres cultivées)
  • in tropischen und subtropischen Gebieten (dans les régions tropicales et subtropicales)
    • Grasland (prairie)
    • Wald und Kulturland (forêts et terres cultivées)
    • Urwald (jungle)

Réchauffement (1895, 1909)

Warming (1895, 1909), classes oecologiques[2],[3] :

  • A. Le sol (au sens le plus large) est très humide et l'eau est abondante pour la plante (au moins dans la classe 1), les formations sont donc plus ou moins hydrophiles:
    • Classe 1 Hydrophytes (de formations dans l'eau).
    • Classe 2. Hélophytes (de formations dans les marais).
  • B. Le sol est physiologiquement sec, c’est-à-dire qu’il contient de l’eau qui n’est que faiblement disponible pour la plante; les formations sont donc essentiellement composées d'espèces xérophiles:
    • Classe 3. Oxylophytes (de formations sur un sol acide).
    • Classe 4. Psychrophytes (de formations sur sol froid).
    • Classe 5. Halophytes (de formations sur sol salin).
  • C. Le sol est physiquement sec et son faible pouvoir de rétention d’eau détermine la végétation, le climat étant d’importation secondaire; les formations sont donc également xérophiles:
    • Classe 6. Lithophytes (de formations sur des rochers).
    • Classe 7 Psammophytes (de formations sur sable et gravier).
    • Classe 8 Chersophytes (de formations sur des friches).
  • D. Le climat est très sec et détermine le caractère de la végétation. les propriétés du sol sont dominées par le climat; les formations sont aussi xérophiles:
    • Classe 9 Eremophytes (des formations sur le désert et la steppe).
    • Classe 10 Psilophytes (des formations sur la savane).
    • Classe 11 Formations sclérophylles (arbustes et forêts).
  • E. Le sol est physiquement ou physiquement sec:
    • Classe 12 Formations conifères (forêt).
  • F. Le sol et le climat favorisent le développement de formations mésophiles:
    • Classe 13 Mésophytes.

Types de formations de réchauffement :

  • 1. Formation de microphytes
  • 2 Formation de mousse
  • 3 Formation d'herbes
  • 4 Formations d'arbustes nains et sous-arbustes
  • 5 Bois de brousse ou bois d'arbustes
  • 6 Forêt
    • Haute forêt
    • Sous-bois
    • Végétation de la forêt
  • Autre
    • Formations simples
    • Formations composées
    • Formations mixtes
    • Formations secondaires
    • Sous-formations

Schimper (1898, 1903)

Schimper (1898, 1903), types de formations climatiques principales[4] :

  • Bois, forêt, bois de brousse, bois d'arbustes
  • Prairie, prairie (hygrophile ou tropophile), steppe (xérophile), savane (prairie xérophile contenant des arbres isolés)
  • Désert (sec ou froid)

Types de formation de Schimper à travers les zones et les régions :

  • Formations de zones tropicales
    • Formations climatiques
      • Districts tropicaux constamment humides
        • Forêt tropicale
      • Quartiers tropicaux à saison sèche prononcée
        • Formations boisées (forêt de mousson, forêt de savane, forêt d'épines)
        • Formations de prairies
      • Déserts tropicaux
    • Formations édaphiques
      • Dans les pays tropicaux intérieurs
      • En bord de mer tropicale
  • Formations des zones tempérées
    • Formations climatiques
      • Ceintures tempérées chaudes
        • Districts subtropicaux
        • Quartiers constamment humides (sans saison sèche)
        • Districts d'été moites
        • Districts d'hiver moites
      • Ceintures tempérées froides
      • Déserts tempérés
    • Formations édaphiques
      • Formations Littorales
      • Bruyère
      • Maures
  • Formations de la zone arctique
    • Toundra, mousse-toundra, lichen-toundra, landes, oasis
  • Formations climatiques de montagne (région basale, région montagnarde, région alpine)
    • Sous les tropiques
    • Dans les zones tempérées
  • Végétation aquatique
    • Végétation marine
    • Végétation d'eau douce

Schimper & Faber (1935)

Types de formation[5],[6] :

