Drame de Wynendaele

Le drame de Wynendaele ou l'entrevue de Wynendaele est un épisode de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, s'étant passé le 25 mai 1940 au château de Wynendaele.

Château de Wynendaele où a eu lieu l'entrevue

Il s'agit d'une entrevue entre le roi Léopold III et ses principaux ministres : Hubert Pierlot, le premier ministre, Paul-Henri Spaak le ministre des affaires étrangères, Arthur Vanderpoorten le ministre de l'intérieur et Henri Denis le ministre de la défense. À l'issue de celle-ci le roi refuse de suivre ceux-ci hors du territoire national[1].

Léopold III constate que les Alliés sont battus et que la petite armée anglaise prépare son rembarquement sans que rien soit prévu pour sauver au moins une partie de l'armée belge, laquelle parvient pourtant à arrêter l'armée allemande pendant quatre jours durant la bataille de la Lys. Le roi prend dès lors la décision de rester au pays avec l'armée vaincue, espérant que, par la seule force morale de sa présence en Belgique, il pourra s'opposer aux abus que l'Allemagne ne va pas manquer de commettre en Belgique comme elle l'avait déjà fait pendant la Première Guerre mondidale. Mais Paul-Henri Spaak ne croit pas qu'une négociation soit possible avec l'Allemagne car celle-ci accuse Léopold III d'avoir pactisé secrètement contre elle avec les alliés sous le couvert de la neutralité, et cela dès avant la guerre. Pourtant, le roi veut se poser en obstacle, au moins passif, aux entreprises des Allemands de diviser la Belgique comme ils l'avaient fait en 1914-18. Entre le roi et les ministres éclate un différend, Spaak et Pierlot contestant violemment le choix du roi sans parvenir à le convaincre de quitter le pays. Le roi considère qu'il ne peut laisser croire qu'il trahit l'obligation constitutionnelle de défenseur de l'indépendance et de l'intégrité nationales comme l'y a engagé son serment d'intronisation de 1934. Il veut croire qu'il pourra défendre le peuple contre un ennemi dont on connait l'intention d'effacer la nation belge de la carte (comme cela avait été le cas durant la première guerre mondiale lors de la prise de contrôle des administrations belges et la séparation forcée de la Flandre et de la Wallonie avec expulsion de Bruxelles de toute l'administration francophone avec l'intention de germaniser la ville). Les deux ministres quittent la Belgique, laissant le roi seul à Wynendaele où il prend connaissance des conditions allemandes de reddition de l'armée apportées par le parlementaire qui avait été envoyé à l'ennemi.

C'est un des épisodes qui va déclencher la question royale, après la guerre.

Références

  1. « Le 25 mai 1940 se joua le drame de Wynendaele, l'un des épisodes les plus tragiques de notre pays », Le Vif/L'Express, (lire en ligne)
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de la politique belge
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.