Danny Kaye

Danny Kaye, né David Daniel Kaminski le à New York et mort le à Los Angeles, est un acteur, chanteur et danseur américain.

« Dany Kaye » et « David Daniel Kaminski » redirigent ici. Pour les autres significations, voir Kaye et Kaminski.
Pour les articles homonymes, voir Kaye.
Danny Kaye
Portrait de Danny Kaye
Nom de naissance David Daniel Kaminsky
Surnom Danny Kaye
Naissance
Brooklyn, New York, États-Unis
Nationalité  Américain
Décès
Los Angeles, Californie, États-Unis
Profession Acteur
Chanteur
Danseur
Films notables Le Laitier de Brooklyn
La Vie secrète de Walter Mitty
Vive monsieur le maire
Hans Christian Andersen et la Danseuse

En 1986, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur.

Biographie

Jeunesse et études

David Daniel Kaminsky descend d'une famille d'immigrés juifs originaire d'Ukraine[1]. En 1911, ses parents Jacob et Clara (née Nemerovsky) Kaminsky quittent la ville de Dnipropetrovsk pour aller vivre aux États-Unis[A 1]. Le foyer familial, composé aussi de deux fils nommés Larry et Mac, s'installe donc à New York[A 1]. Lorsque David naît à Brooklyn en 1913, il est le premier enfant Kaminsky à obtenir la nationalité américaine. Celui que l'on surnomme affectueusement Danny commence dès son plus jeune âge à étudier à l'École Publique, au 149 East New York[A 2]. À cette époque, il amuse déjà ses camarades de classe avec des chansons et des blagues[2]. Par la suite, Danny Kaminsky étudie à la Thomas Jefferson High School de New York mais ne réussit pas à obtenir son diplôme[3]. Cet échec ne découle pas d'un manque de travail. Seulement, le jeune adolescent est très perturbé par la mort de sa mère. Depuis sa naissance, Clara motivait et encourageait son fils dans le domaine de l'humour et du divertissement. Son décès est une perte immense pour Danny.

Carrière

Ayant abandonné l’école à l’adolescence, Kaye gagna rapidement ses galons de comique lors de tournées des villégiatures estivales dans les Monts Catskills, dans l’État de New York.

Dès 1935 il débuta à l'écran dans un court métrage comique face à June Allyson.

En 1941, il apparaît à Broadway dans le spectacle musical Lady in the Dark (musique de Kurt Weill) avec Gertrude Lawrence en vedette.

En 1944, Danny Kaye attira l’attention de Samuel Goldwyn, qui fit de lui l’une des plus grandes vedettes de la comédie et du « musical »[4]. Son premier film pour Goldwyn était un remake d'un film avec Eddie Cantor. Partenaire privilégié de Virginia Mayo et à l'occasion de Gene Tierney et Mai Zetterling, Kaye fut dirigé par des maîtres du genre tels que Norman Z. McLeod et Howard Hawks. Interprète de Walter Mitty et Hans Christian Andersen, il joue deux puis trois rôles dans Le Joyeux Phénomène et Un grain de folie. Dans Noël blanc, il remplace Fred Astaire au côté de Bing Crosby.

Kaye fit équipe avec les Andrews Sisters (Patty, Maxene et LaVerne) pour les disques Decca Records en 1947, produisant le numéro trois au « hit Billboard » Civilization (Bongo, Bongo, Bongo). Ce succès en engendra d'autres comme The Woody Woodpecker Song.

En 1948, en tant que comique, il remporte un triomphe devant la famille royale au London Palladium.

Pour faire face au Comité des activités anti-américaines du sénateur Joseph McCarthy, il est membre du Comité pour le premier amendement (donc en faveur de la liberté d'expression), co-fondé par Philip Dunne, Myrna Loy, John Huston et William Wyler[5].

