Gare de Marloie

La gare de Marloie est une gare ferroviaire belge de la ligne 162, de Namur à Sterpenich (frontière luxembourgeoise), située dans le village de Marloie, sur le territoire de la commune de Marche-en-Famenne, en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

Marloie

Bâtiment voyageurs et entrée de la gare
Localisation
Pays Belgique
Commune Marche-en-Famenne
Section Marloie
Adresse 1, place de la Gare
6900 Marloie
Coordonnées géographiques 50° 12′ 09″ nord, 5° 18′ 49″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 162, Namur - Sterpenich
ligne 43, de Liège (Angleur) à Marloie
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 2 centraux
Altitude 270,43 m
Historique
Mise en service 1858
Correspondances
Bus voir Intermodalité
Géolocalisation sur la carte : Province de Luxembourg
Géolocalisation sur la carte : Belgique

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB), desservie par des trains InterCity (IC), omnibus (L) et heure de pointe (P).

Situation ferroviaire

Établie à 270 m d'altitude, la gare de Marloie est située au point kilométrique (PK) 51,20 de la ligne 162, de Namur à Sterpenich (frontière du Luxembourg), entre les gares de Aye et Jemelle. C'est une gare de bifurcation avec la ligne 43, de Liège (Angleur) à Marloie, après la gare de Marche-en-Famenne.

Intérieur de la gare.

Histoire

Le 25 juillet 1865, la Grande compagnie du Luxembourg ouvre à l'exploitation la section de Merleux à Marloie[1]. Le 1er août 1866 la ligne est prolongée de Melreux à Liège-Guillemins, ce qui permet l'ouverture dans la totalité de la ligne de l'Ourthe[2].

Le bâtiment d'origine

Pour la construction de ses gares, la Grande Compagnie du Luxembourg réalisa plusieurs modèles standards et choisit, pour Marloie un modèle de bâtiment Néo-classique de forme rectangulaire à deux niveaux composé, au centre, d'un élément de trois travées sous bâtière flanqué de part et d'autre par deux pavillons d'une travée sous bâtière transversale. Chaque façade est symétrique. Au rez-de-chaussée, toutes les ouvertures sont des portes surmontées d'arcs bombés. À l’étage, les seuils des fenêtres s'étirent en cordon et un cordon de briques relie le larmier des portes au rez-de-chaussée[3].

De telles gares furent édifiées à Marloie et à Melreux-Hotton. Les deux ont disparu au cours du vingtième siècle.

La Gare de Marloie fut par la suite agrandie avec d'un côté une aile basse d'une travée sous toiture à croupes et de l'autre une aile basse de deux travées sous bâtière prolongée par un bâtiment de service de sept travées sous bâtière[4].

Le bombardement de la gare

Le 21 mai 1944[5], vers midi, un avion allié (Un Thunderbolt P47 américain[6]) tira une courte rafale sur un train de 30 wagons chargés de 450 tonnes de TNT. La déflagration énorme détruisit toute la zone de la gare et une grande partie du village, projetant par exemple un essieu de wagon à plusieurs centaines de mètres, et faisant des centaines de blessés civils qui furent soignés dans un hôpital de fortune installé dans un champ, près de la grand-route de Waha vers Rochefort. On dénombra 42 personnes tuées, dont deux Allemands. Les ouvriers du STO reconstruisirent les voies en quelques jours.

La seconde gare

Service des voyageurs

Accueil

Gare de la SNCB[7], elle dispose[8] d'un bâtiment voyageurs avec guichets ouverts tous les jours. Le bâtiment intègre divers services comme une consigne à bagages et un distributeur de boissons fraîches. Les quais sont équipés d'abris et un passage souterrain permet l'accès en sécurité aux quais.

Dessertes

Marloie est desservie par des trains intercity (IC), des trains d'heure de pointe (P) et des trains Omnibus (L) qui desservent la Ligne 162[9] ou la ligne 43[10].

En semaine, la desserte, cadencée à l'heure sauf pour les trains P comprend :

Les weekends et jours fériés, la desserte est moins étoffée et les trains L ne roulent que toutes les deux heures. Elle est constituée par les trains suivants

  • trains IC Bruxelles-Midi - Libramont
  • trains L Ciney - Libramont
  • trains L Liers - Marloie
  • un unique train P entre Arlon et Bruxelles-Midi le dimanche soir
  • un unique train P entre Arlon et Liège-Saint-Lambert le dimanche soir

Intermodalité

Un abri couvert est réservé pour le garage des deux roues, et des parkings pour les véhicules y sont aménagés[8]. En face de la gare des emplacements sont aménagés pour les bus du réseau TEC Namur-Luxembourg[Lesquels ?][8].

Notes et références

  1. Site tassignon.be Rixke Rail's Archives : Roger Gillard, Petite histoire des chemins de fer dans les pays luxembourgeois lire (consulté le 3 mars 2012).
  2. Annuaire spécial des chemins de fer Belges, V. Devaux et Cie, 1869, pp. 193-194 lire (consulté le 3 mars 2012).
  3. Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 183
  4. « Les gares belges d'autrefois. La gare de Marloie. Guy Demeulder. », sur users.skynet.be (consulté le 6 avril 2018)
  5. Site Marloie Wikeo Photos et témoignages sur la catastrophe du 21 mai 1944
  6. Site "catastrophe de Marloie" Qui a réellement attaqué Marloie?
  7. Site SNCB, info stations : Marloie lire en ligne (consulté le 12 mai 2011).
  8. Association des clients des transports publics (ACTP), Ligne 162 Namur-Arlon, enquête avril à novembre 2008, Marloie, pp. 88-89 document pdf (consulté le 12 mai 2011).
  9. « Brochure Ligne 162 : Namur - Luxembourg (L) », sur belgianrail.be, (consulté le 31 mars 2017)
  10. « Brochure Ligne 42 : Rivage - Luxembourg (L) Ligne 43 : Liège-Guillemins - Marloie », sur belgianrail.be, (consulté le 29 mars 2018)

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Bruxelles-Midi Ciney IC Rochefort-Jemelle Luxembourg
ou Arlon
Liers Marche-en-Famenne L Terminus
ou Rochefort-Jemelle
Terminus
ou Rochefort-Jemelle
Ciney Aye L Rochefort-Jemelle Libramont
Bruxelles-Midi Ciney P
(en semaine)
Rochefort-Jemelle Rochefort-Jemelle
Namur Ciney P
(en semaine)
Rochefort-Jemelle Rochefort-Jemelle
Luxembourg
Ciney Aye P
(en semaine)
Rochefort-Jemelle Rochefort-Jemelle
Libramont
Liège-Saint-Lambert Marche-en-Famenne P
(en semaine)
Terminus
ou Rochefort-Jemelle
Terminus
ou Rochefort-Jemelle
Arlon Rochefort-Jemelle P
(week-ends et fériés)
Marche-en-Famenne Liège-Saint-Lambert
Arlon Rochefort-Jemelle P
(week-ends et fériés)
Ciney Bruxelles-Midi
  • Portail du chemin de fer
  • Portail de la province de Luxembourg
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.