Famille de Rivoire

La famille de Rivoire est une famille d'extraction chevaleresque, originaire du Dauphiné, dont la filiation prouvée remonte à 1288[réf. nécessaire].

Pour les articles homonymes, voir Rivoire.

de Rivoire
Période 1288 - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Dauphiné
Allégeance Maison de Savoie
Fiefs tenus Aiguebelette, Balmont, La Bâtie Montgascon, Cervens, Domessin, Faverges, Gerbais, Lay, Pancalieri, Pierre-Châtel, Pont de Beauvoisin, Rochefort, Romagnieu
Demeures Aiguebelette, Gerbais, Virieu

Il peut y avoir confusion dans les documents où le nom des familles de Rivoire (Dauphiné), de Ravoire ou de La Ravoire (Montmélian) et des Rovéréa (Chablais) s'écrivent de la « même manière et en une douzaine de formes différentes »[1].

Historique

La premier membre que l'on trouve dans les documents est un certain Berlion de Rivoire, chevalier, seigneur de Romagnieu, vers 1112[2],[3]. Ce personnage ne semble pas rattaché à la filiation prouvée[Laquelle ?].

Héraldique

Les armes de la famille de Rivoire se blasonnent ainsi :

D'or, à trois chênes arrachés de sinople, rangés (armes parlantes anciennes)[2].

Avec la réunion du Dauphiné à la France, elle porte : Fascé d'argent et de gueules, de 6 pièces, à la bande de France. La bande, chargée d'abord de fleurs de lys sans nombre, subit plus tard la réduction au nombre de trois, qu'avait adopté la maison royale[2]

fascé d'argent et de gueules de six pièces, a la bande d'azur chargée de trois fleurs de lis d'or (selon Samuel Guichenon)[4]

d'or au chevron d'azur, chargé en chef d'un soleil d'or et en pointe de deux croissants d'argent[5].


Branches

M.A. de Terrebasse, dans l'article consacré à la famille publié dans l'Armorial de Dauphiné (1867), reconnaît six branches[2],[6] :

  • Rivoire, seigneurs de Romagnieu (Dauphiné), éteinte au XVIIIe siècle ;
  • Rivoire, seigneurs du Châtelard, Vachères et La Bâtie Jailleu (Dauphiné), du XIVe siècle, donnée subsistante dans l'Armorial ;
  • Rivoire, marquis du Palais (Forez), éteinte en 1737 ;
  • Rivoire, seigneurs de La Bâtie-Montgascon (Dauphiné) et Domeyssin (Savoie) ;
  • Rivoire, barons de Gerbaix, seigneurs de Belmont (Savoie) ;
  • Rivoire, seigneurs de Pressin (Dauphiné), éteinte au XVIe siècle.

Titres et charges

Les sires de Rivoire portèrent les titres suivant les périodes de[4] :

Certains membres ont été châtelains pour le comte de Savoie[8] :

Possessions

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief de la famille de Rivoire :

Personnalités

  • Louis Rivoire (vivant en 1359), chevalier, seigneur de Domessin et Rochefort, il est investi, en 1359[10], du château de Gerbaix, à la suite de son mariage avec Eygline de Gerbaix.
  • Gustave de Rivoire de La Bâtie, auteur de Armorial de Dauphiné (1867)[11]

Voir aussi

Bibliographie

  • André Borel d'Hauterive, Annuaire de la Noblesse de France et des Maisons souveraines, vol. A18, Grenoble, Allier Frères, (ISSN 2019-8086, lire en ligne), p. 165-166.
  • Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 5, Grenoble, Allier Frères, 1863-1966, p. 186-199.
  • Gustave de Rivoire de La Bâtie, L'armorial de Dauphiné : contenant les armoiries figurées de toutes les familles nobles & notables de cette province, accompagnées de notices généalogiques complétant jusqu'à nos jours les nobiliaires de Chorier et de Guy Allard, Lyon, impr. de L. Perrin, (lire en ligne), p. 619-623, M.A. de Terrebasse, « Rivoire ».

Articles connexes

Notes et références

  1. Archivum heraldicum, Société Suisse d'Héraldique, Volumes 60 à 61, p. 14.
  2. Armorial de Dauphiné, 1867, p. 619 (lire en ligne).
  3. Henri Jougla de Morenas, Grand armorial de France, vol. VI, Paris, Éditions héraldiques, (lire en ligne [PDF]), p. 17.
  4. Armorial de Foras, p. V5 - pp.186-199.
  5. Claude Muller, Les mystères du Dauphiné, Éditions de Borée, , 423 p. (ISBN 978-2-84494-086-5), p. 254.
  6. Armorial de Dauphiné, 1867, p. 620 (lire en ligne).
  7. Michèle Brocard, Les châteaux de Savoie, Cabédita, 1995 (ISBN 9782882951427), p. 17.
  8. « SA - Comptes des châtellenies, des subsides, des revenus et des judicatures », sur le site des Archives départementales de la Savoie - enligne.savoie-archives.fr (consulté en février 2018), p. 3
  9. Bernard Ducretet, « Les châtelains de Beaufort du XIIIe au XVIIIe siècle », Notables et notabilité dans les pays de Savoie : actes du XXXIIe congrès des sociétés savantes de Savoie, Moûtiers, 10-11 septembre 1988 publié par l'Académie de la Val d'Isère, Moûtiers, , p. 31-52 (lire en ligne)
  10. Michèle Brocard, op. cit., p. 151.
  11. Notice sur data.bnf.fr
  • Portail du Moyen Âge
  • Prénoms, noms de famille et anthroponymie
  • Portail de l'histoire de la Savoie
  • Portail du Dauphiné
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.