Denise Richards

Denise Richards /dəˈniːs ˈrɪt͡ʃərdz/[1] est une actrice et mannequin américaine, née le à Downers Grove, dans l'Illinois.

Pour les articles homonymes, voir Richards.
Denise Richards
Denise Richards en .
Nom de naissance Denise Lee Richards
Naissance
Downers Grove, Illinois
Nationalité Américaine
Profession Actrice
Mannequin
Films notables Starship Troopers
Sexcrimes
Le monde ne suffit pas
Belles à mourir
Mortelle Saint-Valentin
Love Actually
Séries notables Blue Mountain State
Twisted
Site internet deniserichards.com

Elle accède à la notoriété à la fin des années 1990 grâce à ses rôles dans le film de science-fiction Starship Troopers, le thriller érotique Sexcrimes (1998), et le blockbuster Le monde ne suffit pas (1999).

Trente ans après ses débuts, elle jouit encore d’une grande notoriété aux États-Unis, essentiellement à cause de ses multiples démêlés très médiatisés avec son ex-époux, l’acteur Charlie Sheen. Entre 2008 et 2009, elle est même l'héroïne de sa propre émission de télé-réalité, Denise Richards : It's complicated, qui suit sa vie de mère célibataire.

Biographie

Jeunesse et formation

Denise Richards naît dans la banlieue de Chicago, à Downers Grove, son père est ingénieur et sa mère propriétaire d'un café. Elle a des ascendances hollandaises[2], québécoises, irlandaises, anglaises et galloises[3]. Au collège Tinley Park High School, ses professeurs ont tôt fait de remarquer ses dons et son vif intérêt pour les disciplines sportives : elle est pom-pom girl[4],[5].

À quinze ans, elle déménage avec ses parents et sa sœur Michelle à Oceanside, dans le sud de la Californie. Elle obtient son diplôme de fin d'études secondaires à la El Camino High School de la ville. Elle part pour Los Angeles où elle tente de percer dans le mannequinat. Elle décroche quelques contrats mais elle est handicapée par sa petite taille, 1,68 m. Elle se présente aussi à des castings d’actrices[3].

Révélation commerciale (années 1990)

L'actrice en 1999 à Los Angeles, à la première de Le monde ne suffit pas.

En 1993, à vingt-deux ans, l'actrice joue une fille de quinze ans dans un épisode de Seinfeld. Au cours des années 1990, elle enchaîne les apparitions dans diverses séries télévisées, Corky, Beverly Hills, Loïs et Clark ou encore trois épisodes de Melrose Place.

Mais elle se fait surtout connaitre au cinéma.
En 1997, elle tient un rôle de premier plan dans la superproduction de science-fiction, Starship Troopers de Paul Verhoeven[6]. Le film, très attendu, reçoit des critiques mitigées, et rembourse à peine son budget. Sa dimension satirique ne sera appréciée que quelques années plus tard[7], et lancera même une franchise de productions de série B, sans Denise Richards.

En 1998, âgée de vingt-sept ans, Richards retient vraiment l’attention du grand public grâce sa prestation de lycéenne sexy et manipulatrice dans le sulfureux Sexcrimes de John McNaughton. Sa scène d'amour avec Neve Campbell et Matt Dillon fait couler beaucoup d'encre[8]. S’il ne réalise pas un score exceptionnel au box-office[9], le film acquiert néanmoins un statut de film-culte dans les années qui suivent comme l’atteste ses nombreuses rediffusions à la télévision[10] et les quatre opus de la franchise créée pour tirer profit de son succès[11].

Le nouveau sex-symbol du cinéma américain se retrouve régulièrement, dans les années qui suivent, aux places d’honneur dans les classements des « Femmes les plus sexy du monde » établis par des magazines masculins du type FHM[3].

En 1999, elle confirme son statut en incarnant une James Bond girl (aux côtés de Sophie Marceau) dans le blockbuster Le monde ne suffit pas, réalisé par Michael Apted[12].
La même année, elle est à l’affiche de la comédie Belles à mourir, une histoire de guerre de reines de beauté dans le fin fond du Minnesota[13]. C’est une comédie sans prétention mais qui est assez bien accueillie par la critique, même Libération trouve « réjouissant[e] » cette production[non neutre][14].

