Corps de l'ordonnance (United States Army)

Le corps de l'ordonnance de l'United States Army (United States Army Ordnance Corps) est une branche du soutien (en) de l'United States Army, dont le siège est à fort Lee (en), en Virginie. La mission générale du corps de l'ordonnance est à l'approvisionnement des unités de combat de l'armée avec des armes et des munitions, y compris leur achat et leur entretien. Avec le corps des quartiers maîtres (en) et le corps des transports (en), il constitue une composante essentielle du système de logistique de l'armée de terre des États-Unis.

United States Army Ordnance Corps

Corps de l'ordonnance de l'United States Army

Insigne régimentaire du corps de l'ordonnance de l'armée des États-Unis

Création [1]
Pays États-Unis
Branche United States Army
Type Soutien (en)
Garnison Fort Lee (Virginie) (en), État de Virginie
Couleurs Pourpre et jaune[2]
Marche L'armement pour la paix[3],
Service à la ligne, sur la ligne, à temps[4]
Commandant Brigadier général David Wilson

La mission du corps de l'ordonnance est de soutenir le développement, la production, l'acquisition et le maintien en condition de systèmes d'armes, des munitions, des missiles, de l'électronique, et de matériel de mobilité terrestre en temps de paix et de guerre pour donner la puissance de combat à l'United States Army[5]. L'officier responsable de la direction générale de la doctrine, de l’entraînement et du développement professionnel de ces objectifs est le chef de l'ordonnance. L'actuel chef de l'ordonnance est le brigadier-général David Wilson (en).

Histoire

Période coloniale à la guerre d'Indépendance

Dans les colonies britanniques en Amérique, chaque colonie était responsable de son propre approvisionnement en munitions. La première trace écrite d'un officier d'ordonnance dans la colonie d'Amérique britannique est Samuel Sharpe dans la colonie de la baie du Massachusetts nommé en 1629, en tant que maître canonnier de l'ordonnance. En 1645, la colonie du Massachusetts a en permanence, un inspecteur de l'ordonnance. Il était responsable de la fourniture et de l'entretien des armes et des munitions.

Avant de former l'armée continentale, le , le second congrès continental nomme un comité, le pour étudier des méthodes d'approvisionnement en armes et en munitions et du stockage, et pour nommer un commissaire général. Le , Ezekiel Cheever est nommé par le général George Washington en tant que commissaire des magasins de l'artillerie, qui sera bientôt appelé commissaire des magasins militaires avec le major général Henry Knox comme chef de l'Artillerie[5]. Au cours de la révolution américaine, chaque grand groupe de forces américaines sur le terrain a un commissaire des magasins militaires pour soutenir les soldats.

En 1776, le conseil de la guerre et de l'ordonnance (en) est créé pour la délivrance de fournitures aux troupes sur le terrain, et, en 1777, un magasin à poudre est créé à Carlisle (en), en Pennsylvanie et une fonderie à Springfield, dans le Massachusetts[5]. En janvier 1777, le général George Washington nomme Benjamin Flower chef du commissariat général des magasins militaires. Benjamin Flower reçoit le grade de colonel et sert en cette qualité tout au long de la révolution américaine. Le commissariat général des magasins militaires est un échelon au-dessus du commissariat des magasins militaires sur le terrain.

En 1794, la Springfield Armory devient l'une des premières armureries nationales, produisant des armes et des munitions jusqu'à sa fermeture en 1968[6]. L'arsenal d'Harper's Ferry commence la production en 1798.

