Comté de Coligny

Le comté de Coligny est un comté féodal, faisant suite à la seigneurie de Coligny, avec pour centre le bourg et le château de Coligny. Sa situation de marche entre la Savoie et le comté de Bourgogne, c'est-à-dire des grandes régions historiques de la Bourgogne, de la Franche-Comté, de la Bresse et du Bugey, lui confère une particularité. Ainsi, le comté est dit Coligny-le-Neuf car situé en Bresse et relevant des États de Savoie jusqu'au traité de Lyon en 1601. On le distingue du de Coligny-le-Vieil, le marquisat de Coligny, relevant du comté de Bourgogne.

Pour les articles homonymes, voir Coligny.
Comté de Coligny
Informations générales
Capitale Château, Coligny
Histoire et événements
1564 érection en marquisat, pour la partie savoyarde
1617 érection en marquisat, pour la partie française
1648 érection du deuxième duché de Coligny

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Géographie

Histoire

La seigneurie de Coligny est, dès le IXe siècle avec Manassès Ier, le fief de la famille de Coligny, éteinte en 1694.

Coligny-le-Neuf, passe, dans les premières années du XIIIe siècle, à la maison de la Tour-du-Pin, par le mariage de Béatrix, fille de Hugues de Coligny, avec Albert III de La Tour-du-Pin. Humbert de La Tour, dauphin de Viennois et fils d'Albert, la cède, vers 1280, au comte Amédée V de Savoie. En 1337, Aymon de Savoie la donne en fief à Édouard, sire de Beaujeu. Édouard II de Beaujeu la vend d'abord, avec clause de réméré, en 1361, à Guillaume de la Baume, seigneur de l'Abergement, puis la cède, quelque temps après, à Robert de Beaujeu, son oncle, dont les filles se partagèrent la succession en 1421.

Coligny-le-Neuf échut à Jeanne, l'une d'elles, femme de Jean de Cusance, qui la transmet, par voie d'alliance et de succession, à la famille de Menthon. Bernard de Menthon la vend à Charles, duc de Savoie, qui la remet, en 1524, à Charles de Seyssel-La Chambre de Sermoyer, baron de Meximieux, puis la retire, pour l'aliéner à René de Challant, maréchal de Savoie, lequel la revend en 1540, à Louise de Montmorency. L'année suivante, cette terre est achetée par Philibert de La Baume, baron de Montfalconnet, en faveur duquel le duc de Savoie l'érige en comté, en 1556. Enfin en 1563, elle fait retour à Gaspard II de Coligny, amiral de France, fils de Louise de Montmorency. Gaspard III de Coligny, son petit-fils, mourut en 1646, laissant sa riche succession à sa fille Anne, duchesse de Châtillon-Coligny, femme de Georges II, duc de Wurtemberg à Montbéliard, prince souverain de Montbéliard, dont les descendants reprirent le fief de Coligny en 1772[1].

Érection en duché

Le comté fut érigé en duché en 1648 au profit de Gaspard IV de Coligny (1620-1649), arrière-petit-fils de Gaspard II. Le duché de Coligny s'éteignit à la mort d'Henry-Gaspard (1657), petit-fils de Gaspard III.

Voir la liste des ducs de Coligny.

Liste des comtes de Coligny

Maison de Coligny - 1re création

Maison de Coligny - 2e création

À la suite du décès d'Henry-Gaspard de Coligny (1649-1657), 3e duc de Coligny (1649-1657), fils posthume de Gaspard IV de Coligny, le duché de Coligny redevient comté au profit des enfants survivants de Gaspard III de Coligny par Lettres Patentes du Roi de France

  • 1657-1680 : Anne de Coligny (1624-1680), fille de Gaspard III de Coligny, co-comtesse avec sa sœur Henriette de 1657 à 1673 puis comtesse de 1673 à 1680

Maison de Wurtemberg

  • 1680-1716 : Léopold Éberhard de Wurtemberg (1670-1723), prince de Montbéliard, 8e comte de Coligny, fils d'Anne de Coligny et de George II de Wurtemberg (1626-1699) prince de Montbéliard

Le 11 août 1716 Léopold Eberhard de Wurtemberg (1670-1723) donne le comté de Coligny à ses enfants. La donation est approuvée et confirmée par Lettres Patentes du Roi de France en février 1718.

  • 1716-1786 : Léopoldine Éberhardine de Sandersleben (1697-1786), co-comtesse de Coligny avec ses frères, dont Charles Léopold (1698-1768) qu'elle épousera, et sa sœur
  • 1716-1768 : Charles Léopold de Sandersleben (1698-1768), co-comte de Coligny avec son frère et ses sœurs, dont Léopoldine Eberhardine (1697-1786)qu'il épousera
  • 1716-1763 : Ferdinand Eberhard de Sandersleben (1699-1763), co-comte de Coligny avec son frère et ses sœurs (sans postérité)
  • 1716-17XX : Eléonore Charlotte de Sandersleben, co-comtesse de Coligny avec ses frères et sa sœur (sans postérité)

Remarque complémentaire : Selon les Mémoires de la Baronne d'Oberkirch, Leopoldine Eberhardine portait le titre de comtesse de Sponeck, hérité de sa mère, et c'est son mari Charles Leopold qui portait le titre de comte de Sandersleben-Coligny ainsi que le jeune frère de celui-ci (Ferdinand Eberhard 1699-1763) depuis leur adoption par le duc de Wurtemberg Leopold Eberhard le 11 août 1716.Ces titres sont attestés par la pierre tombale de Ferdinand Eberhard en l'église de Baldenheim (Bas-Rhin) et par les documents notariés relatifs à sa succession.

  • 1768-1781 : Eléonore Charlotte de Sandersleben (1720-1781), fille de Charles Léopold de Sandersleben (1698-1768) et Léopoldine Eberhardine de Sandersleben (1697-1786), femme de Louis Christophe de Faucigny Lucinge, comte de Lucinge, co-comtesse avec sa sœur Anne Elisabeth
  • 1768-1793 : Anne Élisabeth de Sandersleben (1722-1793), fille de Charles Léopold de Sandersleben (1698-1768) et Léopoldine Eberhardine de Sandersleben (1697-1786), femme de Thomas de Pillot (1713-1777), seigneur de Chenecey (chef de la famille de Pillot), co-comtesse avec sa sœur Eléonore Charlotte

"Les deux sœurs transmirent à leurs enfants l'héritage des Coligny, à la charge d'en relever les noms et armes et de les faire passer à leurs descendants mâles et légitimes, en vertu de Lettres Patentes données à Paris le 5 février 1718, enregistrées au parlement de Besançon et au conseil souverain d'Alsace la même année, et à la chambre des comptes de Bourgogne en 1719."[2]

Références

  1. Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 108.
  2. Borel d'Hauteville, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europpe, Volume 16,, page 259 (lire en ligne).

Voir aussi

  • Portail de l’Ain
  • Portail de la Bresse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.