En 2001, elle prête ses traits à la très séduisante cousine de Ross et Monica dans un épisode de la très populaire sitcom Friends et apparaît dans cinq épisodes de la sixième et dernière saison de la sitcom Spin City. La même année, elle est à l'affiche d'un film d'horreur pour adolescents, Mortelle Saint-Valentin. Ce slasher movie est particulièrement malmené par la critique, pour le Nouvel Obs « Ce n'est pas un film, c'est un succédané de Scream »[15]. Enfin, elle partage l'affiche de la comédie Good Advice avec Angie Harmon et Charlie Sheen. Le film est un flop critique et commercial.

Passage au second plan et diversification (années 2000)

Denise Richard en 2009.

La décennie 2000 s'avère difficile pour l'actrice : elle se contente de venir agrémenter de ses charmes des « films pour ados » d'une qualité cinématographique souvent discutable.

Elle joue ainsi dans des comédies romantiques et/ou érotiques ou dans des parodies de films d'horreur comme Le temps passant, sans rôle marquant, elle doit se contenter de films sortant directement en DVD puis en VOD, comme Tous les mêmes avec Milla Jovovich (2007)[16], Blonde and Blonder avec Pamela Anderson (2008)[17] ou Hot babes (2009)[18].

Elle tente de se rabattre vers la télévision : après des apparitions dans Mon oncle Charlie , la sitcom à succès de son compagnon Charlie Sheen, en 2005, elle devient l'actrice principale de la série Sex, Love and Secrets, mais le programme est arrêté après 10 épisodes, faute d'audience. Même insuccès l'année suivante avec le pilote sans lendemain de Secrets of a Small Town.

Elle finit surtout par faire de la télé-réalité : en 2008, elle est au centre de Pas facile d'être Denise Richards ! (Denise Richards : It's complicated) diffusée sur E! aux États-Unis et sur MCM en France. L'émission suit sa vie quotidienne de mère divorcée à Hollywood et montre comment elle gère sa carrière et sa communication. Sa vie conjugale et « post-conjugale » quelque peu mouvementée offre une matière abondante aux producteurs de l'émission, laquelle connaît 17 épisodes.

L'année suivante, elle participe à la huitième saison de Dancing with the Stars, avec notamment l'acteur français Gilles Marini et le cofondateur d'Apple, Steve Wozniak.

Rôles réguliers (années 2010)

La personnalité médiatique à un défilé, en 2011.

En 2010 et 2011, elle tient le rôle récurrent de Debra Simon dans deux des trois saisons de la sitcom Blue Mountain State.

Denise Richards et Kellie Martin, lors de la cérémonie des Hero Dog Awards, en 2012.

Puis durant cette décennie, la « jeune première », la quarantaine passée, doit se résoudre à changer de positionnement pour se recentrer sur les rôles de femmes d'âge mûr au charme vivace (Cougars Inc., 2011[19]).

En 2013 et 2014, elle joue le rôle de Karen Desai, mère d'un ado de 16 ans, dans la série à suspense Twisted. En 2015 elle rejoint, dans un rôle de MILF à nouveau, la distribution de Significant Mother, série en neuf épisodes[20].

Après plusieurs rôles dans des téléfilms et des films de série B, elle signe durant l'été 2018 pour rejoindre la distribution de l'émission de télé-réalité à succès The Real Housewives of Beverly Hills[21]. L'année suivante, elle intègre, pour la première fois, la distribution principale d'un feuilleton télévisé lorsqu'elle accepte un rôle dans le soap opera populaire Amour, Gloire et Beauté[22].

Vie personnelle

Le , Denise Richards épouse l'acteur Charlie Sheen, rencontré l'année précédente lors du tournage d'une sitcom, Spin City[23]. Le couple a deux filles : Sam Katherine, née le , et Lola Rose, née le . En , elle pose nue dans le magazine Playboy. En , elle entame une procédure de divorce. Ses déboires conjugaux font les délices de la presse à scandale. Elle y accuse Charlie Sheen des vices et crimes les plus odieux : dépendance au jeu, aux prostitués, à la « cyber-pédo-pornographie », violence, insultes à caractère ordurier devant leurs enfants[24].

En 2010, elle adopte une petite fille prénommée Eloise Joni. En 2012, elle a une aventure avec le guitariste de Bon Jovi, Richie Sambora[25].

En , elle épouse le comédien américain Aaron Phypers à Malibu[26].

