En Magellanie

En Magellanie est un roman de Jules Verne écrit en 1897-1898[1]. L'œuvre ne fut publiée qu'en 1987, grâce à la découverte par Piero Gondolo della Riva des manuscrits de l'auteur[2].

En Magellanie
Langue
Auteur
Genre
Date de création
Date de parution
Pays

Résumé

Un anarchiste misanthrope vit reclus sur une île, loin de la société dite civilisée, ne cultivant que l'amitié des Indiens. Apprenant que les terres de Magellanie vont être occupées par le gouvernement chilien, il s'apprête à se suicider lorsqu'il assiste au naufrage d'un navire : passagers et membres d'équipage le reconnaissent comme chef.

Remaniement par le fils de Jules Verne

En Magellanie a été modifié par Michel Verne. Cette version a été éditée à titre posthume sous le titre de Les Naufragés du « Jonathan » dans Le Journal de juillet à octobre 1909 puis en deux volumes chez Hetzel la même année.

Francis Lacassin, dans la préface de Famille-Sans-Nom[3], s'appuyant sur un article d'Olivier Dumas[4], précise les modifications de Michel Verne : dans En Magellanie, le Kaw-djer est influencé très fortement par deux prêtres catholiques à la fin du livre ; par contre, dans la version de Michel Verne, aucun prêtre ne joue de rôle, aucun être humain n'arrive à la cheville du Kaw-djer.

Notes et références

  1. Samuel Sadaune, Les 60 Voyages extraordinaires de Jules Verne, Ouest-France 2004, p. 118
  2. En Magellanie. Société Jules Verne. 1987.
  3. Jules Verne précurseur du Vive le Québec libre, préface, in Famille-Sans-Nom, 10/18, p. 309-317
  4. La main du fils dans l’œuvre du père, Bulletin de la Société Jules Verne no 82, 1987, p. 21-24

Voir aussi

Bibliographie

  • Olivier Dumas. La nuit du Kaw-Djer dans la barque de Kharon. Bulletin de la Société Jules-Verne 77. 1986.
  • Olivier Dumas. En Magellanie, le testament littéraire de Jules Verne. Bulletin de la Société Jules Verne 79. 1986.
  • Philippe Lanthony. Le Kaw-Djer et la tentation du suicide. Bulletin de la Société Jules Verne 84. 1987.
  • Christian Chelebourg. Jules Verne, conservateur républicain. Éloge de la politique oxymorique. Bulletin de la Société Jules Verne 128. 1998.
  • Magali Charrier. Mouvement dialectique entre "En Magellanie" et "Le Secret de Wilhelm Storitz" (œuvres posthumes) de Jules Verne. Mémoire de maîtrise. Nantes, Université. 154 pages. .
  • Dans sa biographie romancée de l'archiduc Louis-Salvador de Habsbourg-Lorraine (L'archiduc sans frontière - Éditions du Vieux Caroubier 2013, Jean-Louis Sarthou reprend les hypothèses soulevées par les chercheurs précédents sur la source vraisemblable du roman dans la vie de Jean Salvator de Habsbourg-Toscane, frère cadet du précédent
  • Francis Marcoin. L'Effacement du monde. Revue Jules Verne no 36. 2013. Pages 21-27.

Articles connexes

  • Portail de la littérature française
  • Portail de l’Argentine
  • Portail du monde insulaire
  • Portail de Jules Verne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.