Deûlémont

Deûlémont (en néerlandais : Deulemonde) est une commune française située dans le département du Nord (59), en région Hauts-de-France.

Ne doit pas être confondu avec Delémont.

Deûlémont

L'hôtel de ville.

Blason
Administration
Pays France
Région Hauts-de-France
Département Nord
Arrondissement Lille
Canton Armentières
Intercommunalité Métropole européenne de Lille
Maire
Mandat
Christophe Liénart
2014-2020
Code postal 59890
Code commune 59173
Démographie
Gentilé Deûlémontois
Population
municipale
1 769 hab. (2017 )
Densité 178 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 44′ 06″ nord, 2° 56′ 57″ est
Altitude Min. 11 m
Max. 20 m
Superficie 9,94 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nord
Deûlémont
Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille
Deûlémont
Géolocalisation sur la carte : France
Deûlémont
Géolocalisation sur la carte : France
Deûlémont
Liens
Site web deulemont.fr

    Géographie

    Deûlémont dans son canton et son arrondissement

    Situation

    Deûlémont tire son nom de sa situation au confluent de la Lys et de la Deûle. Le toponyme accole le nom de la rivière canalisée, la Deûle, et le mot mont, forme francisée de mond (bouche en néerlandais). En 1060, on trouve une mention du nom Duplices Montes.

    Une île sur la Lys, à laquelle on ne peut accéder que par le quai Verboeckhoven à Comines-Warneton (Belgique), appartient à la commune.

    Communes limitrophes

    Communes limitrophes de Deûlémont
    Warneton Comines
    Comines-Warneton (Belgique)
    Frelinghien Quesnoy-sur-Deûle

    Héraldique

    Armoiries données en 1690, sous l’administration de Madame Marie–Louise–Victoire de Créquy, 28e abbesse de Messines (1679 - 1706)[1] et Dame de Deûlémont. Enregistrées par D’Hozier à l’Armorial général de France.

    Les armes de Deûlémont se blasonnent ainsi : «Écartelé au Premier et Quatrième de gueules à une fleur de lys à l’antique d’argent,au deuxième et troisième d’or au lion de sable lampassé de gueules,à une crosse d’or posée sur l’écartelé en pal,à l’écu brochant sur le tout d’or au créquier de gueules».

    Histoire

    Toponymie : Deûlémont signifie « embouchure de la Deûle » ; mond signifie « bouche » en néerlandais.

    Population et société

    Démographie

    Évolution démographique

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

    En 2017, la commune comptait 1 769 habitants[Note 1], en augmentation de 5,05 % par rapport à 2012 (Nord : +0,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

    Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
    2 0021 8731 8852 0322 1682 1582 1252 1402 060
    1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
    2 0491 9431 9521 9361 8901 8621 8681 9171 958
    1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
    1 9021 9591 757715831837813827880
    1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
    8988669511 3601 3681 4611 4241 6901 673
    2017 - - - - - - - -
    1 769--------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Pyramide des âges

    Pyramide des âges à Deûlémont en 2007 en pourcentage[6].
    HommesClasse d’âgeFemmes
    0,1 
    90 ans ou +
    0,1 
    2,3 
    75 à 89 ans
    4,0 
    7,5 
    60 à 74 ans
    8,2 
    22,4 
    45 à 59 ans
    23,1 
    25,7 
    30 à 44 ans
    27,0 
    18,6 
    15 à 29 ans
    12,3 
    23,4 
    0 à 14 ans
    25,3 
    Pyramide des âges du département du Nord en 2007 en pourcentage[7].
    HommesClasse d’âgeFemmes
    0,2 
    90 ans ou +
    0,7 
    4,6 
    75 à 89 ans
    8,2 
    10,4 
    60 à 74 ans
    11,9 
    19,8 
    45 à 59 ans
    19,5 
    21,0 
    30 à 44 ans
    19,9 
    22,5 
    15 à 29 ans
    20,9 
    21,5 
    0 à 14 ans
    18,9 

    Politique et administration

    Liste des maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    1800 1803 Inglebert Vandermersch    
    1803 1813 Jean Baptiste Ghesquière    
    1813 1816 Hippolite Joseph Vandermersch    
    1816 1817 Augustin Lutun    
    1817 1821 Zacharie Catteau    
    1821 1831 Roger Laloy    
    1831 1848 Augustin Vandermersch   Le maire et l’adjoint furent révoqués à l’issue de la Révolution de 1848
    1848 1848 Charles Sénélar   Maire provisoire
    1848 1853 Hippolite Vandermersch    
    1853 1858 Auguste Ghestem    
    1858 1861 Louis Philippo    
    1861 1876 Alphonse Vandermersch    
    1876 1894 Charles Philippo    
    1894 1904 Louis Philippo    
    1904 1906 Roger Horent    
    1906 1908 Louis Flipo    
    1908 1912 Georges Horent    
    1912 1919 Victor-Hyacinthe Liénart    
    1919 1927 Louis Claro   Conseiller général du Canton de Quesnoy-sur-Deûle
    1927 1959 Pierre Dillies    
    1959 mars 1971 Louis Lefebvre    
    mars 1989 André Dekyndt    
    mars 2014 Francis Grimonprez   Onzième vice-président à Lille Métropole Communauté urbaine
      Christophe Liénart DVD  

    Lieux et monuments

    • L'église Saint Symphorien - Elle a été construite en 1925 en remplacement de la précédente église, détruite durant la première guerre mondiale.
    • La chapelle Marie Mère de Dieu - Bâtie en 1926, elle est située aux écolatries. Elle contient une statue de la Vierge à L'enfant, une statue de Saint Roch et une statue de Saint Joseph.
    • La chapelle Notre-Dame - Elle est située rue des Processions. Elle contient une statue de la Vierge à L'enfant
    • La chapelle Notre-Dame - Elle est située rue du Maréchal Foch. Elle contient une statue de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse.
    • La chapelle Notre-Dame de la Délivrance - dite "Chapelle Rohart". Bâtie en 1867, reconstruite en 1934 et rénovée en 2013. Elle est située rue des trois frères Fretin. Elle contient une statue de la Vierge à L'enfant, une statue de Saint Gérard et une statue de Saint Antoine de Padoue.
    • La chapelle Notre-Dame des Sept Douleurs - Elle a été édifiée à l'initiative de la famille Desprez, qui occupait la ferme du Wynhem, en action de grâce pour avoir été préservée des malheurs de la première guerre mondiale. Elle est située à l'angle du chemin du Moulin du Wynhem et du chemin de Deulemont.

