Florian Eglin

Florian Eglin est un écrivain suisse né en 1974 à Genève[1],[2]. Son écriture s'inscrit dans deux lignées littéraires, l'une classique issue du genre épique et symbolique et l'autre moderne issue des romans noirs et ironiques[3]. Le personnage récurrent de ses romans, le factotum Solal Aronowicz, est un anti-héros contemporain. Il s'inspire notamment du personnage de Factotum de Charles Bukowski et de Des Esseintes, l'antihéros d'À rebours, de Joris-Karl Huysmans[4].

Florian Eglin
Florian Eglin
Naissance
Genève, Suisse
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Biographie

Durant ses années de collège, Florian Eglin est formé au théâtre par Michel Barras, puis, après une maturité classique, il poursuit une formation en français moderne et en philologie romane à la Faculté des lettres de l'Université de Genève.

En 1998, il voyage au Japon, à Tenri (Préfecture de Nara), afin de pratiquer le judo, sport dans lequel il obtient une ceinture noire. Il voyage également au Vietnam et en Chine, d'où il revient en Europe en Transsibérien, en traversant la Russie, les États baltes et la Pologne[5].

De retour à Genève, il termine ses études en littérature médiévale avec un mémoire sur la vie du pape saint Grégoire. Il commence ensuite une carrière d'enseignant en français.

Entre 2008 et 2012, il tient un blog, Solal Aronowicz, le journal d'un con[6] dont le contenu sert de base pour son premier roman, Cette Malédiction qui ne tombe finalement pas si mal, roman brutal et improbable, édité aux éditions de La Baconnière à Genève en août 2013[4],[7].

La publication de ce premier ouvrage lui ouvre les portes de la sélection Parrains&Poulains 2014, placée sous l'égide d'Isabelle Falconnier, au cours de laquelle il est « parrainé » par Corinne Desarzens[8],[9].

Le deuxième opus de ce qui va devenir une trilogie paraît chez le même éditeur en août 2014, Solal Aronowicz, une résistance à toute épreuve, faut-il s'en réjouir pour autant?

Le troisième opus, Solal Aronowicz Holocauste, sort en 2015[10]. Il est colauréat du prix du Salon du livre et de la presse de Genève 2016, avec Douna Loup[11].

Son quatrième livre, Ciao connard, sort en mars 2016 aux éditions La Grande Ourse. Il est écrit dans le cadre d'un atelier d'écriture dirigé par Philippe Djian[12].

En septembre 2016, il est invité au festival Québec en toutes lettres, en compagnie de Quentin Mouron et Corinne Jaquet[13].

En janvier 2019, il sort conjointement deux livres, Il prononcera ton nom aux Editions La Baconnière et En pleine lumière chez BSN press. En pleine lumière est un récit bref qui se passe dans le milieu du MMA (Arts martiaux mixtes)[14]. Le parcours du jeune héros, un fan du fameux combattant irlandais Conor McGregor, cherche à donner une image positive de cet univers parfois controversé.

Vie privée

Florian Eglin est professeur de français au cycle d'orientation[5].

Distinctions

Publications

Notes et références

Liens externes

  • Portail de la littérature francophone
  • Portail arts et culture de la Suisse
  • Portail de Genève et son canton
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.