Filmographie

Longs métrages

Téléfilms

  • 1995 : P.C.H. de Nelson McCormick : Jess (non créditée)
  • 1996 : In the Blink of an Eye de Micki Dickoff : Tina Jacobs
  • 1996 : Pier 66 de Michael Lange : Carlin Mills
  • 1996 : 919 Fifth Avenue de Neil Hagar : Cathy Damore
  • 2004 : Marions-les ! (I Do (But I Don't)) : Lauren Crandell
  • 2012 : Les Naufragés du lagon bleu (Blue Lagoon: The Awakening) : Barbara Robinson
  • 2014 : La Veuve noire (Fatal Acquittal) : Nora Grant
  • 2015 : Dans la peau de mon père (Christmas Trade) : Chloé
  • 2015 : Un duo d'enfer pour Noël (A Christmas Reunion) : Amy Stone (également co-productrice)
  • 2017 : Mon amour, ma victoire (Tomboy) : Shelley Stanguard
  • 2018 : Un Noël rock'n'roll (Christmas Break-In) : Heather Rush
  • 2018 : La passion en héritage (Destined to Ride)  : Tante Glo
  • 2019 : Une étudiante sous emprise (The Secret Lives of Cheerleaders) : Candice Scott
  • 2019 : Adventures of Dally & Spanky de Camille Stochitch : Kelly Banks
  • 2019 : My Adventures with Santa de Brian Skiba : Valérie Nolan

Séries télévisées

Pilotes

Télé-réalité & émissions de télévision

Distinctions

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb[28].

Récompenses

  • The Stinkers Bad Movie Awards 1999 : pire actrice dans un second rôle pour Le monde ne suffit pas
  • 20e cérémonie des Razzie Awards 2000 : pire actrice dans un second rôle pour Le monde ne suffit pas
  • Los Angeles International Underground Film Festival 2016 : meilleure actrice pour A Life Lived
  • Northeast Film Festival 2017 : meilleure distribution pour American Satan

Nominations

Voix françaises

En France, Denise Richards est régulièrement doublée par Barbara Delsol. Cependant, elle a également été doublée par d'autres comédiennes.

Notes et références

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. allemande selon certaines sources
  3. « Denise Richards. Biography », sur IMdB
  4. « From the Football Field to the Red Carpet: Check Out These Celebrities with Pom-Pom Pasts! Denise Richards », sur Snakkle
  5. D’autre actrices de renom ont suivi ce «cursus». Parmi celles qui sont en activé, on peut citer Sandra Bullock, Alle Berry ou Eva Longoria.
  6. « Starship Troopers. Bande-annonce », sur Allociné
  7. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18653101.html.
  8. « Sexcrime. Bande-annonce », sur Allociné.
  9. « Sexcrimes. (1,2 million d’entrées en France) », sur JP's Box-Office.
  10. « Sexcrimes - 02/04/2018 - 20:40 sur RTL9 », sur programme-tv.orange.fr,
  11. « Sex Crimes 4 (Trailer) », sur YouTube.
  12. « Bande annonce de Le monde ne suffit pas », sur YouTube.
  13. « Belles à mourir. Bande-annonce », sur Allociné
  14. « Belles à mourir. Critique Presse », sur Allociné.
  15. « Mortelle Saint-Valentin. Critique Presse », sur Allociné.
  16. « Tous les mêmes », sur Allociné
  17. « Blonde and Blonder », sur IMdB
  18. « Hot babes », sur Allociné
  19. « Cougars Inc. (2011) », sur IMdB.
  20. « Denise Richards Going Full Cougar for New CW Comedy Significant Mother » (consulté le 2 juin 2015).
  21. https://www.etonline.com/denise-richards-poses-in-bikini-with-her-new-real-housewives-of-beverly-hills-castmates-108390.
  22. Eric Bouche, « Amour Gloire et Beauté : Denise Richards se confie sur son nouveau rôle », sur telestar.fr, .
  23. Selon certaines sources, ce serait plutôt lors du tournage du film Le Courtier Du Cœur (2001)
  24. « Charlie Sheen Divorce Bombshell », sur The smoking gun, .
  25. « Denise Richards a rompu avec Richie Sambora : une porte ouverte pour Charlie Sheen ? », sur Closer, .
  26. http://www.etonline.com/denise-richards-marries-aaron-phypers-days-after-engagement-109273%3famp.
  27. http://seriesaddict.fr/news/9973-Significant-Mother-recrute-Denise-Richards-pour-un-episode
  28. (en) « Denise Richards Awards », sur imdb.com.

Liens externes

  • Portail du cinéma américain
  • Portail des séries télévisées américaines
  • Portail du mannequinat
  • Portail de James Bond

c

Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.