  • 1. Pluie de forêt tropicale
  • 2 Forêt tropicale subtropicale
  • 3 Forêt de mousson
  • 4 Forêt pluviale tempérée
  • 5 Forêt de feuillus vert-été
  • 6 Forêt de feuilles d'aiguilles
  • 7. Forêt de feuillus à feuilles persistantes
  • 8 Forêt de savane
  • 9 Forêt d'épine et garrigue
  • dix. Savane
  • 11 Steppe et semi-désert
  • 12 Bruyère
  • 13 Désert sec
  • 14 Toundra et forêt froide
  • 15 Désert froid

Ellenberg & Mueller-Dombois (1967)

Schéma d'Ellenberg et Mueller-Dombois (1967) :

  • Formation classe I. Forêts fermées
  • Formation-classe II. Woodlands
  • Classe de formation III. Fourrés (fourrés ou fourrés)
  • Classe de formation IV. Nain-gommage et communautés associées
  • Formation classe V. Communautés herbacées terrestres
  • Formation-classe VI. Déserts et autres zones à peine végétalisées
  • Classe de formation VII. Formations de plantes aquatiques [7]

Oliveira-Filho (2009, 2015)

Une classification de la végétation avec six critères principaux ("attributs hiérarchiques", avec des catégories illustrées applicables principalement à la région néotropicale)[8],[9] :

  • A. Physionomies de base de la végétation
    • 1. Physionomies forestières
    • 2 Physionognomies des maquis
    • 3 Physionomie de la savane
    • 4 Physionomie des prairies
    • 5 Physionomies artificielles
  • B. Régime climatique
    • Maritime
    • Semi-aride
    • Saisonnier
    • Pluie
    • Nuage
  • C. Régime de chasse des feuilles
    • À feuilles persistantes
    • Semi-décidu
    • À feuilles caduques
    • Alterner
    • Éphémère
  • D. Domaine thermique
    • Tropical
    • Subtropical, etc.
  • E. Gamme d'élévation
    • Côtier
    • Plaines inférieures
    • Plaines supérieures
    • Hautes Terres
    • Hautes terres hautes
    • Montagnard
  • F. substrat
    • Sols peu profonds
    • Sols profonds
    • Soily
    • Sablonneux
    • Graveleux
    • Rocheux
    • Dystrophique
    • Mésotrophe
    • Eutrophe
    • crête
    • Pente
    • Thalweg
    • Fluvial
    • Plaine inondable
    • Marécageux
    • Marécageux

Autres

Autres régimes importants : Grisebach (1872)[10], Tansley et Chipp (1926)[11], Rübel (1930)[12], Burtt Davy (1938)[13], Beard (1944, 1955)[14],[15], André Aubréville (1956, 1957)[16],[17], Trochain (1955, 1957)[18],[19], Dansereau (1958)[20], Küchler (1967)[21].

Dans les années soixante, AW Kuchler a coordonné un examen approfondi des cartes de la végétation de tous les continents, compilant la terminologie utilisée pour les types de végétation[22].

