Gee Bee R-1

Le Gee Bee Racer-1 est un petit avion qui fit son apparition dans les années 1930, il sert exclusivement à la voltige et à des courses. Il est constitué d'un moteur très puissant (l'emportant jusqu'à 470 km/h) et de 2 petites ailes. Il est très difficile à piloter et beaucoup de pilotes y ont laissé leur vie, ce qui explique son surnom de « Piège mortel ».

Gee Bee R-1

Réplique du R-1 au New England Air Museum.

Constructeur aéronautique Granville Brothers Aircraft
Type Avion de course
Premier vol 13 août 1932
Nombre construit 1
Motorisation
Moteur 1 × 9 cylindres- en étoile Pratt & Whitney R-1340 Wasp
Puissance 800 ch
Dimensions
Envergure 7,62 m
Longueur 5,38 m
Hauteur 2,48 m
Surface alaire 6,97 m2
Nombre de places 1
Masses
Masse à vide 834 kg
Masse maximum 1 095 kg
Performances
Vitesse de croisière 418,4 km/h
Vitesse maximale (VNE) 473,8 km/h
Vitesse de décrochage 144 km/h
Distance franchissable 1 488 km

Histoire et débuts

Le premier Gee Bee - le R1 - fut construit en 1932 par les frères Granville à Springfield dans le Massachusetts. Il succédait au GeeBee Model Z, et fut suivi du modèle R2. Le nom GeeBee est l'abréviation de « Granville Brothers ».

La première course gagnée à bord d'un Gee Bee Racer-1 le fut en 1932 par Jimmy Doolittle, mais il fut contraint à un atterrissage forcé et abandonna lors de sa deuxième course. Jusqu'à aujourd'hui 1 802 courses furent gagnées à bord d'un Gee Bee Racer-1 sur une participation de 2 400 courses.

Composition

Cet avion est constitué d'un gros moteur et de deux petites ailes. Son moteur est un Pratt & Whitney R1340 Wasp d'une puissance d'environ 800 ch permettant au Gee Bee Racer-1 d'atteindre 470 km/h pendant 3 à 5 heures. Sa construction est très compacte. Entre le cockpit et le moteur, il n'y a qu'une plaque de mm qui transmet une chaleur intense dans le cockpit. Les constructeurs ont rajouté des haubans (comme dans les bateaux pour tenir le mât) pour mieux tenir les ailes droites.

  • Portail de l’aéronautique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.