Draisine

La draisine fait partie du matériel roulant ferroviaire, c'est le nom généralement donné à un véhicule automoteur, léger, principalement utilisé pour le service des voies ferrées, notamment l'inspection des lignes et le transport du matériel et du personnel de maintenance[1]. Depuis quelques années, il existe aussi des draisines conçues spécifiquement pour une utilisation de loisir sur d'anciens tronçons de voie ferrée, elles sont actionnées par des pédaliers[2].

Ne pas confondre avec la draisienne, ancêtre du vélo
Draisine contemporaine ; le véhicule est ici équipé d'une fraise à neige pour le déneigement des voies.

Définition

Cyclo-draisine.

Il est difficile de définir parfaitement la Draisine, d'une manière précise et globale, il semble que ce terme soit couramment utilisé pour appeler l'ensemble des « véhicules légers autonomes », quel que soit le type de propulsion utilisé, circulant sur une voie ferrée. Il est néanmoins possible de définir des usages professionnels dominants comme l'inspection et l'entretien d'une voie ferrée avec le transport du matériel et du personnel, mais aussi la surveillance, lors d'une utilisation militaire. Les draisines sont utilisées sur tout type d'écartement des rails.

La création récente d'engins de loisir, de type « vélo sur rail » ou cyclo-draisine, ayant quatre roues et plusieurs pédaliers permettant d'utiliser la force musculaire comme moyens de propulsion, complète la longue liste des véhicules pouvant être définis comme draisine et ajoute le loisir et le sport aux utilisations possibles des engins portant ce nom.

Histoire

L'histoire foisonnante des engins légers circulant sur des rails à travers le monde n'a pas, semble-t-il, donné lieu à une étude exhaustive, de multiples sources indiquent un foisonnement d'inventions, ou tout simplement de « bricolages », avant une construction plus rationnelle à la demande des grandes compagnies.

Draisines utilisant l'énergie musculaire

Draisines à bras

Les anciennes draisines étaient mues manuellement par différents systèmes, notamment par un système de leviers analogue à celui des anciennes pompes, avec des variantes. Elles sont majoritairement remplacées par les draisines à moteur au début du XXe siècle, mais il semble que l'on continue à en utiliser dans certains pays.

Draisines à pédaliers

Durant le XIXe siècle, des inventions vont permettre d'autres types de draisines. On peut citer notamment le quadricycle de Willard Sawyer en 1852, la pédale sur la roue de Pierre Michaux en 1861, et celles du pédalier (1879) et de la transmission par chaîne à maillons en 1880. Ces inventions se retrouvent sur les draisines anciennes conservées.

Draisines de loisir

Au début du XXIe siècle des anciens et nouveaux modèles, de draisines mues par la force musculaire, sont de nouveau construits pour des activités ludiques de loisir ou de sport. Ces draisines sont utilisées sur d'anciens tronçons de voies fermées au trafic ferroviaire commercial.

Draisines à moteur

Elles prennent en partie la suite des draisines à force musculaire, en France, dès 1903, la Société Decauville propose dans son catalogue "des voitures automobiles sur rails à moteurs à pétrole"[3],[4] il y a une grande variété de modèles utilisant souvent des véhicules routiers transformés. La motorisation commence par quelques machines à vapeur, puis on trouve des moteurs à essence et enfin les moteurs diesel deviennent prépondérants notamment dans la production du matériel utilisé par les grandes compagnies. Les draisines modernes sont équipées de moteurs Diesel relativement puissants. Elles disposent d'une plate-forme pour le transport de matériel et peuvent être équipées de grues de manutention ou de nacelles élévatrices pour l'entretien des caténaires.

Anciennes draisines à moteur

Draisines touristiques

Des chemins de fer touristiques et historiques sauvegardent, restaurent et exploitent d'anciennes draisines.

Draisines en France

Draisine en action à Bourg-Saint-Maurice (décembre 2011).

Les draisines SNCF d'ancienne génération, DU 65, sont modifiés et affectées, soit au déneigement avec un soc mobile de chaque côté et des élargisseurs, soit au brossage des rails, soit à l'inspection des tunnels avec cabine panoramique et éclairage conséquent. D'autres, sans moteur sont modifiées pour la mesure de la géométrie des voies secondaires ou de service et appelées Mauzinettes.

