Geki

« Geki » (pseudonyme que Giacomo Russo) est un pilote automobile italien né le à Milan et mort lors d'une course de Formule 3 disputée le à Caserta.

Giacomo Russo
Giacomo Russo en 1966
Biographie
Surnom Geki
Date de naissance
Lieu de naissance Milan, Lombardie, Italie
Date de décès
Lieu de décès Caserte, Campanie, Italie
Nationalité italien
Carrière
Années d'activité 1964-1966
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Rob Walker Racing Team
Team Lotus
Statistiques
Nombre de courses 3 (2 départs)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

Biographie

Une Stanguellini de Formule Junior, modèle avec lequel Geki a débuté en sport automobile

Giacomo Russo commence la compétition automobile au début des années 1960 en Formule Junior sur une Stanguellini. Il passe à la Formule 3 en 1960 et, après s'être classé quatrième du championnat italien pour sa première saison, il remporte le championnat l'année suivante sans avoir obtenu la moindre victoire. Il conserve son titre en 1962, avec quatre succès dont deux à Monza, dont il devient l’attraction locale. En 1963, il est champion pour la troisième fois consécutive et devient l'idole des amateurs automobile de Monza où il réalise un hat-trick. Il complète son palmarès en devenant une nouvelle fois champion d'Italie en 1964.

Geki, s'il décide de poursuivre sa carrière en Formule 3 dispute, en parallèle chez Abarth, le championnat de Formule 2. Il remporte à nouveau le championnat italien de Formule 3 grâce à six succès sur une de Sanctis mais n'obtient pas d'aussi bons résultats dans la catégorie supérieure.

En 1964, il participe pour la première fois au Grand Prix d'Italie de Formule 1 au sein du Rob Walker Racing Team qui engage une Brabham BT11 mais il ne parvient pas à se qualifier, échouant à seconde du dernier sur la grille, Maurice Trintignant. Il récidive l’année suivante, au volant d’une Lotus 25 et prend la vingtième place sur la grille ; il abandonne au trente-septième tour sur rupture de boîte de vitesses. Il prend à nouveau le départ de son Grand Prix national en 1966, sur une Lotus 33 ; vingtième et dernier sur la grille de départ, il se classe neuvième de l'épreuve à cinq tours du vainqueur Ludovico Scarfiotti.

Il participe aux 12 Heures de Sebring 1966 sur une Alfa Romeo Giulia TZ2 officielle d'Autodelta avec Gaston Andrey et termine quatorzième place du classement général[1],[2],[3].

Le , il se tue lors d'une course de Formule 3 disputée à Caserta. Après un accident multiple impliquant Ernesto Brambilla, Clay Regazzoni, Jurg Dubler, Romano "Tiger" Perdomi et Corrado Manfredini, le pilote suisse Fehr Beat (en) arrivé sur les lieux de l'accident, arrête sa voiture et en descend pour avertir les coureurs encore en course du danger présenté par l'empilement de voitures endommagées. Geki, ainsi que d'autres concurrents dont Perdomi, ne remarque Beat qu'au dernier moment et le percute ; Beat est tué sur le coup tandis que Geki meurt dans l'incendie de sa Matra brisée contre un mur et que Perdomi décède lui aussi.

Résultats en championnat du monde de Formule 1

Tableau synthétique des résultats de Giacomo Russo en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1964Rob Walker Racing TeamBrabham BT11BRM V8Dunlop00Nc.
1965Team LotusLotus 25Climax V8Dunlop10Nc.
1966Team LotusLotus 33Climax V8Dunlop10Nc.

Résultats aux 24 heures du Mans

Année Équipe Voiture Équipiers Résultat
1965Autodelta SpAAlfa Romeo Giulia TZ IICarlo ZuccoliAbandon

Sources

  1. « 1966 Sebring 12 Hrs », sur www.teamdan.com (consulté le 1er avril 2016)
  2. « Archaic tires », sur archaictires.tumblr.com (consulté le 1er avril 2016)
  3. « Sebring 12 Hours 1966 - Photo Gallery - Racing Sports Cars », sur www.racingsportscars.com (consulté le 1er avril 2016)
  • Portail du sport automobile
  • Portail de l’Italie
  • Portail de la Formule 1
  • Portail de l'endurance automobile
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.