Claude Contamine

Claude Contamine, né le à Metz et mort le à Esquibien[1], est un haut fonctionnaire français.

Pour les articles homonymes, voir Contamine.
Claude Contamine
Fonction
Président
Société des amis de Marcel Proust (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Esquibien
Nationalité
Formation
Activité
Père
Fratrie
Conjointe
Hélène Fatou (d)
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Il a été directeur général adjoint de l'ORTF et directeur de la télévision de 1964 à 1967 puis de 1973 à 1974, président de France Régions 3 de 1975 à 1981. Ecarté sous la majorité de gauche, il devient PDG d'Antenne 2 de 1986 à 1989.

Biographie

Fils de l'universitaire Henry Contamine, diplômé d'études supérieures en droit public[2] et ancien élève de l'ENA (promotion Paul-Cambon, 1951-53), Claude Contamine commence sa carrière au ministère des Affaires étrangères. Au début de la Cinquième République, il est membre du cabinet du Premier ministre, Michel Debré[3], puis brièvement du ministre des Affaires étrangères. Il devient en 1962 directeur de cabinet du ministre de l'Information, Alain Peyrefitte.

À la création de l'ORTF, en 1964, il en est nommé directeur général adjoint et directeur de la télévision, poste qu'il occupe de 1964 à 1967, puis de 1973 à 1974. Il est, entre autres, à l'origine de l'émission Dim, Dam, Dom[4]. Entretemps, il préside l'Union générale cinématographique (UGC), puis occupe le poste de consul général à Milan (1971-1972). Il est alors nommé membre du Haut Conseil de l'audiovisuel, de 1973 à 1980, et ministre plénipotentiaire en 1974.

Claude Contamine devient président de France Régions 3 (FR3) de 1975 à 1981[5],[6]. Considéré comme proche de la majorité giscardienne de l'époque, Claude Contamine est renvoyé par le gouvernement de Pierre Mauroy. Après une traversée du désert à la Cour des comptes, il devient PDG de Télédiffusion de France en 1986, puis d'Antenne 2 de décembre 1986 à août 1989.

Il est le frère de l'historien médiéviste Philippe Contamine.

Claude Contamine meurt le , à Esquibien, où il vivait avec sa femme, l’écrivain et productrice Hélène Fatou[7].

Distinctions

En 2004, Claude Contamine est promu commandeur de la Légion d'honneur[8].

Références

  1. « Décès de Claude Contamine », Le Télégramme, 30 juillet 2017.
  2. https://www.whoswho.fr/decede/biographie-claude-contamine_15846.
  3. [PDF] Claude Angeli, « Le dictateur de la T.V. » sur L'Obs, 22 avril 1965
  4. Karine Grandpierre, « ELLE : un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature 1945-1960 ? », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, no 11, , p. 22 (ISSN 1783-094X, DOI 10.4000/contextes.5399, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2020)
  5. Archives conservées aux Archives nationales et instrument de recherche disponible dans la salle des inventaires virtuelle.
  6. Claude Contamine (FR 3) donne sa démission sur Le Monde, 24 juin 1981
  7. LeMonde.fr avec AFP, « Mort de Claude Contamine, figure de l’audiovisuel français » sur Le Monde, 30 juillet 2017
  8. Aznavour commandeur de la Légion d'honneur sur L'Obs, 14 mai 2004

Liens externes

  • Portail de la télévision française
  • Portail de la politique française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.