Expansion continentale et guerre de Sécession

Faisant partie du département à la Guerre, depuis 1789, le congrès a créé le département de l'ordonnance séparé, supervisé par le secrétaire à la Guerre, le , dans le cadre des préparations de la guerre de 1812 avec la responsabilité de la production des armes et des munitions, de leur acquisition, de leur distribution et de leur stockage. La loi crée également un nouveau poste, le commissaire général de l'ordonnance[5],[6],[7]. Le , le colonel Decius Wadsworth (en), l'ancien commissaire général des achats est choisi en tant que commissaire général de l'ordonnance[5],[7],[8]. La loi donne également la direction au nouveau commissaire général de l'ordonnance : « solliciter les artisans et ouvriers pour diriger l'inspection et de la preuve de l'ensemble des canons et des armes de petit calibre pour diriger la construction de équipements des wagons des canons et des munitions pour faire les estimations et les contrats pour l'achat de munitions et de magasins et pour les délivrer à l'armée en provenance des armureries et des retours trimestriels des arsenaux de la propriété et de recevoir de la part de tous les responsables des rapports de dommages au matériel de l'ordonnance pour établir des dépôts de munitions pour la préparation des règlements pour l'administration du département de l'ordonnance et des formulaires de déclarations et de rapports[7] ».

Afin d'améliorer et de réformer l'organisation de l'armée à la suite de la fin de la guerre de 1812, la loi relative à la réorganisation de l'armée du est adoptée, qui parmi de nombreux autres changements importants[9] modifie les responsabilités du département de l'ordonnance « de manière à inclure l'achat d'armes et de munitions, la supervision des arsenaux de l'armée et des armureries, et le recrutement et la formation des artificiers[6] » avec la responsabilité d'armer et d'équiper la milice d'un crédit de 200 000 $ par an prévu par la loi du [7].

En 1821, tous les officiers affectés dans le département de l'ordonnance sont réaffectés dans la branche de l'artillerie. Le département de l'ordonnance continue à fonctionner avec les officiers de l'artillerie. En 1832, une loi du congrès rétablit le département de l'ordonnance[6],[7].

Le , une loi du congrès ajoute au département de l'ordonnance le titre de chef de l'ordonnance « avec la fonction de paye et des émoluments du quartier maître général[7](132) ». Le , le brigadier général James Wolfe Ripley (en) est promu au-dessus de l'actuel commissaire général de l'ordonnance, le colonel Henry K. Craig pour devenir le premier chef de l'ordonnance nouvellement réorganisée[7].

Au cours de la guerre de Sécession, le département de l'ordonnance achète et fournit d'énormes quantités d'armes et de provisions, et avec la mise en place du Sandy Hook Proving Ground (en), dans le New Jersey, en 1874, l'armée acquiert ses premières installations d'essais à grande échelle. La guerre hispano-américaine est le premier conflit dans lequel le département déploie du matériel à l'étranger et fournit du soutien pour le combat à corps à corps.

Première Guerre mondiale

Au début de la Première Guerre mondiale, le département de l'ordonnance est « responsable du ravitaillement de l'armée en armes, équipements, et munitions ... établissant et maintenant des arsenaux et des dépôt pour la fabrication, la réparation, et le maintien en condition des l'ordonnance, et de fournir des équipements équestres et des matériels pour les soldats comme les cantines, les tasses en étain, les couteaux, les fourchettes et les cuillères[10] ».

Pendant la Première Guerre mondiale, le département de l'ordonnance mobilise la base industrielle des États-Unis, développe conjointement des armes avec les alliés européens, et établit des dépôts de ravitaillement outre-mer et des installations d'entraînement de l'ordonnance. En 1919, les essais sont déplacés du Sandy Hook Proving Ground vers l'Aberdeen Proving Ground au Maryland.

Une campagne de sécurité autour de l'ordonnance par l'U.S. Army parue à l'apogée de la seconde guerre mondiale (c. 1942-1943) par le War Production Board

Seconde Guerre mondiale

En 1940, tout l'entraînement de l'ordonnance, les officiers et les hommes du rang sont déplacés de l'Arsenal de Raritan (en) vers l'Aberdeen Proving Ground, formant l'école de l'ordonnance[5].

La seconde Guerre mondiale étend les responsabilités du département de l'ordonnance pour inclure la production, l'acquisition, la distribution et les missions d'entraînement pour les forces terrestres de l'armée, l'armée de l'air et, pour quelques catégories, la marine[11]. En août 1942, le département de l'ordonnance assume la responsabilité de l'approvisionnement et la maintenance de tous les véhicules sur roues et motorisés[5],[8].

