Dar El Bey

Le Dar El Bey (arabe دار الباي), connu sous l'appellation de Palais du Gouvernement (قصر الحكومة), est un palais de la médina de Tunis.

Palais du Gouvernement
قصر الحكومة
Vue d'ensemble du Dar El Bey
Présentation
Destination initiale
Palais pour le bey de Tunis
Destination actuelle
Construction
Propriétaire
État tunisien
Site web
Localisation
Pays
Gouvernorat
Municipalité
Coordonnées
36° 47′ 52″ N, 10° 10′ 09″ E
Localisation sur la carte de Tunisie
Localisation sur la carte de Tunis

Il abrite de nos jours le siège du chef du gouvernement tunisien après avoir été longtemps réservé aux hôtes de l'État.

Emplacement

Le Dar El Bey se trouve dans le quartier de la kasbah qui abrite plusieurs institutions publiques. Son entrée principale est située au sud de la place du Gouvernement qui s'ouvre à l'ouest sur la place de la Kasbah.

Histoire

Le palais est construit au XVIIe siècle par le bey mouradite Hammouda Pacha Bey. En 1795, le bey husseinite Hammouda Pacha le réaménage et y rajoute un étage. Henri Dunant l'a considéré comme « le plus beau type d'habitation princière de type mauresque qui existe dans le monde »[1].

Ce palais devient, bien avant que la Tunisie n'accède à son indépendance, le siège du chef du gouvernement : Mustapha Kaak est ainsi le premier à l'occuper.

Description

La cour est pavée en marbre blanc et entourée d'un portique sur les deux côtés ; une série de seize colonnes torses, des arches décorées en marbre blanc et noir et un plafond doré et finement sculpté d'arabesques complète la décoration. Le palais est doté d'un étage constitué de pièces luxueuses et finement décorées par des artistes marocains et espagnols ; ces pièces se distinguent par la splendeur de leurs plafonds peints et dorés ainsi que par la beauté des lambris en plâtre sculpté et des panneaux de faïence de type andalou[2].

Les salles sont garnies de représentation bibliques et historiques. L'une des salles est tapissée de glaces sur les parois et le plafond ; la salle à manger comporte un plafond élevé, doré et décoré d'arabesques de plusieurs couleurs.

Notes et références

  1. Henri Dunant, Notice sur la régence de Tunis, Genève, Imprimerie de Jules-Guillaume Fick, , 261 p. (lire en ligne), p. 47
  2. Henri Saladin, Tunis et Kairouan, Paris, Henri Laurens, coll. « Les Villes d'art célèbres », , p. 52-53

Liens externes

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de Tunis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.