Gaston Noury

Gaston Noury ( à Elbeuf - au Havre) est un peintre, pastelliste, affichiste et dessinateur français.

Pour les articles homonymes, voir Noury.
Gaston Noury
Naissance
Décès
Nom de naissance
Arcade Gaston Noury[1]
Nationalité
Française
Activités

Parcours

Signature de Gaston Noury.
Couple cheminant. Aquarelle à rehauts de gouache. Collection particulière.

Gaston Arcade Noury naît le à Elbeuf, fils du peintre et ornithologue Arcade Alphonse Noury (1842-1922) et d'Élise Alexandrine Lecoq (1844-1907).

Les ancêtres Noury comptent des savants et des médecins[2].

Après avoir travaillé aux côtés de son père, il fréquente le Laboratoire physiologique du Havre, où il se passionne pour les sciences et la médecine. Il y contribue aux albums illustrés L'Aquarium du Havre et L'Estuaire de la Seine.

Il suit aussi des cours chez le peintre Félix-Auguste Clément puis travaille entre Le Havre et Paris, où il s'établit vers 1889 pour devenir artiste.

Il réalise des illustrations pour Xavier Privas et des journaux tels La Chronique parisienne, Saint-Nicolas, Gil Blas illustré, Journal amusant (1889-1890), Le Journal et Les Hommes d'aujourd'hui.

Costume. Dessin. 1910.

En 1892, il produit une affiche destinée aux grandes fêtes des Tuileries, Pour les pauvres de France et de Russie[3]. En 1894, il exécute l'affiche du Salon des Cent dont le motif est repris, en 1902, dans la collection des cent.

Vers 1908-1910, il dessine des maquettes de costumes pour les établissements montmartrois le Moulin Rouge et le Cabaret des Ambassadeurs.

Entre 1905 et 1925, il illustre aussi des ouvrages - vendus sous le manteau - traitant de pratiques sadomasochistes telle la flagellation[4].

En , il épouse à Grigny Yvonne Louise Marie Gaillard, née le à Paris (14e), fille d'un journalier et d'une concierge du quartier de la Goutte-d'Or[5].

En , sa femme est emportée par la grippe espagnole[2]. Profondément affecté, il revient au Havre puis s'installe à Saint-Adresse, non loin de la maison de Sarah Bernhardt. Il se consacre tout entier à son art[6]. Il pratique la peinture à l'huile, la gouache, l'aquarelle mais aussi le pastel.

Refusant de se remarier, il élève seul ses trois enfants (Pierre [1913-1987], Nelly [1914-1995] et Andrée Noury). Durant ses dernières années, il connaît la misère : faute de pouvoir acheter des toiles, il peint sur du contreplaqué[2]. Ses dernières productions semblent avoir été des natures mortes de fleurs, son état de santé ne lui permettant plus de se déplacer.

Affiche pour Gladiator.

Il décède le au Havre d'une crise d'urémie, après de longues souffrances[2].

Il est inhumé le au cimetière Sainte-Marie (40e division - Carré A - tombe 26), auprès de ses parents[7].

Une bonne partie de son œuvre a disparu lors des bombardements aériens de la Seconde Guerre mondiale[2].

Affiches

  • 1894 : Pour les pauvres de France et Russie
  • 1894 : Salon des Cent
  • [1902 ?] : Cycles Gladiator
  • nc : Cycles Chevreuil
  • nc : Le Père Didier, affiches et bouquins
  • nc : Les corsets Le Furet
  • nc : Vélodrome de Tours

Ouvrages érotiques

Les auteurs publiaient sous pseudonyme :

  • Nouvelles galantes d'un évêque d'Agen de Matteo Bandello (Société parisienne d'édition, 1904)
  • Le Masochisme en Amérique de Pierre Dumarchey (1905)
  • Tableau de l'amour charnel d'Alphonse Gallais (1911)
  • Les Cinglades passionnées de Carlo Albérica (Librairie artistique, 1911)
  • Le Fouet (Roman cinglant) de Carlo Albérica (Librairie Artistique et Fin de Siècle, 1914)
  • Fouetteurs & fouettés du Dr. Eynon ([1908?], 1925)
  • Maison de rendez-vous de Jean de Merlin (1925)
  • La Voluptueuse Souffrance de Max des Vignons (1925)

Œuvres en collections publiques

Notes et références

  1. Archives départementales de Seine-Maritime, registres d'état civil d'Elbeuf, cote 3E 00999.
  2. précisions recueillies téléphoniquement par Thierry Couture, le 17 août 2005, de Gérard Noury, fils de Pierre Noury et petit-fils de Gaston Noury.
  3. reproduite dans Les Maîtres de l'affiche (1895-1900).
  4. d'après l'expert Jean-Pierre Dutel, Galerie rue Jacques Calot, Paris.
  5. recherches menées par Thierry Couture en août 2005.
  6. P. Pellerin, « La saga des Noury », op. cit., p. 31.
  7. précisions recueillie téléphoniquement par Thierry Couture, le 17 août 2005, du cimetière Sainte-Marie du Havre.
  • « La saga des Noury » par Patrick Pellerin, Le Journal d'Elbeuf, du 4 au .

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.