Typiquement, le département de l'ordonnance est responsable de délivrer les armes et les munitions aux troupes de combat au niveau divisionnaire. Le matériel est délivré sur le théâtre à des dépôts, qui ravitaillent principalement d'autres installations de ravitaillement, et des points de ravitaillement de munitions (ASP), qui distribuent essentiellement les munitions aux troupes de combat. Bien que la structure précise de l'organisation est toujours adaptée aux conditions sur le terrain, il y a habituellement deux ASP par division. Les divisions de l'armée de la seconde guerre mondiale ont habituellement une compagnie de l'ordonnance. Alors que le ravitaillement en munition est distribué au travers de la hiérarchie organisationnelle, son transport et son allocation deviennent de plus en plus de la responsabilité des unités de combats elles-mêmes[12].

Au début de 1942, avec l'autorisation du chef de l'ordonnance, une branche d'informatique à l'école Moore de génie électrique (en) de l'université de Pennsylvanie est créée comme annexe de l'Aberdeen Proving Ground sous le nom de code « Project PX »[13]. Le , l'« Electronic Numerical Integrator and Computer » (ENIAC]), l'ordinateur électronique d'intérêt général mondial, est inauguré[11]. L'ENIAC est conçu pour calculer les tables de tir de l'artillerie pour le Laboratoire de recherche balistique (en). Le premier usage de l'ENIAC est les calculs de la bombe à hydrogène[14].

Scientifiques de l'Opération Paperclip du centre Rocket de l'ordonnance (en).

En août 1945, le colonel Holger Toftoy (en), chef de la branche missile de la division de recherche et de développement du département de l'ordonnance de l'U.S. Army, propose des premiers contrats d'une année à des scientifiques en aérospatiale allemands pour l'opération Paperclip, un programme utilisé pour recruter des scientifiques de l'Allemagne nazie au profit des États-Unis ; 127 d'entre eux acceptent. En septembre 1945, le premier groupe de sept scientifiques en fusée arrivent à fort Strong (en), dans l'État de New York et puis partent pour fort Bliss, au Texas en janvier 1946[15],[16].

En 1949, les scientifiques allemands sont transférés du centre de lancement de White Sand du complexe de lancement de fort Bliss à l'centre de lancement de l'ordonnance de l'arsenal de Redstone

Corée, Vietnam, et guerre froide

Le département de l'ordonnance est renommé corps de l'ordonnance dans le loi d'organisation de l'armée du . Lors de la Corée et du Vietnam, le corps de l'ordonnance fournit le ravitaillement et la maintenance du matériel, caractéristique de ses traditions de « service à la ligne, sur la ligne et à temps », et est actif dans le développement de fusées, de missiles guidés et de satellites[17].

E, 1962, le corps de l'ordonnance est renommé branche de l'ordonnance et est placée au sein de la branche de la logistique du commandement du matériel de l'armée. Il est séparé de la logistique et renommé corps de l'ordonnance en 1985.

Guerre contre le terrorisme

En vertu du réalignement et fermeture de bases (BRAC) (en), le centre et l'école de l'ordonnance de l'U.S. Army est relocalisé de l'Aberdeen Proving Ground au Maryland vers le fort Lee (en)[18].

Héraldique et traditions

Insigne de la branche

L'insigne de la branche du corps de l'ordonnance est représenté par l'« obus et la flamme ». Il est utilisé par le corps de l'ordonnance depuis 1832 ; il est considéré comme l'insigne d'une branche le plus ancien de l'armée. Un insigne similaire a été utilisé par l'armée britannique. Après son adoption par l'armée américaine, la forme a été utilisée par l'artillerie comme pour l'ordonnance jusqu'en 1834 lorsque les canons croisés ont été adoptés par l'artillerie. En 1835, l'obus et la flamme sont utilisés sur les boutons des membres du corps de l'ordonnance, et la forme est utilisées sur divers objets portés sur l'uniforme depuis leur adoption. La simplicité de l'obus et de la flamme s'harmonise l'armement d'une époque révolue, alors que l'action qu'elle suggère s'applique avec la même intensité aux armes d'aujourd'hui[3].

