Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime

La Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime (plus connue sous son acronyme, CMA CGM) est un armateur de porte-conteneurs français. Son offre globale de transport intègre le transport maritime, la manutention portuaire et la logistique terrestre. Il est un leader mondial du transport maritime en conteneurs et le premier français.

Pour les articles homonymes, voir CMA et CGM.

CMA CGM

Création 1851 : Messageries maritimes (MM)
1855 : Compagnie générale transatlantique (CGT)
1975 : Compagnie générale maritime (fusion CGT MM)
1978 : Compagnie maritime d'affrètement (CMA)
1996 : CMA CGM (fusion Compagnie maritime d'affrètement - Compagnie générale maritime)
Dates clés 1999 : fusion des sociétés CMA et CGM

2019 : Rachat de CEVA Logistics

Fondateurs Jacques Saadé
Personnages clés Jacques Saadé, Rodolphe Saadé
Forme juridique Société à capitaux privés
Siège social Tour CMA CGM
Boulevard Jacques-Saadé
4 Quai d'Arenc
13002 Marseille
France
Direction Rodolphe Saadé
Activité Transports maritimes et côtiers de fret
Filiales

Autres filiales :

  • CMA Ships
  • CMA Terminals
  • CMA Terminals Link
  • Progeco
  • CEVA Logistics
Effectif 110 000 en 2019
SIREN 562024422
Site web cma-cgm.com


Chiffre d'affaires 30,3 milliards de dollars pour le Groupe CMA CGM en 2019
Résultat net 68 300 000 USD ()[1]

Société précédente Compagnie générale transatlantique
Compagnie maritime d'affrètement

Le groupe CMA CGM est issu de la fusion en 1996 de la Compagnie générale maritime (CGM) et de la Compagnie maritime d'affrètement (CMA).

Historique

Le nom de la compagnie CMA CGM est récent, mais ses origines remontent à l'année 1851 quand les Messageries maritimes (MM) ont été fondées. Vers la même époque, en 1855, une autre compagnie, la Compagnie générale maritime (CGM), est fondée puis renommée en Compagnie générale transatlantique en 1861. La Compagnie générale transatlantique, surnommée la French Line, assure alors le transport transatlantique régulier de passagers avec des navires comme le Normandie ou le France. Ces deux sociétés fusionnent pour devenir la Compagnie générale maritime en 1973. En 1996, cette dernière est privatisée. En parallèle, Jacques Saadé crée la CMA (Compagnie maritime d'affrètement) en 1978.

La Compagnie maritime d'affrètement (CMA) et la Compagnie générale maritime (CGM) fusionnent finalement pour former la CMA-CGM. La fusion est finalisée en 1999[2].

Sous ce même nom, la compagnie rachète en 1998 Australian National Lines (ANL), puis son concurrent Delmas (fondé en 1867, basé à La Rochelle et appartenant à Bolloré Group) en septembre 2005 pour 600 millions d'Euros.

Ces acquisitions placèrent la compagnie française basée à Marseille comme la troisième plus grande compagnie maritime de transport de conteneurs au monde derrière A.P. Møller-Mærsk et Mediterranean Shipping Company.

En 2006, la compagnie relance une activité de transport de passagers haut-de-gamme avec la Compagnie du Ponant, revendue en 2012 au fonds d'investissement Bridgepoint. Il est également possible d'embarquer comme passager sur ses cargos[3].

En 2007, CMA CGM acquiert Cheng Lie Navigation, une entreprise taïwanaise, Comanav, une entreprise marocaine et US Lines, une entreprise américaine[4].

Le 25 janvier 2013, un partenariat stratégique est signé entre le Groupe CMA CGM et l'opérateur portuaire chinois China Merchants Holdings (International). Cette opération d'envergure représente la première pierre d'un partenariat stratégique pour les deux parties, qui entendent ainsi exploiter et développer des terminaux à conteneurs dans le monde entier et intensifier leurs relations commerciales, tout en capitalisant sur des tendances macroéconomiques mondiales favorables.

En 2014, CMA CGM signe les accords Ocean Three[Quoi ?]. Le Groupe renforce ainsi son offre de service en signant des accords majeurs sur les plus grandes routes maritimes mondiales avec CSCL et UASC. La même année, le groupe acquiert la société allemande OPDR, un transporteur maritime spécialisé dans le Short Sea[Quoi ?].

