Constance Pascal

Constance Pascal, née le à Pitești (Valachie, Roumanie) et morte le à Neuilly-sur-Marne[1],[2], est une psychiatre roumaine naturalisée française qui, au cours de l'année académique 1902-1903, a passé l'internat en psychiatrie et fut la première femme à passer un concours public en tant que psychiatre en 1908[3].

Pour les articles homonymes, voir Pascal.
Constance Pascal
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Biographie

Elle est diplômée de médecine de l'université de Paris, l'une des rares universités qui, à la fin du XIXe siècle, admettait des étudiantes dont des étrangères[réf. souhaitée], avec la thèse Les formes atypiques de la paralysie générale[4].

En 1903, elle a bénéficié de la campagne de presse que son collègue Madeleine Pelletier avait menée avec le soutien du magazine féminin La Fronde[5] pour soutenir l'admissibilité des femmes à tous les types de spécialisation médicale[6]. Jusque-là, les médecins qui voulaient se spécialiser en neurologie ou en psychiatrie allaient faire un internat à l'Hôpital de la Salpêtrière qui à l'époque ne faisait pas partie de la liste des hôpitaux parisiens car il était considéré comme une université et clinique plutôt qu'un véritable hôpital psychiatrique[réf. souhaitée]. C'est donc en ce lieu où ont été sélectionnés les étudiants passant l'examen d'entrée en médecine. Ce fut le cas pour Augusta Klumpke (1882), Madeleine Pelletier, Marie Joséphine Long-Landry (interne dans les années 1906-1909) qui resteront ensuite dans le même hôpital[7].

Pascal, dont la marge de manœuvre d'engagement politique était serré[pourquoi ?], s'est centrée sur sa carrière médicale en évitant de s'exposer dans les médias de l'époque[8].

Par la suite, Pascal devient psychiatre aliéniste à Charenton-le-Pont comme médecin-en-chef, puis médecin-chef à Prémontré en 1920 et à Châlons-sur-Marne en 1922[6]. En 1925, elle sera affectée au poste de médecin directeur du Centre hospitalier Roger-Prévot à Moisselles où avec Jean Davesnes, elle écrit Le Traitement des maladies mentales par les chocs.

En 1935, Constance Pascal publie Chagrin d'amour et psychoses, livre centré sur les psychoses provoquées par des traumatismes affectifs[9].

Pendant la Première Guerre mondiale, à la suite d'une relation avec le général Justin Mangin, elle donne naissance à Jeanne, en 1916. Les noms des parents n'étant pas précisés dans l'acte de naissance, Jeanne est inscrite comme fille de père et mère inconnus. En 1924, Constance Pascal adopte Jeanne, qui n'apprendra, de sa mère, la vérité sur sa naissance qu'à l'âge adulte. En 2006 Jeanne Pascal raconte son histoire à Felicia Gordon, avec la permission de publier dans un article sur sa mère son acte de naissance[10].

Constance Pascal meurt d'un cancer du sein, le [5].

Publications

  • Les formes atypiques de la paralysie générale (Prix de thèse, médaille de bronze), 1905.
  • La démence précoce; étude psychologique médicale et médico-légale, Paris, Alcan, 1911.
  • Jean Davesne, Traitement des maladies mentales par les chocs, Paris, Masson, 1926.
  • Chagrins d'amour et psychoses, Paris, G. Doin, 1935.
  • Chagrins d'amour et psychoses, Paris, Éditions L'Harmattan, 2000, p. 166, (ISBN 9782738492272).

Notes et références

  1. « Notice de personne », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 20 octobre 2017)
  2. « Constance Pascal », sur psychiatrie.histoire.free.fr (consulté le 20 octobre 2017)
  3. Jacques Chazaud, « Constance Pascal, première femme aliéniste en France », Histoire des sciences médicales, Société française d'histoire de la médecine, t. XXXV, no 1, , p. 85-90 (lire en ligne [PDF], consulté le 20 octobre 2017).
  4. Garrabé, Jean., Promenades dans le Paris de la folie : Les êtres et les lieux, J. Libbey Eurotext, , 222 p. (ISBN 978-2-7420-1476-7 et 2-7420-1476-4, OCLC 991107797, lire en ligne)
  5. http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx2001x035x001/HSMx2001x035x001x0085.pdf
  6. Gordon, Felicia., Constance Pascal (1877-1937) : authority, femininity and feminism in French psychiatry, (ISBN 9780854572366), (OCLC 858655484)
  7. psychanalyseactuelle.com
  8. ncbi.nlm.nih.gov
  9. L'Hygiène mentale : journal de psychiatrie appliquée, Doin, (lire en ligne), p. 32
  10. French psychiatry and the new woman: the case of Dr Constance Pascal, 1877–1937 - Felicia Gordon: http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00570838/document

Voir aussi

Bibliographie

  • « Constance Pascal (1877–1937), première femme psychiatre et médecin-chef des hôpitaux psychiatriques en France », Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, vol. 173, no 9, , p. 815-816 (présentation en ligne).
  • (en) Máire Fedelma Cross, « Constance Pascal, Authority, Femininity and Feminism in French Psychiatry », French History, vol. 28, , p. 582-584 (lire en ligne).
  • (en) Felicia Gordon, Constance Pascal (1877–1937) : Authority, Femininity and Feminism in French Psychiatry, Londres, IGRS, University of London, , 256 p. (ISBN 978-0-85457-236-6).
  • (en) Gordon F., « French psychiatry and the new woman: the case of Dr Constance Pascal, 1877-1937 », Hist Psychiatry, (présentation en ligne)
  • (en) Jean Michel Barbier, Gérard Serra, Gwenolé Loas et C.S. Breathnach, « Constance Pascal: pioneer of French psychiatry », History of Psychiatry, , p. 425-437 (présentation en ligne).

Liens externes

  • Portail des femmes et du féminisme
  • Portail de la médecine
  • Portail de la France
  • Portail de la Roumanie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.