Kaye rencontra le même succès à la télévision et remporta un Emmy Award pour son émission de variétés, The Danny Kaye Show (débuts en 1963). En 1976, il jouera Geppetto dans une adaptation musicale pour le petit écran de Pinocchio puis le capitaine Crochet face à Mia Farrow dans une version de Peter Pan avec des chansons d'Anthony Newley et Leslie Bricusse.

Influences artistiques

L'acteur Pierre Richard a indiqué lors d'une conférence à la Cinémathèque française avoir découvert sa vocation en voyant un film de Danny Kaye (Un fou s'en va-t-en guerre), l'humour et la gestuelle de celui-ci correspondant exactement au type de burlesque qu'il souhaitait interpréter[6].

Filmographie

Au cinéma

À la télévision

Voix françaises

Distinctions

Sauf mention contraire ou complémentaire, la liste des distinctions est issue du site Internet Movie Database[7].

Récompenses

Tableau récapitulatif des récompenses de Danny Kaye
Année Récompense Catégorie Film
1952Golden GlobeMeilleur acteur dans un film musical ou une comédieSur la Riviera
1955Oscar du cinémaOscar d'honneur
1959Golden GlobeMeilleur acteur dans un film musical ou une comédieMoi et le colonel
1960Laurel AwardMeilleur acteur dans une comédie musicaleMillionnaire de cinq sous
1964Emmy AwardMeilleur acteur dans une émission ou une série télévisée comiqueThe Danny Kaye Show (en)
1982Oscar du cinémaJean Hersholt Humanitarian Award
1983Screen Actors Guild AwardScreen Actors Guild Life Achievement Award

Nominations

Tableau récapitulatif des nominations de Danny Kaye
Année Récompense Catégorie Film
1953Golden GlobeMeilleur acteur dans un film musical ou une comédieHans Christian Andersen et la Danseuse
1957Le Bouffon du roi
1963Emmy AwardMeilleur acteur dans une émission ou une série télévisée comiqueThe Danny Kaye Show (en)
1965Meilleure émission ou série télévisée comique
1982Golden GlobeMeilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilmSkokie, le village de la colère
1986Emmy AwardMeilleur acteur invité dans une série télévisée comiqueCosby Show

Décorations

Notes et références

Notes

Références bibliographiques

  1. p. 141
  2. p. 142

Autres sources

  1. (en) Michael Fox, « Danny Kaye bio unintentionally echoes entertainer's failings », Jewish San Francisco, (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2012).
  2. (en) « World-renowned comedian dies », The Register-Guard, Eugene (Oregon), Alton F. Baker III, (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2012).
  3. (en) Mark Goodman, « A Conversation with Danny Kaye », The Ledger, Lakeland (Floride), (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2012).
  4. unicef.org
  5. « Connaissez-vous le cinéma ? », Le Monde hors-série jeux, 2011, page 27.
  6. Pierre Richard à propos de Danny Kaye à la Cinémathèque française
  7. (fr+en) « Danny Kaye – Distinctions », sur Internet Movie Database.com (consulté le 16 septembre 2012).
  8. Archives des nominations et promotions dans l'ordre des Arts et des Lettres.

Annexes

Bibliographie

  • (en) Karin Adir, The Great Clowns of American Television, McFarland & Co Inc, , 270 p. (ISBN 0-7864-1303-4 et 978-0786413034, lire en ligne)
  • (en) Michael Freedland, The Secret Life Of Danny Kaye, St. Martin’s Press, , 261 p. (ISBN 0-312-70163-2 et 978-0312701635)
  • (en) Martin Gottfried, Nobody’s Fool : The Lives of Danny Kaye, New York, Simon & Schuster, , 372 p. (ISBN 0-671-86494-7 et 978-0743244763)
  • (en) Dick Richards, The Life Story of Danny Kaye, Convoy Publications, , 70 p.
  • (en) Kurt D. Singer, The Danny Kaye Story, T. Nelson, , 241 p.

Liens externes

  • Portail du cinéma américain
  • Portail de la télévision
  • Portail des comédies musicales
  • Portail de la culture juive et du judaïsme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.