Les draisines SNCF de dernières générations, DU 84 ou DU 94 B (ou LGV ou BGV), sont équipées d'une grue de manutention d'une capacité allant jusqu'à 20 tonnes/mètre, disposent d'une bonne capacité de stockage et permettent la pose de rails en barres de 18 mètres. Elles permettent de plus la manutention de traverses, ballast (grâce à un godet) et le ramassage de pièces métalliques grâce à un électro-aimant. Certaines sont spécialisées pour le contrôle des caténaires (EMC) ou des tunnels (EMT). Elles sont fabriquées par l'établissement industriel équipement SNCF (EIV Quercy- Corrèze) de Brive.

Draisines dans la fiction

Les draisines inspirent les metteurs en scène, des films lui donnent une place importante, par exemple : dans Le Mécano de la General de Buster Keaton, le mécanicien William A. Fuller poursuit les voleurs de « la General » avec une draisine d'inspection, ayant un bras propulseur que l'on actionne à la main[5] ; Dans un film de 1933 « Le Texan Chanceux » (The Lucky Texan), la scène finale est une course poursuite entre John Wayne à cheval et des bandits utilisant une draisine à moteur[6].

Dans l'album Le Temple du Soleil d'Hergé paru en album en 1949, une équipe de secours prend en charge Tintin et le capitaine Haddock dans une draisine après l'attentat dont ils ont été victimes dans la partie péruvienne de la cordillière des Andes. En fait, Hergé s'est inspiré d'un véhicule appartenant à la Compagnie des chemins de fer du Nord dont il a trouvé le dessin dans Les Chemins de fer édité en 1927[7].

Dans le film The Railrodder , l'acteur Buster Keaton (alors au crépuscule de sa carrière et âgé de 69 ans ), après avoir apparamment franchi l'Atlantique à la nage depuis Londres sur la foi d'une publicité de l'office de tourisme canadien, traverse le Canada d'Est en Ouest sur une Draisine à moteur des chemins de fer canadiens qui est une intarissable source de gags.

Le compartiment à outils/bagages de l'engin (propulsé par un trépidant petit moteur Diésel) est apparemment une réserve inépuisable de commodités diverses (manteau de fourrure, carabine pour chasser les oies sauvages, service à thé en porcelaine chinoise, nourriture et boissons, lessive...etc) et la machine semble ne jamais avoir besoin du moindre ravitaillement en carburant tandis qu'elle traverse les paysages les plus grandioses du Canada. Arrivé au bord de l'Océan Pacifique, Buster Keaton contemple les vagues sans s'apercevoir qu'un japonais, vêtu du même costume strict et coiffé du même canotier que lui,sort des vagues et s'installe sur la draisine pour effectuer le même voyage , mais cette fois d'Ouest en Est tandis que Keato , résigné mais impassible entreprend de rentrer...à pied.

Cefilm réalisé par l'office canadien du cinéma avait pour but publicitaire de promouvoir le tourisme mais il est cependant considéré comme un petit chef-d'œuvre du 7° art.

Une figurine largement diffusée, rappelle aussi la présence d'une draisine à bras, actionnée par les frères Dalton dans un album de Lucky Luke[8].

Dans la série de romans La Compagnie des Glaces de G.-J. Arnaud, les personnes se déplacent parfois en draisine.

Dans Stalker, les protagonistes en utilisent une pour se rendre dans la zone.

De même, dans le roman Métro 2033 et le jeu vidéo qui en est inspiré, de nombreux trajets s'effectuent en draisine, sur les voies du métro moscovite.

Notes et références

  1. Dictionnaire Larousse, Draisine lire (consulté le 27 septembre 2009)
  2. STRMTG, Cyclo-Draisine lire (consulté le 27 septembre 2009).
  3. Roger Bailly, Decauville : ce nom qui fit le tour du monde, 77350 Le Mée sur Seine, Amatteis, , 199 p. (ISBN 2-86849-076-X), p. Chapitre X p121-122
  4. Roger Bailly, Decauville : ce nom qui fit le tour du monde, 77350 Le Mée sur Seine, Amatteis, , 199 p. (ISBN 2-86849-076-X), p. Chapitre X - p 134
  5. Cairn info, Cinéma lire (consulté le 27 septembre 2009).
  6. dvdrama, Le Texan Chanceux, critique du 26 mai 2006 lire
  7. « Le modèle de la cabine est français : il s'agit d'une draisine des Chemins de fer du Nord. » in Philippe Goddin et Hergé, La Malédiction de Rascar Capac : Les Secrets du Temple du soleil, t. 2, Bruxelles, Casterman, coll. « éditions Moulinsart », , 176 p. (ISBN 978-2-203-08843-6), p. 70
  8. Librairie Goscinny, les Dalton sur la draisine figurine lire (consulté le 27 septembre 2009).

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail du chemin de fer
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.