Combat de Korneuburg

Le combat de Korneuburg se déroule le 7 juillet 1809 à Korneubourg en Autriche et oppose le VIe corps d'armée autrichien du général Johann von Klenau à une partie du IVe corps français de la Grande Armée sous les ordres du général Claude-Juste-Alexandre Legrand. Cet affrontement relativement mineur se solde par une victoire française.

Combat de Korneuburg

Informations générales
Date 7 juillet 1809
Lieu Korneubourg, Autriche
Issue Victoire française
Belligérants
 Empire français Empire d'Autriche
Commandants
Claude-Juste-Alexandre LegrandJohann von Klenau
Forces en présence
13 000 hommes
24 canons
18 000 hommes
64 canons
Pertes
350 tués ou blessésau moins 300 hommes

Campagne d'Allemagne et d'Autriche

Batailles

Campagne d'Allemagne et d'Autriche



Batailles navales


Campagne de l'île Maurice


Campagne d'Espagne


Rébellion du Tyrol

Contexte et déroulement du combat

À la suite de la victoire française à la bataille de Wagram la veille, le commandant en chef de l'armée impériale et royale, l'archiduc Charles-Louis d'Autriche-Teschen, se retire en bon ordre en direction de la Bohême. Dans le même temps, il ordonne au général Johann von Klenau, à la tête d'une force de 18 000 hommes et 64 canons du VIe corps, de retarder la poursuite française menée par le IVe corps français du maréchal André Masséna. L'avant-garde de Masséna, placée sous le commandement du général Claude-Juste-Alexandre Legrand, comprend la 1re division du IVe de Legrand, la cavalerie du général Jacob François Marulaz et les cuirassiers de la 2e division de grosse cavalerie du général Raymond Gaspard de Bonardi de Saint-Sulpice, pour un total de 13 000 hommes et 24 canons[1].

Les troupes françaises entrent en contact avec l'arrière-garde autrichienne le 7 juillet près du village de Korneubourg, à environ 19 km au nord-ouest de Vienne. À l'issue d'un bref combat, les Français percent les lignes de Klenau qui doit rapidement ordonner la retraite. Les pertes françaises se montent à environ 350 tués ou blessés ; celles des Autrichiens ne sont pas connues avec précision mais s'élèvent au moins à 300 prisonniers[1].

Notes et références

  1. Alain Pigeard, Dictionnaire des batailles de Napoléon, Paris, Tallandier, coll. « Bibliothèque Napoléonienne », , 1022 p. (ISBN 2-84734-073-4), p. 424 et 425.
  • Portail du Premier Empire
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Grande Armée
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.