Clifford Jarvis

Clifford Jarvis, de son vrai nom Clifford Osbourne Jarvis, né à Boston dans le Massachusetts le , et mort le à Londres, est un batteur de jazz américain.

Clifford Jarvis
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Instrument
Label
Black Saint/Soul Note (en)
Genre artistique

Biographie

Clifford Jarvis commence par jouer du piano et de la guitare mais très vite, à l'âge de dix ans, il choisit la batterie. Son père trompettiste l'encourage à écouter des disques d'Art Blakey. Jarvis étudie la batterie avec Alan Dawson à la Berklee College of Music et joue avec Jaki Byard et Sam Rivers (1958-1959)[1].

Il s'installe à New York et travaille avec Barry Harris, Chet Baker, Elmo Hope, Curtis Fuller, Yusef Lateef, Randy Weston, Coleman Hawkins, Eddie Davis, Johnny Griffin, Sonny Stitt, Charles Mingus, John Coltrane... Il enregistre avec Sun Ra. Il accompagne à la fin des années 1960 Pharoah Sanders et participe aux concerts de Sun Ra. Il joue également au sein d'un quartette où l'on retrouve le bassiste Norris Jones. Plus tard on entendra Jarvis aux côtés de Kenny Drew (1977), d'Archie Shepp (1976-81, 1987), de Chet Baker (1988), du trompettiste français Michel Marre (1985), du trompettiste Harry Beckett avec Chris McGregor et Courtney Pine (1987). En 1991 il enregistre à Londres avec le saxophoniste Jean Toussaint[2].

Style

Virtuose précoce influencé par Max Roach, Clifford Jarvis est un exemple des batteurs post-bop qui grâce à leur ouverture d'esprit réussissent à s'intégrer dans différents contextes et multiplient les recherches polyrythmiques sans pour autant renoncer à un tempo et un rythme de base. Jarvis Clifford est un batteur particulièrement à l'aise sur son jeu de cymbales extrêmement diverses. Il est aussi et surtout un coloriste exceptionnel qui grâce à son énergie apporte au groupe, au-delà de la vivacité rythmique, un supplément de polyphonie.

Discographie partielle

  • I could Have Dance All Night (Sun Ra, 1958)
  • All Or Nothing At All (Freddie Hubbard, 1960)
  • Mucho Dinero (B. Harris, 1961)
  • Thembi (P. Sanders, 1970)
  • Ecaroh (Siegfried Kessler, 1979)
  • You're My Thrill (A. Shepp-M. Marre, 1985)

Notes et références

  1. (en-GB) John Fordham, « Clifford Jarvis », The Guardian, (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 3 février 2020)
  2. (en-US) « Clifford Jarvis | Biography & History », sur AllMusic (consulté le 3 février 2020)

Liens externes

  • Portail du jazz
  • Portail des percussions
  • Portail des Afro-Américains
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.