Fabriano

Fabriano (en dialecte local Favrià) est une ville italienne d'environ 31 800 habitants, située dans la province d'Ancône, dans la région Marches, en Italie centrale.

Fabriano

Panorama
Administration
Pays Italie
Région Marches 
Province Ancône 
Code postal 60044
Code ISTAT 042017
Code cadastral D451
Préfixe tel. 0732
Démographie
Gentilé fabrianesi
Population 31 971 hab. (31-12-2010[1])
Densité 113,24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 20′ 00″ nord, 12° 55′ 00″ est
Altitude Min. 325 m
Max. 325 m
Superficie 26 961 ha = 269,61 km2
Divers
Saint patron San Giovanni Battista
Fête patronale 24 juin
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Marches
Fabriano
Géolocalisation sur la carte : Italie
Fabriano
Géolocalisation sur la carte : Italie
Fabriano
Liens
Site web http://www.comune.fabriano.an.it/

    Fabriano est une ville creative UNESCO depuis 2013.

    Géographie

    Fabriano est située à 325 m d'altitude, à 70 km de l'Adriatique, sur le fleuve Esino, dans une cuvette entourée de montagnes (Monte Cucco : 1 566 m, Monte San Vicino : 1 479 m), à la frontière de l'Ombrie. À 10 km se trouvent les splendides grottes de Frasassi découvertes en 1971, dans du calcaire karstique, avec la salle la plus grande d'Europe (180 m de long et 120 m de large).

    Histoire

    Le site était déjà occupé à l'époque romaine, mais c'est au VIIIe siècle qu'est officiellement créé le village de San Donato di Fabriano par des habitants de Sentinum.

    Si un document de 1065 relate l'existence de deux châteaux féodaux, on y travaillait le fer au XIIe siècle, comme le souligne la présence d'un forgeron sur l'emblème de la ville.

    En 1276 est bâti un moulin, la plus ancienne fabrique de papier de l'Europe chrétienne[2]. On y invente le filigrane [3]. Une trentaine de maîtres papetiers sont actifs au début du XIVe siècle. Outre le système du filigrane, ils sont à l'origine d'une mécanisation de la production qui leur permet de capter à leur profit une part importante du marché européen[4].

    La cité jouit ensuite d'une prospérité croissante sous la seigneurie des Chiavelli jusqu'en 1435, puis subit la domination des Sforza, avant de décliner sous les États pontificaux[réf. nécessaire].

    Économie

    La ville se développa industriellement à partir du XVIIIe siècle avec l'ouverture des papeteries Miliani, puis essentiellement après la Seconde Guerre mondiale (appareils électroménagers, usines Merloni).

    La ville accueille actuellement le siège de Elica S.p.a.

    Culture

    Fabriano a donné naissance à une fameuse école de peinture au XIIIe siècle avec Allegretto Nuzi (1320/1373), puis au XVe siècle avec les peintures gothiques de Gentile da Fabriano.

    Musées

    Monuments et patrimoine

    La ville est riche en monuments du Moyen Âge et de la Renaissance :

    • Piazza del Comune, centre historique de la cité : place triangulaire ornée d'arcades, bordée par le Palais du Podesta (1255) et ornée par la fontaine Sturinalto (1285) qui rappelle la Fontana Maggiore de Pérouse. À côté de la loge San Francesco, se trouve l'entrée du théâtre Gentile (XIXe siècle), un des plus intéressants de la région, qui en compte d'innombrables.
    • le Duomo (la cathédrale) du XVe et reconstruit au XVIIe siècle : intérieur dépouillé après le tremblement de terre de 1997.
    • l'hôpital Santa Maria Del Buon Gesu (1456) en face du Duomo.
    • nombreuses églises intéressantes (S. Benedetto, S. Domenico, S. Nicolo, S.Agostino, Santi Biagio et Romualdo) et également l'Oratorio del Gonfalone.
    • l'ermitage San Silvestro à 8 km au sud.

    Fêtes et traditions

    • 24 juin : fête de San Giovanni Battista avec défilés en costume et la Sfida del Maglio avec un palio des quartiers de la ville.

    Sport

    Administration

    Les maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    mai 2012 En cours Giancarlo Sagramola Centro-Sinistra  
    Les données manquantes sont à compléter.

    Hameaux

    Cortina San Venanzio, Collepaganello, Marischio, Cà Maiano, Varano, Melano, Cupo, Vallina, Bastia, Molinaccio, Rucce, Viacce, Morentella, Coccore, San Donato, Cantia, Ciaramella, Nebbiano, Collegiglioni, Moscano, Vallemontagnana, Rocchetta, Albacina, Borgo Tufico, Trocchetti, Castelletta, Valgiubola, Sant'Elia, Pecorile, Montefiascone, Precicchie, San Giovanni, Grotte, Vigne, Poggio San Romualdo, Argignano, Bassano, San Michele, Attiggio, Collamato, Paterno, Valleremita, Campodonico, Belvedere, Serradica, Cacciano, Cancelli, Campodiegoli

    Communes limitrophes

    Cerreto d'Esi, Costacciaro, Esanatoglia, Fiuminata, Fossato di Vico, Genga, Gualdo Tadino, Matelica, Nocera Umbra, Poggio San Vicino, Sassoferrato, Serra San Quirico, Sigillo

    Évolution démographique

    Habitants recensés


    Notes et références

    1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
    2. Site internet https://compilhistoire.pagesperso-orange.fr
    3. Marie-Ange Doizy, Pascal Fulacher, Papiers et moulins des origines à nos jours, Paris : Arts et métiers du livre éditions, 1997, (ISBN 2-911071-03-4), p. 45-49.
    4. Pierre Chastang, « Moyen Âge : une révolution de l'écrit », L'Histoire, septembre 2019, p. 44

    Voir aussi

    Articles connexes

    • Liste des villes italiennes de plus de 25 000 habitants

    Liens externes

    • Portail des Marches
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.