Germanisation

Le processus de germanisation correspond à une politique d'intégration à la civilisation des peuples germaniques.

Il n'est pas restreint aux frontières territoriales de l'Allemagne, puisque l'Autriche et la Prusse en furent des foyers.

Par exemple, les croisades baltes menées par les royaumes du Saint-Empire ont abouti à la germanisation de la population locale à suite de la création de l'État teutonique sur le territoire habités par les peuples baltes. Ces populations sont à l'origine des Germano-baltes actuels.

En fin XIX siècle, une politique de germanisation forcée fut mise en œuvre dans tous les territoires annexé au nouvel État allemand comme la Pologne, la Moselle, l'Alsace et la Lorraine. Cette incorporation provoqua la mise en œuvre d'une politique d'acculturation à visée identitaire, destinée à faciliter l'intégration des populations au Reich et à susciter leur adhésion au projet national allemand. Les historiens Anglais parlent de prussification.

Seconde Guerre mondiale

Le principe de germanisation forcée fut également pratiqué sous le Troisième Reich, notamment dans le cadre du Generalplan Ost ou Lebensborn.

On peut citer les tentatives de germanisation de la Moselle et de l'Alsace menées par les Gauleiter Josef Burckel et Robert Wagner, qui furent finalement des échecs.

Voir aussi

  • Portail de l’histoire
  • Portail de l’Allemagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.