Forteresse de Berlin

La forteresse de Berlin (en allemand Festung Berlin) est l'enceinte fortifiée de Berlin construite au XVIIe siècle dès la fin de la guerre de Trente Ans. Les fortifications entouraient les quartiers historiques d'Alt-Berlin (Vieux-Berlin) et Cölln, ainsi que les faubourgs de Neu-Cölln et de Friedrichswerder. Certaines parties des remparts peuvent encore être détectées dans le plan de ville de nos jours.

Un plan de 1688 des fortifications du Vieux-Berlin (à droite) et de la ville-veuve de Dorotheenstadt à l'ouest (à gauche) lesquelles n'ont cependant pas été réalisées.

Histoire

Après les ravages de la guerre de Trente Ans, le « Grand Électeur » Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg a ordonné à l'architecte ingénieur Johann Gregor Memhardt de faire des plans pour une fortification autour de sa ville capitale. Le jeune souverain avait pris le pouvoir en 1640 dans des conditions effroyables : occupée à plusieurs reprises, la marche de Brandebourg était dévastée et pillée ; en 1631, la ville de Berlin fut conquis par des troupes suédoises sans rencontrer d'obstacles à leur mesure.

Plan de Berlin et Cölln, élaboré par Memhardt en 1652 avant le début de la mise en œuvre des fortifications.

Memhardt, originaire de l'Autriche et formé dans les Pays-Bas, fut le premier maître d'œuvre des fortifications, commencées en 1658, et dont Johann Arnold Nering parachèvera les travaux en suivant le modèle contemporain des bastions dans le nord de l'Italie. De grands remparts ont été érigés et l'espace entre les deux était rempli d'eau.

La construction des parties est de la rivière Sprée (à Alt-Berlin) a été achevée jusqu'en 1662. Cependant des problèmes ont été constaté avec les parties occidentales (Cölln) à cause des marécages de la région et par conséquent celles-ci n'ont été finies qu'en 1683. Les remparts de ce côté n'ont jamais atteint leur taille prévue. Dans les années suivantes, les remparts se détériorèrent à tel point que l'électeur Frédéric Guillaume décida de les abandonner.

Déjà au moment de sa construction, la conception de la forteresse était dépassée et n'était pas propre à résister aux moyens de l'artillerie moderne. Au cours de leur brève existence, les fortifications ne sont pas exposés au risque d'attaque : pendant la guerre de Scanie, en 1675, les forces suédoises ont contourné la ville pour rencontre les troupes de l'électeur à Fehrbellin.

Au XVIIIe siècle, sous le règne du roi Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, le vaste Mur de douane fut érigé à la place des fortifications, un projet qui dura jusqu'en 1737. En 1740, les travaux de démolition la forteresse commencèrent, mais ce n'est qu'à la fin du XIXe siècle que tous les remparts ont été nivelés.

Aujourd'hui rien ne reste à part un écho de son parcours comme en témoignent les itinéraires en zigzag empruntés par certaines rues du centre-ville. Une carte peut être vue dans la Stadtbahn de Berlin, des voies ferrées qui ont été construites le long de la section nord et est où la forteresse avait été.

Situation

Une carte de 1710 avec Berlin et ses banlieues.

La forteresse comprenait deux grandes douves sur les rives est et ouest de la Sprée, cinq portes et treize bastions :

Portes

  • La porte de Leipzig (Leipziger Tor), située au faubourg de Friedrichswerder entre les bastions III (Hausvogteiplatz) et IV (Spittelmarkt). En tant que point de départ de la Leipziger Straße (rue de Leipzig), c'était la plus représentative des portes.
  • La porte de Köpenick (Köpenicker Tor) au faubourg sud de Neu-Cölln. C'était également le point de départ de la route à Dresde.
  • La porte des moulins (Mühlentor) sur la rive est de la Sprée.
  • La porte de Georges (Georgentor) à Alt-Berlin, nommée après l'hôpital Saint Georges près de la future Alexanderplatz. En 1701, elle fut renommée la porte du Roi (Königstor) en l'honneur de Frédéric Ier, le nouveau roi en Prusse.
  • La porte de Spandau (Spandauer Tor), située à l'extrémité nord de la Spandauer Straße. La place devant la porte sera plus tard reconnue comme Hackescher Markt.

L'addition tardive de la porte de Ville-Neuve (Neustädtisches Tor), située sur l'avenue Unter den Linden à l'endroit de la future Neue Wache près du château de Berlin (Berliner Schloss), n'a pas été fortifiée.

Ces portes ne doivent pas être confondues avec les portes du mur d'accise de Berlin (Berliner Zollmauer 1737-1867) qui ont été construites après la forteresse. Par exemple, la nouvelle porte de Leipzig (Neues Leipziger Tor) était située près du Potsdamer Platz, par ailleurs elle était également appelée la porte de Potsdam (Potsdamer Tor).

Bastions

Un plan des anciens bastions, avec des rues construites plus tard.
  • Bastion I dit de la garde (Leib-Garde-Bollwerk), à l'endroit actuel du théâtre Maxime-Gorki près de l'Arsenal de Berlin (Zeughaus).
  • Bastion II dit de Wittgenstein (Wittgensteinsches Bollwerk) au sud d'Unter den Linden, aujourd'hui emplacement de la cathédrale Sainte-Edwige.
  • Bastion III dit Sparr sur la Hausvogteiplatz.
  • Bastion IV, près de la porte de Leipzig, nommé de Gertrude après un hôpital proche.
  • Bastion V dit de Goltz.
  • Bastion VI dit de Rillenfort
  • Bastion VII dit « au marécage » (im Sumpf), située sur la rive droite de la Sprée, aujourd'hui le siège du Musée de la Marche de Brandebourg.
  • Bastion VIII dit de Stralau, près de la porte des moulins.
  • Bastion IX dit du monastère (Kloster-Bollwerk), nommé après le monastère franciscain (Graues Kloster) de Berlin.
  • Bastion X dit de Siebenburg, le siège du commandant de la ville.
  • Bastion XI dit des dragons (Dragoner-Bastion), nommé après le régiment de dragons brandebourgeois du feld-maréchal Georg von Derfflinger.
  • Bastion XII dir d'Uffeln, près de la porte de Spandau.
  • Bastion XIII dit du Lustgarten, située au nord du château à l'endroit actuel du musée de Pergame.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de Berlin
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.