Plaque de la branche

La forme de la plaque comprend l'insigne de la branche, les lettres et le rebord en or. Le fond est cramoisi[3],[note 1].

Insigne régimentaire

L'insigne régimentaire pour le corps de l'ordonnance est approuvé le . Il est en émail et métal de couleur de 2,5 cm de hauteur comprenant deux canons gris anciens en sautoir sur un disque blanc derrière un encerclement de défilement sous la forme d'une boucle de ceinture rouge avec, entre l'intersection des canons et de la ceinture, une bombe noire antique, ses flammes écarlates émises au-dessus de l'insigne de derrière de la ceinture, qui porte l'inscription « ORDNANCE CORPS U.S.A. » en lettres d'or[3].

Les canons croisés sont représentatifs des relations précoces du corps de l'ordonnance avec l'artillerie. La bombe enflammée, aussi connue comme l'obus et la flamme, représente l'armement d"une époque révolue, alors que l'énergie qu'elle représente est applicable aux armes actuelles. La ceinture des canonniers, qui enserre la bombe enflammée et les canons croisés, est embossée avec les mots « ORDNANCE CORPS U.S.A. » et représente l'association traditionnelle entre les munitions et l'armement. Le fond blanc symbolise la devise du corps de l'ordonnance « ARMEMENT POUR LA PAIX »[3].

Credo du soldat de l'ordonnance

En tant que soldat de l'ordonnance de l'armée des États-Unis, j'utiliserai toutes les compétences et tous les moyens disponibles pour assurer qu'une mobilité supérieure, une puissance de feu, et des communications sont des avantages appréciés par l'armée des États-Unis sur ses ennemis. En tant que soldat de l'ordonnance, je comprends totalement mon devoir d'assurer dans des conditions défavorables et je m'efforcerai continuellement de perfectionner mon art. Je resterai souple de façon à faire face à toute urgence. Par ma conduite, je respecterai le code du soldat. Lors de ma mission de soutien, j'utiliserai toutes les compétences disponibles pour maintenir la supériorité ; je serai toujours tactiquement et techniquement compétent. En tant que soldat de l'ordonnance, je n'aurai pas de plus grande tâche[19],[20].

Chant de l'ordonnance de l'armée

Chant de l'armée des États-Unis (en) Les paroles et la musique de « Arms for the Love of America » sont composées originellement par Irvin Berlin et publiées par l'association de l'ordonnance de l'armée en 1941. Elle est dédiée au major général Charles M. Wesson (en), le chef de l'ordonnance de 1938 à 1942[21].

On land and on the sea and in the air
We've gotta be there, we've gotta be there
America is sounding her alarm
We've gotta have arms, we've gotta have arms

Arms for the love of America!
They speak in a foreign land, with weapons in every hand
Whatever they try, we've gotta reply
In language that they understand

Arms for the love of America!
And for the love of every mother's son
Who's depending on the work that must be done
By the man behind the man behind the gun

 Lyrics to « Arms for the Love of America »

Ordre de l'ordonnance de Samuel Sharpe

« L'objectif de l'ordre de l'ordonnance de Samuel Sharpe est de reconnaître les personnes qui ont servi le corps de l'ordonnance de l'armée des États-Unis avec une intégrité démontrée, d'une grande moralité et avec une compétence professionnelle pendant une période de temps prolongée. Et dont les contributions désintéressées pour le corps se distinguent aux yeux de leurs aînés, de leurs pairs et de leurs subordonnés. »

Le , la cour des assistants de Londres ordonne que « cinq pièces d'artillerie et une grande quantité d'autres armes et de balles » établies dans une colonie près de l'actuel Salem soient placées sous le contrôle de M. Samuel Sharpe, faisant de lui le premier européen « maître canonnier de notre ordonnance » sur le continent américain[22],[23].

