François-Camille de Lorraine

François-Camille de Lorraine-Armagnac, dit le Chevalier de Lorraine, est né le et est mort le à Boulogne.

Ne doit pas être confondu avec Camille de Lorraine.

Titres

Abbé de l'abbaye royale de Saint Victor de Marseille, nommé en 1760 abbé commendataire de l'abbaye Saint Pierre de Jumièges[1], Grand Doyen du Chapitre de la cathédrale de Strasbourg.

Naissance

Il est le second fruit du mariage passé le entre

  • Jeanne Marguerite Henriette (1691 + à Tresnel), fille de Jacques-Henri de Durfort, duc de Duras, et de Louise Magdeleine Echalart de la Marque, comtesse de Braine et de Sérignan;

Sa mère avait ainsi dix huit ans à son mariage, son père dix sept et le premier enfant est né quand elle en avait trente quatre, après seize ans de mariage.

À la mort de son père à Paris le , son frère aîné Louis-Charles de Lorraine, né le [2], prit le titre de comte de Brionne et fut nommé en 1752 Grand écuyer de France en survivance, par égards pour feu son père ou son rang. Lui-même, cadet, resta, ce qui était une fausse modestie, simple chevalier de Lorraine, chevalier étant le titre de noblesse le plus bas. Il relevait ainsi, sans qu'on sache s'il y avait là un aveu, un titre rendu célèbre par son grand-oncle Philippe de Lorraine, débauché criminel qui fut passionnément aimé de "Monsieur", frère unique du roi.

Par le dernier mariage de son frère, le , il est devenu le beau frère de Louise-Julie Constance de Rohan Rochefort, fille de Charles de Rohan, prince de Montauban et d'Eléonore Eugénie de Bethyzi de Mezières, Dame du Palais de la Reine.

Il avait quatre sœurs cadettes, Jeanne Louise de Lorraine, Demoiselle de Lambesc, Henriette-Julie-Gabrielle de Lorraine, Charlotte-Louise de Lorraine, Agathe Louise de Lorraine.

Le mariage du de sa seconde sœur, Henriette, avec Jacques de Portugal Pereïra Mello, Duc de Cadaval, l'a fait entrer dans une autre alliance très prestigieuse.

Carrière

Prêtre du diocèse de Paris, il est déjà Grand prévôt du chapitre de la cathédrale de Strasbourg et, depuis 1751, abbé de l'abbaye sécularisée Saint-Victor de Marseille quand il est nommé, le [3], abbé de la très prestigieuse abbaye de Jumièges. Tous ces titres ne correspondant plus qu'à des charges fictives, même si les abbayes continuaient de former des prêtres et de gérer leur temporel, il ne se rendit jamais ni à Jumièges[3] ni à Strasbourg. Il se contentait d'encaisser la mense, quatre-vingt mille livres annuelles pour la seule abbaye de Jumièges[4], soit presque vingt-cinq kilogrammes d'or en pièces.

En tant qu'abbé de Saint-Victor, on ne le vit pas plus.

Le célèbre portrait[5], peint vers 1769 par François-Hubert Drouais, qu'on voit de lui à Versailles, montre un homme obèse habillé de dentelles, à l'air doux et faisant ostentation, sous une mine d'incrédulité et de modeste ironie, de son rang dans le manteau d'hermines doublé de pourpre du Haut Clergé. C'est bien ainsi qu'il était dans le seul souvenir qu'il avait laissé de lui en tant qu'abbé de Jumièges, où il avait obtenu de remplacer les armes de son prédécesseur au frontispice du dortoir par les siennes en échange d'une prise en charge charitable des frais de logement des moines[3].

Cette carrière est symptomatique d'une époque pré-révolutionnaire où un homme né prince ne vit que de ses privilèges.

Notes et références

  1. Mercure de France, Journal Politique de Bruxelles, p. 134, Imprimerie de Moutard en l'Hôtel de Cluny, Paris, 20 septembre 1788 (Archives Nationales)
  2. Mercure de France, Mariages et Morts, p. 197, Paris, septembre 1750
  3. C. A. Deshayes, Histoire de l'abbaye royale de Jumièges, p. 160, Baudry imprimeur, Rouen, 1829
  4. André Dubuc, Archives départementales de la Seine-Maritime, cotes 9H, 33, et liasses série L et Q, Congrès de Caudebec, 1954 & René Bruneau, Archives départementales de la Seine-Maritime, cotes 9H 64 à 76, et liasses série L et Q, congrès de Caudebec, 1978, résumés à http://jumieges.free.fr/compta.html
  5. "Francois Camille de Lorraine (1726-88), F-H. Drouais, c1769.jpg" sur la galerie Euroyales libre de droit de diffusion non commerciale sous réserves à http://picasaweb.google.com/lh/photo/_73fHxaxKFje3JVKlHNTeA
  • Portail du XVIIIe siècle
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.