En avril 2015, le Groupe annonce une prise de participation stratégique dans LCL Logistix, un leader de la logistique en Inde, via sa filiale CMA CGM LOG.

En novembre 2015, le Groupe annonce être en négociation pour acquérir la société de transport de Singapour Neptune Orient Lines. Les 2,7 % de part de marché du transport de conteneurs de sa filiale American President Lines permettrait à CMA-CGM (8,9 %) de se rapprocher des leaders Maersk (14,7 %) et Mediterranean Shipping Company (13,4 %) avec 11,6 %[5].

Le 7 décembre 2015, CMA CGM confirme son acquisition via une offre à 1,3 dollar singapourien par action, offre souscrite par son actionnaire majoritaire, le fonds souverain de Singapour Temasek[6]. Cela représente une valorisation de 2,4 milliards de dollars US pour NOL, Le groupe résultant ayant une flotte de 553 navires et 29.000 salariés pour un chiffre d'affaires de 22 milliards de dollars[7].

A l’occasion de ses 80 ans, Jacques Saadé annonce le 7 février 2017 la nomination de son fils Rodolphe Saadé en tant que Directeur Général du Groupe CMA CGM. Jacques Saadé conserve ses fonctions de Président du Conseil d’Administration. Le 24 novembre 2017, Rodolphe Saadé est nommé Président du conseil d’administration du Groupe CMA CGM en complément de ses fonctions de Directeur Général du Groupe CMA CGM.

En avril 2018, CMA CGM annonce l'acquisition d'une participation de 25 % dans Ceva Logistics, au travers d'une augmentation de capital[8].

En juillet 2018, l'achat de OOCL par Cosco est finalisé. Cette acquisition repousse la compagnie CMA CGM à la quatrième place des plus grandes compagnies maritimes de transport de conteneurs derrière Mærsk, MSC et Cosco [9].

Siège social

La tour CMA CGM est le plus grand immeuble de grande hauteur (IGH) à usage de bureau de la ville de Marseille [réf. nécessaire]. Située dans le quartier d'affaires Euroméditerranée, cette tour conçue par l'architecte Zaha Hadid abrite le siège social de la compagnie de transport maritime CMA CGM. C'est là que les départements stratégiques tels que la finance, le marketing ou bien les ressources humaines opèrent pour gérer les activités internationales du groupe.

Flotte

Les porte-conteneurs CMA CGM Jules Verne et CMA CGM Thames à Rotterdam en .
Porte-conteneur CMA CGM Balzac dans le port de Zeebruges.
Transport intermodal de la CMA CGM.

La flotte de 509 navires du groupe assure 220 services maritimes et escales dans 420 ports dans 160 pays, sur les 521 ports commerciaux existants dans le monde. Parmi les navires emblématiques du groupe, se trouvent notamment :

Filiales

Le Groupe CMA CGM compte de nombreuses filiales spécialisées dans le transport maritime parmi lesquelles CNC (Asie), US Lines (côte ouest des États-Unis, Nouvelle-Zélande, Australie), ANL (Océanie), Comanav (Afrique du Nord) et OPDR (Europe), et depuis 2016 la filiale APL (Singapour)

CMA CGM propose des solutions de transport intermodal complètes, combinant le maritime, le rail, le fluvial et le routier. Ses filiales spécialisées dans l'intermodal sont :

  • CMA Rail / Rail Link Europe
  • River Shuttle containers (RSC)
  • CEVA Logistics

Chiffres clés de CMA CGM[12]

(*EVP : équivalent vingt pieds)
CMA CGM 2018
Chiffre d'affaires 31 milliards d'USD
Nombre de conteneurs transportés 18,95 millions d'EVP*
Nombre d'escales (le tout dans 160 pays) 420
Flotte de navires 509
Capacité totale de la flotte (en EVP) 2,53 million d'EVP*
Effectif (Monde) 110000 salariés
Effectif (France) 4500 salariés

Activité de lobbying

Aux États-Unis

Selon le Center for Responsive Politics, les dépenses de lobbying de CMA-CGM aux États-Unis s'élèvent en 2017 à 530 000 dollars[13].

Auprès des institutions de l'Union européenne

CMA-CGM est inscrit depuis 2017 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne, et déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 200 000 et 300 000 euros[14].

En France

Pour l'année 2017, CMA-CGM déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 400 000 euros[15].

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des entreprises
  • Portail du monde maritime
  • Portail des paquebots
  • Portail des transports
  • Portail de Marseille
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.