Ebolowa

Ebolowa est une communauté urbaine du Cameroun[1], située au cœur de la forêt équatoriale. C'est le chef-lieu de la région du Sud et du département de la Mvila.

Pour les articles homonymes, voir Ebolowa (homonymie).

Ebolowa

Baobab centenaire poussant sur un rocher.
Administration
Pays Cameroun
Région Sud
Département Mvila
Démographie
Population 150 000 hab. (2018)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 2° 54′ nord, 11° 09′ est
Altitude Min. 570 m
Max. 620 m
Superficie 560 000 ha = 5 600 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Ebolowa
Géolocalisation sur la carte : Cameroun
Ebolowa

    Elle est reliée à Mbalmayo, chef-lieu du département du Nyong-et-So'o et à Yaoundé, capitale politique du Cameroun, par un axe routier bitumé de 168 km, aux frontières gabonaise et équatoguinéenne par un axe de 120 km, et à l’océan Atlantique (Kribi) par deux axes non revêtus, un de 160 km via Akom II et un autre de 180 km par Lolodorf.

    Population

    Lors du recensement de 2005 (RGPH3), la population d'Ebolowa était la suivante[2] :

    • Ebolowa Ier : 40 538 habitants, dont 29 089 pour Ebolowa Ier Ville
    • Ebolowa IIe : 55 957 habitants, dont 35 926 pour Ebolowa IIe Ville

    Structure administrative

    Outre la ville, Ebolowa Ier comprend les villages suivants[2] :

    • Adjap-Biyeng
    • Adjap-Yevol
    • Adoum
    • Afanengong-Adjap
    • Afanengong-Evele
    • Akak-Essatolo
    • Alam
    • Amvam-Yevol
    • Ando'o
    • Azem
    • Bikou'ou
    • Engom I
    • Engom II
    • Engong
    • Eves
    • Foulassi-Yembong
    • Konda
    • Koungoulou Biyeng
    • Lo'o-Biyeng
    • Mebae-Ndong
    • Mefak
    • Meka'a
    • Melate
    • Messambe-Yeminsem
    • Meyo-Ville
    • Minkane
    • Mvieng
    • Mvila-Yeminsem
    • Ngalane V
    • Nko'emvone
    • Nyangong
    • Olem
    • Sonkot
    • Yem-Essakoe
    • Yem-Ndong
    • Zingui

    Outre la ville, Ebolowa IIe comprend les villages suivants[2] :

    • Abang
    • Abomvomba
    • About
    • Adjap
    • Ako'okas
    • Akok
    • Akom
    • Alen
    • Aloum
    • Asso'osseng
    • Assok
    • Avelezok
    • Biba
    • Bikpwae
    • Bikpwaé
    • Bissam
    • Bissok
    • Biton
    • Bityili
    • Biyeyem
    • Bous
    • Djop
    • Ebae
    • Ebolakoun
    • Ekoumdoum
    • Ekowong
    • Elone
    • Enongal-Bulu
    • Essinguili
    • Evindissi
    • Foulassi
    • Ma'amezam
    • Mbako'o
    • Mbout
    • Mefo
    • Mekalat-Biyeng
    • Mekalat-Yemveng
    • Mekok
    • Mekomo
    • Metykpwale-Yeminsem
    • Mevous
    • Meyos
    • Meyos
    • Mfenda
    • Minkok
    • Minto
    • Mvam-Essakoe
    • Mvam-Yetom
    • Mvoman
    • Ndengue
    • Ndjafop
    • Ngalane III
    • Ngone
    • Nko'adjap
    • Nko'emvone
    • Nkolandom
    • Nkolenyeng-Yemvang
    • Nkolmvone
    • Nkoloveng
    • Nkon
    • Nkondongo
    • Nkpwaebae
    • Nloupessa Yemong
    • Nnelefoup
    • Okpweng
    • Onoyong
    • Sijakon
    • Vema

    Histoire

    Troupes coloniales à Ebolowa (Kamerun allemand)

    Évêché

    La cathédrale Sainte Anne et Joachim d'Abang.

    Personnalités liées à la ville

    • Ndille Nsom, Chef supérieur des Bulus et des Fangs : 1900-1920

    nées sur place :

    Médias

    Affiche publicitaire (1983)

    Beaucoup de médias publics et privés cohabitent les villes du Cameroun[pas clair], qu'il s'agisse de chaînes de télévisions, de chaînes de radio ou de la presse écrite.

    Quelques chaînes de télévisions camerounaises sont recevables à Ebolowa : CRTV, Spectrum Télévision (STV 1 et STV 2), Canal 2 International, Ariane TV, New TV. Toutefois, de nombreux foyers reçoivent des chaînes télévisions étrangères grâce à la câblodistribution ou au satellite.

    Exemples de quelques radios camerounaises recevables à Ebolowa ou émettant depuis Ebolowa : CRTV radio poste national, CRTV radio chaîne de l'Est. rcdm radio

    Quelques journaux écrits camerounais accessibles à la population de Ebolowa : Cameroun tribune, Le Messager, Mutations, La Nouvelle Expression, Le Jour, Repères.

    Des chaînes de radio et de télévision à capitaux privés sont présentent dans la ville depuis presque trois ans aujourd'hui. Il y'a parmi elles des chaînes chrétiennes. Nous pouvons citer entre autres :

    • Radio Nkul Bisoé
    • Glory Fm
    • Radio Communautaire pour le Développement de la Mvila (RCDM).

    Philatélie

    En 1985, la République unie du Cameroun a émis un timbre de 60 F représentant l'hôtel de ville d'Ebolowa[4].

    Notes et références

    1. Décret no 2008/025 du 17 janvier 2008 portant création de la communauté urbaine d'Ebolowa, in Cameroon Tribune, no 9018 du vendredi 18 janvier 2008, p. 5
    2. Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
    3. « L'ex-Clodette Ketty Sina, installée dans le Perche, n'a pas toujours dansé avec Claude François »,
    4. Catalogue Yvert&Tellier, no 766

    Annexes

    Bibliographie

    • Elie Dieudonné Bomo, Notes d'histoire économique sur la circonscription d'Ebolowa, au Cameroun, de 1920 à 1940, Université Paris 1, 1976, 100 p. (mémoire de maîtrise d'histoire)
    • Anne Lebel (et Emmanuelle Pontié), « Ebolowa », in Le Cameroun aujourd'hui, Éditions du Jaguar, Paris, 2011, p. 136-137 (ISBN 978-2-86950-464-6)

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail du Cameroun
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.