Personnel du corps de l'ordonnance de l'United States Army

Chefs de l'ordonnance

En 1962, le bureau du chef de l'ordonnance est dissous et toutes les fonctions administratives en relation avec l'ordonnance sont assurées par d'autres agences de l'armée. La position est ré-établie en 1983, en tant qu'agence promotrice de toutes les spécialités professionnelle et de la gestion de carrière en relation avec l'ordonnance. Le corps de l'ordonnance rejoint le système régimentaire de l'armée des États-Unis en 1986, avec le chef de l'ordonnance à la tête du corps[24].

Les généraux commissaires (en), généraux commissaires de l'ordonnance et chefs de l'ordonnance sont répertoriés ci-après[25],[26] :

Officier des zones de concentration (AOC)

  • 91B Materiel Maintenance Officer (dissous)
  • 91D Munitions Management Officer (dissous)
  • 89E Explosive Ordnance Disposal Officer[4]
  • 91A Materiel Maintenance and Munitions Management Officer[4],[36]

Spécialités professionnelles des sous-officiers

  • 890A Ammunition Warrant Officer[4]
  • 913A Armament Systems Maintenance Warrant Officer[4]
  • 914A Allied Trades Warrant Officer[4]
  • 915A Automotive Maintenance Warrant Officer[4]
  • 915E Senior Automotive Maintenance Warrant Officer[4]
  • 919A Engineer Equipment Maintenance Warrant Officer[4]
  • 948B Electronics Maintenance Warrant Officer
  • 948D Electronic Missile Systems Maintenance Warrant Officer[4]
  • 948E Senior Electronics Maintenance Warrant Officer[4]

Spécialités professionnelles des hommes du rang (MOS)

  • 89A Ammunition Stock Control and Accounting Specialist[37],[38]
  • 89B Ammunition Specialist (formerly 55B)[38],[39]
  • 89D Explosive Ordnance Disposal Specialist (formerly 55D)[38],[40]
  • 91A M1 ABRAMS Tank System Maintainer (formerly 63A)[38],[41],[42]
  • 91B Wheeled Vehicle Mechanic (formerly 63B)[38],[42],[43]
  • 91C Utilities Equipment Repairer (formerly 52C)[38],[42],[44]
  • 91D Power Generation Equipment Repairer (formerly 52D)[38],[42],[45]
  • 91E Allied Trades Specialist (formerly 91E and 91W)[38],[42],[46]
  • 91F Small Arms/Artillery Repairer (formerly 45B)[38],[42],[47]
  • 91G Fire Control Repairer (formerly 45G)[38],[42],[48]
  • 91H Track Vehicle Repairer (formerly 63H)[38],[42],[49]
  • 91J Quartermaster and Chemical Equipment Repairer (formerly 63J)[38],[42],[50]
  • 91K Armament Repairer (formerly 45K)[38],[42],[51]
  • 91L Construction Equipment Repairer (formerly 62B)[38],[42],[52]
  • 91M Bradley Fighting Vehicle System Maintainer (formerly 63M)[38],[42],[53]
  • 91P Self Propelled Artillery Artillery Systems Maintainer (formerly 63D)[38],[42],[54]
  • 91S Stryker Systems Maintainer[38],[55]
  • 91X Maintenance Supervisor (formerly 63X)[38],[42]
  • 91Z Senior Maintenance Supervisor (formerly 63Z)[38],[42]
  • 94A Land Combat Electronic Missile System Repairer[38],[56]
  • 94D Air Traffic Control Equipment Repairer[38],[57]
  • 94E Radio and Communication (COMSEC) Security Repairer[38],[58]
  • 94F Computer/Detection Systems Repairer[38],[59]
  • 94H Test Measurement and Diagnostic Equipment (TMDE) Maintenance Support Specialist[38],[60]
  • 94M RADAR Repairer[38],[61]
  • 94P Multiple Launch Rocket System (MLRS) Repairer[38],[62]
  • 94R Avionics and Survivability Repairer[38],[63]
  • 94S PATRIOT System Repairer[38],[64]
  • 94T AVENGER System Repairer[38],[65]
  • 94X Senior Missile Maintenance Supervisor[38]
  • 94W Electronic Maintenance Chief[38]
  • 94Y Integrated Family of Test Equipment (IFTE) Operator/Maintainer[38],[66]
  • 94Z Senior Electronic Maintenance Chief[38]

Écoles et musées

Pendant la Première Guerre mondiale, le département de l'ordonnance crée des écoles dans plusieurs lieux dont des universités, des usines civiles, des armureries, des arsenaux, et des dépôts sur le terrain. La plupart de l'entraînement est consolidé au camp d'entraînement de l'ordonnance au camp Hancock, en Géorgie. En 1940, l'école de l'ordonnance de l'armée des États-Unis (en) est créée à l'Aberdeen Proving Ground. En 2008, l'école est déplacée à fort Lee (en) en Virginie.

