Edward Montagu (2e comte de Manchester)

Edward Montagu, 2e comte de Manchester, KG, KB, FRS (1602 - ) fut un commandant important des forces parlementaires de la Première guerre civile anglaise et, pendant un temps, le supérieur d'Oliver Cromwell[1].

Edward Montagu
Fonctions
Membre du Parlement du Royaume d'Angleterre
Member of the 1624-25 Parliament
Huntingdonshire (d)
Member of the 1625 Parliament
Huntingdonshire (d)
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Allégeance
Formation
Activités
Père
Mère
Catharine Spencer (d)
Fratrie
Walter Montagu (en)
George Montagu
Enfants
Robert Montagu
Lady Frances Montagu (d)
Lady Anne Montagu (d)
Lady Lucy Montagu (d)
Lady Essex Montagu (d)
Autres informations
Membre de
Royal Society
4e Parlement de Jacques Ier d'Angleterre (en)
1er Parlement de Charles Ier d'Angleterre (en)
2e Parlement du roi Charles Ier d'Angleterre (en)
Grade militaire

Biographie

Il était le fils aîné de Henry Montagu (1er comte de Manchester) de sa première épouse, Catherine Spencer, petite-fille de Sir William Spencer, de Yarnton, Oxfordshire. Il est né en 1602 et a fait ses études au Sidney Sussex College, à Cambridge (1618 - 22)[2].

Il a accompagné le prince Charles lors de son voyage en 1623 dans l'Espagne des Habsbourgs pour essayer de conclure un mariage espagnol. Il a été député de Huntingdonshire dans le «Parlement heureux» de 1623-1624, le «Parlement inutile» de 1625 et le Parlement de 1625-1626. Lors du couronnement de Charles Ier en février 1626, il fut nommé Chevalier du Bain pour le récompenser de ses services rendus à Charles en Espagne. En mai, avec l'aide de George Villiers (1er duc de Buckingham), Montagu est élevé à la Chambre des lords. Il reçoit la baronnie de son père, Kimbolton et est nommé vicomte Mandeville comme titre de courtoisie avec la création de son père, comte de Manchester, en février, lorsque le Parlement s'est réuni.

Sa première épouse, apparentée au duc de Buckingham est décédée en 1625 après deux ans de mariage. Il épousa en 1626 Anne Rich, fille de Robert Rich (2e comte de Warwick)[3].

L'influence de son beau-père, qui fut ensuite amiral du côté du parlement, attira Mandeville du côté populaire dans les questions en litige avec la couronne. Au début du Long Parlement il était l'un des dirigeants du parti populaire à la Chambre des lords, son nom étant associé à ceux des cinq députés de la Chambre des communes mis en accusation par le roi en 1642. Au début de la guerre civile, après avoir succédé à son père au comté en novembre 1642, il commanda un régiment dans l'armée de Robert Devereux (3e comte d'Essex), et en août 1643, il fut nommé Major général des forces parlementaires en les comtés de l'Est, avec Cromwell comme commandant en second[3]. Il désigna bientôt son prévôt William Rowsing comme iconoclaste, parcourant les églises de Suffolk et de Cambridgeshire en détruisant toutes les images "Popish" et "superstitieuses".

Devenu membre du Comité des deux royaumes en 1644, il était commandant suprême à la Bataille de Marston Moor mais lors des opérations suivantes, son manque d'énergie le mit en désaccord avec Cromwell. En novembre 1644, il désapprouva la poursuite de la guerre. Cromwell a porté les manquements de Manchester devant le Parlement à l'automne de 1644 et, en avril de l'année suivante, anticipant l'ordonnance d'abnégation, Manchester a démissionné de son mandat. Il a joué un rôle de premier plan dans les négociations fréquentes en vue d’un arrangement avec Charles, a été le gardien de William Lenthall du Grand Sceau de 1646 à 1648 et a souvent présidé à la Chambre des lords. Il s'opposa au procès du roi et se retira de la vie publique pendant le Commonwealth, mais après la restauration, à laquelle il participa activement, il fut chargé d'honneurs par Charles II. En 1667, il devint général et mourut le 5 mai 1671. Il a été fait chevalier de l'ordre de la jarretière en 1661 et est devenu membre de la Royal Society en 1667[3].

Des hommes aussi différents que Richard Baxter, Gilbert Burnet et Clarendon s'accordèrent pour dire que Manchester était un homme adorable et vertueux, qui aimait la paix et la modération tant sur le plan politique que religieux[3].

Mariages et enfants

Manchester a été marié cinq fois, ayant des enfants avec deux de ses femmes.

Il s'est d'abord marié, le 6 février 1623, à Susannah Hill ; ils n'avaient pas d'enfants.

Il épouse ensuite, le 1er juillet 1625, Lady Anne Rich, fille de Robert Rich (2e comte de Warwick), et eu trois enfants:

Sa seconde épouse décéda le 16 février 1642 et le 20 décembre de cette même année, il épousa sa cousine Essex, veuve de Sir Thomas Bevil et fille de Sir Thomas Cheek, de son épouse Essex, fille de Robert Rich (1er comte de Warwick) (en) ; ils avaient une fille

  • Lady Essex Montagu, qui a épousé Henry Ingram (1er vicomte d’Irvine) (en).

Sa quatrième épouse était la belle-mère de sa deuxième épouse, Eleanor, fille de Sir Richard Wortley et veuve de Sir Henry Lee, de Edward Radclyffe (6e comte de Sussex) (en) et du 2e comte de Warwick. Elle mourut en 1666 et le 31 juillet 1667, Manchester se maria une dernière fois à Margaret, veuve de James Hay (2e comte de Carlisle) et fille de Francis Russell (4e comte de Bedford). Elle lui survécut et mourut en 1676[4].

Références

  1. (en)  « Montagu, Edward (1602-1671) », dans Dictionary of National Biography, Londres, Smith, Elder & Co, 1885–1900.
  2. Montagu, Edward dans (en) J. Venn et J. A. Venn, Alumni Cantabrigienses, Cambridge, Angleterre, Cambridge University Press, 1922–1958 (ouvrage en 10 volumes)
  3. (en) « Edward Montagu (2e comte de Manchester) », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [lire en ligne] [ (en) Lire en ligne sur Wikisource] Une ou plusieurs des phrases précédentes incorpore le texte d'une publication maintenant dans le domaine public : McNeill, Ronald John (1911). "Manchester, comtes et ducs de"   . À Chisholm, Hugh. Encyclopædia Britannica. 17 (11e éd.). La presse de l'Universite de Cambridge. pp.   543-544.
  4. Manchester, comte de (E, 1625/6). Consulté le 28 janvier 2019.
  • Portail de la politique britannique
  • Portail du XVIIe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.