Gare de Barvaux

La gare de Barvaux est une gare ferroviaire belge de la ligne 43, de Liège (Angleur) à Marloie, située au village de Barvaux-sur-Ourthe sur le territoire de la commune de Durbuy, en région wallonne dans la province de Luxembourg.

Barvaux

Ancien bâtiment voyageurs et entrée de la halte.
Localisation
Pays Belgique
Commune Durbuy
Section Barvaux-sur-Ourthe
Adresse Rue des Hazalles
6940 Barvaux
Coordonnées géographiques 50° 20′ 57″ nord, 5° 30′ 07″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Services Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 43, Liège à Marloie
Voies 1
Quais 1
Altitude 167 m
Historique
Mise en service 1er août 1866
Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg
Géolocalisation sur la carte : Belgique

Elle est mise en service en 1866 par la Grande compagnie du Luxembourg. C'est une halte ferroviaire de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains Omnibus (L) et Heure de pointe (P).

Situation ferroviaire

Établie à 135 m d'altitude, la gare de Barvaux est située au point kilométrique (PK) 37,10 de la ligne 43, de Liège (Angleur) à Marloie, entre les gares de Bomal et de Melreux-Hotton.

Intérieur de la gare.

Histoire

La station de Barvaux est mise en service le 1er aout 1866 par la Grande compagnie du Luxembourg, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Melreux à Liège-Guillemins qui permet l'ouverture dans la totalité de la ligne de l'Ourthe[1].

La gare de 1866

D'après des cartes postales d'époque, la première gare était située une centaine de mètres en aval et de l'autre côté des voies, là où la route du chemin de fer décrit une légère courbe.

Pour la construction de ses gares, la Grande Compagnie du Luxembourg réalisa plusieurs modèles standards et choisit un modèle de bâtiment rectangulaire de deux niveaux sous bâtière comportant trois travées. Chaque façade était symétrique. Au centre, on retrouve un oculus sous une corniche en mitre. Les façades sont en brique apparente avec un cordon de pierre bleue au rez-de-chaussée joignant la naissance des arcs qui surplombent chaque ouverture (les arcs sont en plein cintre au rez-de-chaussée et bombés à l’étage). On retrouvait également deux cordons de briques, l'un marquant la séparation entre les deux étages et l'autre reliant le larmier des fenêtres à l'étage. Ces gares seront par la suite portées à cinq travées avec une avancée au niveau des trois travées centrales côté rue.[2] Ce modèle de gare était le plus répandu de la Grande Compagnie du Luxembourg et fut édifié à Tilff, Rhisnes, Esneux, Saint-Denis-Bovesse, Barvaux, Bomal, Chastre, et Mont-Saint-Guibert. Seules les quatre premières existent toujours à l’heure actuelle[2].

Comme la plupart des gares de ce type, celle de Barvaux a reçu une annexe à toit plat du côté du logement de fonction du chef de gare. Elle possédait également une halle à marchandises[3], accolée au premier bâtiment.

La gare de 1910

Après la reprise de la plupart des compagnies privées par les Chemins de fer de l’État Belge, un certain nombre de gares anciennes ou trop exiguës fut démoli et remplacé par de nouveaux édifices.

Aà Barvaux, au lieu de démolir l'ancienne gare, on lui adjoignit une seconde gare de plan standard à un étage, plus dépouillée et sans bâtiment de fonction, uniquement dévolue à l'accueil des voyageurs. Elle fut mise en service à la fin du mois de et située à côté de l'ancienne gare qui restera utilisée comme logement de fonction par le chef de gare[4]. La halle à marchandises d'origine semble avoir disparu à ce moment, vraisemblablement intégrée au second bâtiment. C'est seulement quelques années plus tard que réapparaît un bâtiment séparé pour les marchandises, ainsi qu'un édifice séparé pour les toilettes.

Cette nouvelle gare reprenait des caractéristiques des gares plan type 1881 et 1895 mais ne possédait qu'un seul étage à toiture sous bâtière avec neuf travées munies d'arcs en plein cintre et séparées par des frises de brique à denticules. Contrairement aux autres gares standards à un étage de l’État Belge, la gare de Barvaux possédait un toit en trois parties, légèrement surélevé au niveau des trois travées centrales[4].

Ce bâtiment de gare existe toujours actuellement et a été transformé en logement mais a été amputé de trois travées[3]. La gare de 1866, ainsi que tous les autres bâtiments annexes, ont quant à eux été détruits à une date inconnue.

Service des voyageurs

Accueil

Halte[5] SNCB, c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre.

Dessertes

Barvaux est desservie par des trains Omnibus (L) et Heure de pointe (P) de la SNCB[6].

La desserte comprend des trains L qui effectuent des missions entre les gares de Liers et de Marloie, ou Rochefort-Jemelle (toutes les heures en semaine et toutes les deux heures les weekends et jours fériés). En semaine, on retrouve également une paire de trains d’heure de pointe (P) circulant entre Liège-Saint-Lambert et Rochefort-Jemelle.

En été, un unique train touristique (ICT) circulant le matin entre Liers et Rochefort-Jemelle se rajoute aux trains L de cette relation durant les weekends.

Intermodalité

Un parking pour les véhicules y est aménagé[5]. Elle est desservie par des bus[5].

Galerie de photos

Notes et références

  1. Annuaire spécial des chemins de fer Belges, V. Devaux et Cie, 1869, pp. 193-194 lire (consulté le 3 mars 2012).
  2. Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 180
  3. « Les gares belges d'autrefois. La gare de Barvaux. Guy Demeulder. », sur www.garesbelges.be (consulté le 19 avril 2019)
  4. Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 84-86
  5. Site SNCB, Gare de Barvaux lire (consulté le 3 mars 2012).
  6. « Brochures de ligne », sur belgiantrain.be, (consulté le 16 juillet 2018)

Voir aussi

Article connexe

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Marloie
ou Rochefort-Jemelle
Melreux-Hotton L Bomal Liers
Rochefort-Jemelle Melreux-Hotton ICT
(week-ends et vacances)
Bomal Liers
Marloie
ou Rochefort-Jemelle
Melreux-Hotton P
(en semaine)
Bomal Liège-Saint-Lambert
  • Portail du chemin de fer
  • Portail de la province de Luxembourg
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.