L'école de maintenance des munitions et d'électronique de l'ordonnance de l'armée des États-Unis (en) (OMEMS) est installée à l'arsenal de Redstone depuis 1952 jusqu'à sa fusion avec l'école de ordonnance de l'armée des États-Unis en 2011. Ses missions sont l'entraînement des militaires et des civils au désarmement en sécurité et au démantèlement des explosifs et la réparation et la maintenance des systèmes électroniques, des missiles et des munitions.

Le musée de l'ordonnance de l'armée des États-Unis est créé à l'Aberdeen Proving Ground en 1919. En 2010, le musée est fermé et reformé au fort Lee en tant que centre de l'entraînement et de l'héritage de l'ordonnance des États-Unis.

Notes et références

Notes

  1. En 1835, le corps de l'ordonnance a une plume rouge identique à celle de l'Artillerie. Le pourpre a été prescrit comme couleur de l'ordonnance en 1851. En 1902, il est changé en noir et écarlate. Le pourpre et le jaune sont établis en tant que couleurs de la branche, le .

Références

  1. history.army.mil
  2. U.S. Army Institute of Heraldry, colors
  3. U.S. Army Institute of Heraldry
  4. U.S. Department of the Army
  5. Bonn, p. 160, 162, 163
  6. U.S. Army Ordnance Corps
  7. Maynard, p. 126
  8. Huston
  9. Beltman, p. 185
  10. Moss, p. 79
  11. Kempf
  12. War Department. 1944. FM 9-6: Ordnance Department Ammunition Supply, p. 27–28
  13. Kennedy
  14. Moye
  15. McGovern
  16. Huzel, p. 27, 226
  17. Ordnance Corps
  18. U.S. Army Corps of Engineers
  19. Ordnance Soldiers Creed
  20. 73rd Ordnance Symbolism
  21. Johns Hopkins University
  22. Ancestry.com
  23. Mayo
  24. Sterling, 1987, p. 77
  25. Sterling, 1993, p. 93
  26. Ordnance Corps Hall of Fame, 1969, Williams
  27. Ordnance Corps Hall of Fame, 1980
  28. Ordnance Corps Hall of Fame,1969, Ttschappat
  29. Ordnance Corps Hall of Fame, 1969, Wesson
  30. Ordnance Corps Hall of Fame, 1970, Campbell
  31. Ordnance Corps Hall of Fame, 1980, Hughes
  32. Ordnance Corps Hall of Fame, 1980, Ford
  33. Wiggins
  34. Commandant U.S. Army Ordnance Schools
  35. U.S. Department of the Army online
  36. (en) « 89B Ammunition Specialist », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  37. « Enlisted MOS Information », Ordnance Personnel Development Office online (consulté le 11 juin 2011)
  38. (en) « 89B Ammunition Specialist », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  39. (en) « 89D Explosive Ordnance Disposal Specialist », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  40. (en-US) « 91A M1 ABRAMS Tank System Maintainer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  41. (en) « MOS Conversion Information », Ordnance Personnel Development Office online (consulté le 11 juin 2011)
  42. (en) « 91B Wheeled Vehicle Mechanic », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  43. (en) « 91C Utilities Equipment Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  44. (en) « 91D Power Generation Equipment Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  45. (en) « 91E Allied Trades Specialist », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  46. (en) « 91F Small Arms/Artillery Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  47. (en-US) « 91G Fire Control Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  48. (en) « 91H Track Vehicle Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  49. (en) « 91J Quartermaster and Chemical Equipment Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  50. (en-US) « 91K Armament Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  51. (en) « 91L Construction Equipment Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  52. (en) « 91M Bradley Fighting Vehicle System Maintaine », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  53. (en) « 91P Artillery Mechanic », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  54. (en) « 91S Stryker Systems Maintainer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  55. (en) « 94A Land Combat Electronic Missile System Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  56. (en-US) « 94D Air Traffic Control Equipment Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  57. (en) « 94E Radio and Communication (COMSEC) Security Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  58. (en-US) « 94F Computer/Detection Systems Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  59. (en) « 94H Test Measurement and Diagnostic Equipment Maintenance Support Specialist », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  60. (en) « 94M RADAR Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  61. (en) « 94P Multiple Launch Rocket System (MLRS) Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  62. (en) « 94R Avionics and Survivability Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  63. (en) « 94S PATRIOT System Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  64. (en) « 94T AVENGER System Repairer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)
  65. (en) « 94Y Integrated Family of Test Equipment (IFTE) Operator/Maintainer », U.S. Department of the Army online (consulté le 11 juin 2011)

