Famille Salvaing de Boissieu

La famille de Salvaing de Boissieu est une famille de la noblesse française actuellement subsistante.

Pour les articles homonymes, voir Boissieu.

Famille de Salvaing de Boissieu

Armes de la famille : Famille de Salvaing de Boissieu

Blasonnement d'or, à l'aigle éployé de sable becqué membré et diadémé de gueules soutenue d'une rose tigée et feuillée au naturel et mouvant de la pointe et une bordure d'azur.
Pays ou province d’origine Dauphiné
Allégeance Royaume de France
Demeures Château de Beire-le-Châtel
Château de Tronjoly
Château de Bagnac
Château de Saint-Aubin
Château de Cocural
Château de la Corbière
Charges Fermier général
Député
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis

Histoire

Les origines

La famille « Perrin de Boissieu » ou « Boissieu-Perrin » puis « Salvaing de Boissieu », originaire du Dauphiné (Saint-Marcellin), occupe un rang distingué au sein de la haute bourgeoisie de cette région au XVIIe siècle.

Une branche de cette famille s'est installée en Aunis (XVIIIe siècle), puis en Normandie (XIXe siècle)[1].

L'acquisition de la noblesse

La famille de Boissieu a été anoblie en 1720[2].

Un Boissieu-Perrin siège aux États de Dauphiné en 1788[3].

Elle reçoit du roi Louis XVIII le titre héréditaire de baron par lettres patentes datant du [4].

Principales personnalités

  • Claude de Boissieu Perrin (1595-1682), châtelain de Bessins, Chevrières et Saint-Appolinard
    • Antoine Perrin de Boissieux (1638-1724), conseiller-secrétaire du roi, fournisseur aux armées, interessé dans les affaires du roi[5].
      • Claude Perrin de Boissieux (1675- ), conseiller-secrétaire du roi, fermier général, directeur des domaines et gabelles d'Alsace, entrepreneur général des fournitures des vivres et équipages.


Alliances

Les principales alliances de la famille de Salvaing de Boissieu sont[1] : 1736 Starot de Saint-Germain, 1749 Durand d'Elbos, 1776 Michoud, 1782 Heurard de Fontgalland, Blanchet, 1801 Homberg, de Bougainville, Marcotte de Sainte-Marie, 1859 de Boissieu, 1833 Gouhier de Petiteville, 1868 d'Aboville, 1870 Girard de Villesaison, 1890 de Roffignac, 1860 de Bérenger, 1865 de Giroult des Brosses, 1890 Le Riche de Cheveigné, 1891 van Robais, 1892 Chasseloup de Chatillon, 1858 Espivent de La Villeboisnet, 1891 de Savary de Beauregard, 1900 Rouxel de Lescoet, Barrot, Subtil de Lanterie, Richard de Vesvrotte, Puvis de Chavannes, de Leusse, ...

Armes

  • de Boissieux : d'or, à l'aigle éployé de sable becqué membré et diadémé de gueules soutenue d'une rose tigée et feuillée au naturel et mouvant de la pointe et une bordure d'azur.

Notes et références

  1. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 5, pages 137 à 139 Article Boissieux (de).
  2. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante au XXIe siècle, 2002
  3. André Lebon, Procès-verbaux des assemblées générales des trois ordres et des états provinciaux du Dauphiné tenus à Romans en 1788, 1888
  4. Albert Révérend, Jean Tulard, "Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, Volumes 1 à 2", H. Champion, 1974
  5. Affaires et gens d'affaires, Volume 19,Parties 1 à 2, A. Colin, 1959
  6. Louis Dillieu, La médecine à Montpellier: L'époque classique (2v.), 1975

Bibliographie

  • Colette Sérusier-Guyet, L'histoire de deux familles : Gouhier de Petiteville et de Salvaing de Boissieu, 2012
  • B. Guirimand, Un médecin dauphinois compagnon de Lapérouse : Joseph Hugues de Boissieu La Martinière
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 5, pages 137 à 139 Article Boissieux (de)
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante au XXIe siècle, 2002
  • Albert Révérend, Jean Tulard, Titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, Volumes 1 à 2, H. Champion, 1974
  • Annuaire de la noblesse de France, 1902
  • Gustave de Rivoire de La Bâtie, Armorial du Dauphiné, Perrin, 1867
  • Henri Frotier de La Messtière, Filiations bretonnes. 1650-1912, recneil des filiations directes des représentants actuels des familles nobles, de bourgeoisie armoriée ou le plus fréquemment alliées à la noblesse, d'origine bretonne ou résidant actuellement en Bretagne, depuis leur plus ancien auteur vivant en 1650, volume 5, J. Floch, 1965.

Article connexe

  • Portail de l’histoire
  • Portail du Dauphiné
  • Portail de la généalogie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.