Voir également

Références

  1. Wagner, H. & von Sydow, E. 1888. Sydow-Wagners methodischer Schulatlas. Gotha: Perthes, . 23th (last) ed., 1944, .
  2. Warming, E. (1895). Plantesamfund - Grundtræk af den økologiske Plantegeografi. P.G. Philipsens Forlag, Kjøbenhavn. 335 pp.
  3. Warming, E. (1909). Oecology of Plants. An introduction to the study of plant-communities, translated by P. Groom and I. B. Balfour. Clarendon Press, Oxford. 422 pp. BHL.
  4. Schimper, A. F. W. 1898. Pflanzen-Geographie auf physiologischer Grundlage. Fisher, Jena. 876 pp. English translation, 1903, .
  5. Beard J.S. (1978). The Physiognomic Approach. In: R. H. Whittaker (editor). Classification of Plant Communities, pp 33-64, .
  6. Schimper, A.F.W. & Faber, F.C. von. (1935). Pflanzengeographie auf physiologischer Grundlage. 3rd ed. Jena: Fischer.
  7. Ellenberg, H. & D. Mueller-Dombois. 1967. Tentative physiognomic-ecological classification of plant formations of the Earth [based on a discussion draft of the UNESCO working group on vegetation classification and mapping.] Berichte des Geobotanischen Institutes der Eidg. Techn. Hochschule, Stiftung Rübel, Zürich 37 (1965-1966): 21—55, .
  8. Oliveira-Filho, A. T. 2009. Classificação das Fitofisionomias da América do Sul extra-Andina: Proposta de um novo sistema – prático e flexível – ou uma injeção a mais de caos?. Rodriguésia 60 (2): 237-258, .
  9. Oliveira-Filho, A.T. 2015. Um sistema de classificação fisionômico-ecológica da vegetação Neotropical: segunda aproximação. In: Felfili, J.M.; Eisenlohr, P.V.; Melo, M.M.R.F. Andrade, L.A.; Meira Neto J.A.A. (Eds.). Fitossociologia no Brasil: Métodos e estudos de casos, vol. 2, Editora UFV, Viçosa, cap. 19, p. 452, . Preliminar version (2014), .
  10. Grisebach, A. (1872). Die Vegetation der Erde nach ihrer klimatischen Anordnung. Ein Abriß der Vergleichenden Geographie der Pflanzen. 1st ed. Leipzig: W. Engelmann., 2 vol. Band I: xii + 603 p., ; Band II: x + 635 p., . 2nd ed. 1884.
  11. Tansley, A. G. & Chipp, T. F. (1926). Aims and Methods in the Study of Vegetation. The British Empire Vegetation Committee, Whitefriars Press, London. 383 pp.
  12. Rübel, E. F. 1930. Pflanzengesellschaften der Erde. Bern: Verlag Hans Huber. 464 pp.
  13. Burtt-Davy, J. (1938). The classification of tropical woody vegetation types. Oxford: University of Oxford, Imperial Forestry Institute. 85 p. (Institute paper, n. 13).
  14. Beard, J. S. (1944). Climax vegetation in tropical America. Ecology 25: 127-158.Beard, JS (1944). Végétation climax en Amérique tropicale. Ecology 25: 127-158.
  15. Beard, J. S. (1955). The classification of tropical American vegetation-types. Ecology 36: 89-100.
  16. Aubréville, A. (1956). Essai de classification et de nomenclature des formations forestières africaines avec extension du système propose à toutes les formations du monde tropical. In: C.S.A. Specialist Meeting on Phyto-geography, Yangambi, Congo, 1956. Réunion de spécialistes du C.S.A. en matière de phytogéographie. London: Commission for Technical Co-operation in Africa South of the Sahara - CCTA, Scientific Council for Africa South of the Sahara - CSA. p. 247-288.
  17. Aubréville A. 1957. Accord à Yangambi sur la nomenclature des types africains de végétation. Bois et Forêts des Tropiques 51, 23-27, .
  18. Trochain, J.-L. (1955). Nomenclature et classification des milieux végétaux en Afrique noire française. In: Colloque international du Centre National de la Recherche Scientifique - CNRS, 59, sur les régions écologiques du globe, Paris, juillet 1954. Annales de biologie, t. XXXI, fasc. 5-6, pp. 73-93, .
  19. Trochain, J.-L. (1957). Accord interafricain sur la définition des types de végétation de l’Afrique tropicale. Bulletin de l’Institut d’Études Centraficanes. Nouvelle Série, Brazzavilie [Congo], v. 13/14, p. 55-93.
  20. Dansereau, P. A universal system for recording vegetation. Montreal, University of Canada, Institute of Botany, 1958. 57 p.
  21. Küchler, A. W. (1967). Vegetation Mapping. New York, NY. Ronald Press. 472 pp.
  22. Küchler, A. W. (1965-1970). International bibliography of vegetation maps. Lawrence, Kansas: University of Kansas Libraries. 5 vol. . [2nd ed., 1980, .]
  • Portail de la botanique
  • Portail de la géographie
  • Portail de l’écologie
  • Portail de la conservation de la nature
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.