Gertrude Fehr

Gertrude Fehr, née Fuld (Mayence, - Montreux, ) est une photographe et enseignante de la photographie allemande[1],[2]. D'origine juive mayençaise.

Pour les articles homonymes, voir Fehr.
Gertrude Fehr
Biographie
Naissance
Décès
(à 101 ans)
Montreux
Nationalité
Activité

Biographie

Avant de choisir la photographie, Gertrude Fehr, alors Fuld, souhaitait devenir juriste. Ce type de métier n'étant pas facilement accessible aux femmes de son époque, elle dût renoncer à ce choix de carrière.

Gertrude Fehr commence son apprentissage en 1918 auprès du portraitiste Eduard Wasow dans son atelier de Munich. Elle décide d'arrêter après trois ans, estimant sa formation terminée. En 1921, elle ouvre son propre atelier de portraits à la Französicherstrasse. Deux ans plus tard, elle tire le portrait de la fille d'un directeur de théâtre qui lui donnera pour mission de photographier son théâtre ; elle deviendra la photographe préférée des théâtres de Munich.

De 1927 à 1933, Gertrude Fehr est à la tête d'une entreprise florissante, elle est réputée pour ses solarisations, portraits, ses nus, et ses photomontages. Elle rencontrera son futur mari, le peinture suisse Jules Fehr, qui étudiait alors à l'Académie. En 1933, la vie devenant difficile à l'orée de la Seconde Guerre Mondiale, le couple quitte l'Allemagne. Ce départ leur permettra d'émigrer à Paris, où ils ouvriront leur première école de photographie, l'Ecole Publiphot à la Rue Simon Dereure 15 à Montmartre, où Gertrude Fehr sera la Directrice.

A cette époque, elle recevra la médaille d'or de la Triennale de Milan pour son portrait de Bertha Drews et Maria Schlotthaus[3].

La progression des troupes allemandes force le couple à fuir vers la Suisse, où ils ouvrent, à Lausanne, l'Ecole de photographie de Suisse romande, en 1940. En septembre 1945, l'école sera définitevement rattachée à l'Ecole des arts et métiers de Vevey[4].

Gertrude Fehr donnera des cours dans son école jusqu'en 1960, où elle a formé des centaines de photographes, dont Jean-Loup Sieff, Luc Chessex, Yvan Dalain, Monique Jacot ou encore les cinéastes Yves Yersin et Francis Reusser[5].

Collections

Sources

Notes et références

  1. (en) « Discover photographer Gertrude Fehr », sur rkd.nl (consulté le 17 février 2020)
  2. « Musée de l'Elysée: Gertrude Fehr (1895-1996), a woman photographer at the forefront », sur www.elysee.ch (consulté le 17 février 2020)
  3. Pascale et Jean-Marc Bonnard Yersin, Gertrude Fehr ou la naissance d'une école, Vevey, Vevey : Musée suisse de l'appareil photographique, (lire en ligne), Page 6
  4. Annika GIL, « IMAGES'95 », La Presse,
  5. Luc Debraine, « Disparition d'une pionnière de la photographie », Nouveau Quotidien,

Liens externes

  • Portail de la photographie
  • Portail des femmes et du féminisme
  • Portail arts et culture de la Suisse
  • Portail du canton de Vaud
  • Portail de l’éducation
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.