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Brian W. Beltman, Territorial Commands of the Army : The System Refined but Not Perfected, 1815-1821, vol. 11 (Journal of the Early Republic) (no 2), . 
  • (en) Keith Bonn, Army Officer's Guide, 50th Edition, Stackpole Books, , 657 p. (ISBN 978-0-8117-3224-6, lire en ligne). 
  • (en) James Alvin Huston, The Sinews of War : Army Logistics, 1775-1953, Government Printing Office, . 
  • (en) Dieter K. Huzel, Peenemünde to Canaveral, University of Michigan, Greenwood Press, , 247 p. (ISBN 978-0-313-22928-2, lire en ligne). 
  • (en) Karl Kempf, Historical Monograph from 1961 : Electronic Computers within the Ordnance Corps, U.S. Army (lire en ligne). 
  • (en) T.R. Kennedy, Electronic Computer Flashes Answers, New York Times (lire en ligne). 
  • (en) Merrill Maynard, The Army of the United States : Historical Sketches of Staff and Line with Portraits of Generals-in-Chief, Military Service Institution of the United States, (lire en ligne). 
  • (en) Lida Mayo, The Ordnance Department : On Beachhead and Battlefront, vol. 6, Washington, U.S. Army, Office of the Chief of Military History, (lire en ligne)
  • (en) James McGovern, Crossbow and Overcast, New York, W. Morrow,
  • (en) James Moss, Officers' manual, George Banta Publishing Company, (lire en ligne). 
  • (en) William T Moye, ENIAC : The Army-Sponsored Revolution, US Army Research Laboratory, (lire en ligne)
  • (en) Keir Brooks Sterling, Serving the Line with Excellence : The development of the US Army Ordnance Corps, as expressed through the lives of its chiefs of ordnance, 1812-1987, with a short sketch of the history of Army Ordnance, 1775-1987, TRADOC historical studies, U.S. Army Ordnance Center and School, . 
  • (en) Keir Brooks Sterling, Addere Flammam : Commanders of the United States Army Ordnance Center and School, 1918–199, U.S. Army Ordnance Center and School, . 
  • (en) DA PAM 600-3 : Commissioned Officer Professional Development and Career Management, U.S. Department of the Army, (lire en ligne [PDF]). 
  • (en) History of Ordnance Display, Cohen Hall, Fort Lee, Virginie, U.S. Army Ordnance Corps, . 
  • (en) Video : Buildings brings Ordnance School into 21st century, Norfolk District, U.S. Army Corps of Engineers (lire en ligne). 
  • (en) Ordnance Corps, Globalsecurity.org (lire en ligne). 
  • (en) Commandant U.S. Army Ordnance Schools, U.S. Army Ordnance Corps, coll. « Ordnance Corps Official Website » (lire en ligne). 
  • (en) Commandant U.S. Army Ordnance Schools, U.S. Army Ordnance Corps, coll. « Ordnance Corps Official Website » (lire en ligne). 

Liens externes

  • Portail des forces armées des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.