Douna Loup

Douna Loup, née le à Genève, est une écrivaine, romancière et dramaturge franco-suisse[1].

Pour les articles homonymes, voir Loup (homonymie).
Douna Loup
Naissance
Genève, Suisse
Activité principale
Distinctions
Prix Senghor du premier roman francophone 2011
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman

Biographie

Douna Loup est née à Genève. Ses parents sont marionnettistes. Elle grandit dans la Drôme, en France.

À l'âge de 18 ans, elle voyage en Afrique. Elle passe plusieurs mois à Madagascar, où elle fait du bénévolat dans un orphelinat[2].

Elle écrit pour le théâtre jeunesse puis publie en avril 2010 Mopaya, le récit d'une traversée du Congo à la Suisse[3].

Son premier roman L'embrasure, paru en septembre 2010 au Mercure de France reçoit plusieurs prix : le Prix Schiller découverte, le Prix Michel-Dentan et le Prix Senghor du premier roman francophone[4].

Depuis 2013, Douna Loup habite en France, à côté de Nantes[3].

Dans L’Oragé, publié en 2015, elle retrace la jeunesse de deux poètes malgaches des années 1920, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa. Le premier écrit en français tandis que Esther Razanadrasoa écrit en malgache[2].

Œuvre

Romans

  • Mopaya : Récit d'une traversée du Congo à la Suisse, avec Gabriel Nganga Nseka, Paris, L'Harmattan, coll. « Écrire l'Afrique », 2010, 132 p. (ISBN 978-2-296-11829-4)
  • L’Embrasure, Paris, Mercure de France, 2010, 155 p. (ISBN 978-2-7152-3135-1)
  • Les Lignes de ta paume, Paris, Mercure de France, 2012, 168 p. (ISBN 978-2-7152-3282-2)[5]
  • L'Oragé, Paris, Mercure de France, 2015, 220 p. (ISBN 978-2-7152-4130-5)
  • Déployer, Genève, Éditions Zoé, 2019, 208 p. (ISBN 978-2-88927-624-0)

Pièces de théâtre

  • Ventrosoleil, Les Sans-Editions, 2014. Cette pièce jeune public a été créée au Théatre Am Stram Gram de Genève (mise en scène Joan Mompart).
  • Mon chien-dieu, Les solitaires intempestifs, 2016. (Élu au Prix ado du théâtre contemporain)

Prix et distinctions

Accueil de son œuvre

Dona Loup reçoit plusieurs prix, dont le prix Schiller[10].

Le journal Le Temps écrit au sujet de L'Oragé, « L’Oragé raconte la jeunesse de deux poètes malgaches de l’entre-deux-guerres, Jean-Joseph Rabearivelo et Esther Razanadrasoa, et à travers eux, par eux, Douna Loup signe une ode à la liberté de créer, à la liberté d’aimer, à la liberté d’écrire.»[11].

Notes et références

  1. « Une cosse de sauvagerie et de haute civilisation / Entretien avec Douna Loup | le poulailler », sur le-poulailler.fr (consulté le 29 février 2016)
  2. « L’Oragé, une ode à la liberté de créer, d’aimer et d’écrire », sur www.letemps.ch (consulté le 2 février 2016)
  3. « Douna Loup / Maison des écrivains et de la littérature », sur www.m-e-l.fr (consulté le 3 février 2018)
  4. Lisbeth Koutchoumoff, « Douna Loup, la liberté d’écrire et d’aimer », Le Temps, (lire en ligne, consulté le 3 février 2018)
  5. « Douna Loup écrit «Les Lignes de ta paume», en suivant le destin d’une étonnante vieille dame », sur www.letemps.ch (consulté le 2 février 2016)
  6. « Le prix Virilo 2015 pour Douna Loup, le Trop Virilo pour Sophie Divry et Jean Teulé », sur Bibliobs, (consulté le 4 novembre 2015)
  7. « Prix Pittard de l'Andelyn 2016 », sur Fondationpittardd, (consulté en mai 2016)
  8. Lauréats du prix René-Fallet, site officiel.
  9. https://www.tdg.ch/actu/culture/prix-dentan-romanciere-genevoise-douna-loup-2011-05-02
  10. « Dona Loup - Fondation Pittard de l'Andelyn - Fondation Pittard de l'Andelyn », sur prix-genevois-litterature.ch (consulté le 20 août 2018)
  11. Lisbeth Koutchoumoff, « «L’Oragé», une ode à la liberté de créer, d’aimer et d’écrire », Le Temps, (lire en ligne, consulté le 20 août 2018)

Liens externes

  • Portail de la littérature francophone
  • Portail de la Suisse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.