    Galerie

    Dévotion populaire et tradition

    La ville de Deûlémont est marquée par la dévotion à Saint Symphorien, On trouve un autel dédié à ce saint dans l'église du même nom. Au XVIIè siècle on paye déjà le clerc de l'église pour donner des chandelles aux pèlerins qui viennent "servir Saint Symphorien"[8]. La dévotion est toujours active au XIXè siècle : en 1861, l'abbé Dinet mentionne Deûlémont dans son étude sur S. Symphorien et son culte[9].

    Deûlémont était un lieu de pélérinage populaire parmi les Flamands, qui appelaient la ville "Dulzemonde". L'écrivain populaire flamand Edward Vermeulen l'évoque dans son ouvrage de 1927 "Mietje Mandemakers & Cie" [10] L'éthnologue Belge Walter Giraldo, le mentionne à plusieurs reprises dans ses études sur la dévotion populaire en Flandre Occidentale, notamment dans son ouvrage "Volksdevotie in West-Vlaanderen".

    On prie Saint Symphorien en particulier pour la guérison de la Cyanose[11],[12] et pour prévenir la mort subite du nourrisson[13] ou toutes sortes d'autres maladies infantiles. On invoquait aussi parfois Saint Symphorien contre les maladies du bétail[14].

    Au début des années 1930, des pèlerins de Courtrai venaient y faire bénir les sous-vêtements déjà neuf fois portés par leurs enfants, après quoi les enfants devaient porter pendant neuf jours ces vêtements[15].

    Dans les années 1950, les pèlerins viennent encore d' Aalbeke[11], de Deerlijk[12], de Wijtschate[16] ou de Wevelgem[14]. Des pratiques similaires aux années 1930 sont rapportées  : on se rend à Deûlémont avant l'accouchement, de préférence avec son époux et on fait bénir un vêtement qui doit être fait porté à l'enfant à sa naissance pendant neuf jours[14].

    Au XIXème siècle la paroisse de Deûlémont diffusait une médaille à l’effigie du Saint. Une procession avait lieu le quatrième dimanche du mois d'août[17]. De nos jours, des pèlerins viennent encore de Flandre pour "servir" le Saint. Une messe avec bénédiction des enfants est toujours organisée à cette date : les enfants reçoivent l'image d'un vitrail représentant Saint Symphorien[18].

    Personnalités liées à la commune

    Pour approfondir

    Bibliographie

    Articles connexes

    Liens externes

    Notes et références

    Notes

    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

    Références

    1. http://users.telenet.be/hallu/nl_historiek.php (MESEN HISTORIEK - Historique de Messines)
    2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
    6. « Évolution et structure de la population à Deûlémont en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
    7. « Résultats du recensement de la population du Nord en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 juillet 2010)
    8. Deûlémont Informations historiques sur la ville, Deûlémont, Archives Municipales, , 28 p., p 18
    9. Abbé Ch. -L. Dinet, S. Symphorien et son culte Tome Second, Autun, Imprimerie Michel Dejussieu, (lire en ligne), p 551
    10. (nl-BE) Edward Vermeulen, Mietje Mandemakers & Cie, Tielt, Lannoo, (lire en ligne), p 102 / Ge moet in beëvaaart gaan naar Dulzemonde, raade Leonie aan, 't is wel ver in Frankrijk, maar ge zoudt er voorzeker beternis vinden." / Tu dois aller en pélérinage à Deulémont, conseilla Léonie, 'c'est bien loin en France, mais t'y trouverais pour sur de l'amélioration."
    11. (nl) Walter Giraldo, « Dienen uit liefdadigheid », Biekorf, , p 68 (lire en ligne)
    12. (nl) Walter Giraldo, « Dienen uit liefdadigheid », Biekorf, , p 71 (lire en ligne)
    13. (nl-BE) Walter Giraldo, Volksdevotie in West-Vlaanderen, Brugge (bruges), Marc van de Wiele, , 164 p. (ISBN 90-6966-057-1), p 29 "tot heden blijkt Dulzemonde de aangewezen bedevaartplaats tegen de wiegendood te zijn" / tr : jusqu'à présent, Deulemont semble le lieu de pélérinage désigné contre la mort subite du nourisson.
    14. (nl) Walter Giraldo, « Bedevaart, volksgeneeskunde en toverij », Biekorf, , p 236 (lire en ligne)
    15. (nl-BE) Walter Girardo, Volksdevotie in West Vlaanderen, Brugge / Bruges, Marc Vande Wiele, , 164 p. (ISBN 90-6966-057-1), p 56
    16. (nl) Walter Giraldo, « Dienen uit liefdadigheid », Biekorf, , p105 (lire en ligne)
    17. « Deulemont dans la tourmente », sur doyennelysetdeule.fr
    18. « St Symphorien ferme dans la foi », sur doyennelysetdeule.fr, (consulté le 18 janvier 2019)
    • Portail de la métropole européenne de Lille
    • Portail du Nord-Pas-de-Calais
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.