Ginevra Sforza

Ginevra Sforza (Ancône, 1440 – ) est une noble italienne de l'aristocratie bolonaise de la fin du XVe et du début du XVIe siècle.

Ginevra Sforza
Portrait de Ginevra Sforza par Ercole de' Roberti
Naissance
Ancône
Décès
Nationalité Italien
Famille

Biographie

Ginevra Sforza est la fille illégitime d'Alessandro Sforza, seigneur de Pesaro.

Elle épousa en premières noces Sante Bentivoglio, cousin de Giovanni II Bentivoglio, le en l'église San Giacomo Maggiore de Bologne[1].

Avec Sante Bentivoglio elle eut deux enfants[2]:

  • Costanza (1458-1491), qui épousa Antonmaria Pico da Mirandola ;
  • Ercole Bentivoglio (1459-1507), condottiere, qui épousa Barbara Torelli.

Devenue veuve en 1463, l'année suivante elle épouse Giovanni II, devenant sa conseillère[3],[4].

Ginevra eut avec Giovanni seize enfants, dont cinq moururent encore enfants :

  • Annibale (1469-1540) qui épousa Lucrezia, fille de Hercule Ier d'Este, seigneur de Bologne de 1511 à 1512 ;
  • Ermes (1475-1513) ;
  • Alessandro (1474-1532), qui épousa Ippolita Sforza ;
  • Camilla Bentivoglio, nonne au Corpus Domini ;
  • Isotta, nonne Corpus Domini ;
  • Francesca Bentivoglio, épouse de Galeotto Manfredi qu'elle tua ;
  • Antongaleazzo, prélat ;
  • Eleonora Bentivoglio ;
  • Laura Bentivoglio, épouse de Giovanni Gonzaga ;
  • Violante Bentivoglio, Signora de Rimini, épouse de Pandolfo IV Malatesta ;
  • Bianca Bentivoglio.
Retable Bentivoglio, de Lorenzo Costa

Elle était amie avec Gentile Budrioli, épouse du notaire Alessandro Cimieri, étudiante à l'université de Bologne, accusée de sorcellerie et brûlée vive en 1498[3].

En 1466, le pape Paul II reconnut la seigneurie de Giovanni II et lui attribua le vicariat papal de Bologne[4].

Après avoir échappé au complot de la famille Malvezzi en 1488, en 1501 les Bentivoglio furent de nouveau menacés par le complot de la famille Marescotti. Sur le conseil de Ginevra, de nombreux membres de la famille furent tués par vengeance[1].

En 1505 les comploteurs ayant survécu à la vengeance firent appel au pape Jules II qui ordonna à Giovanni II et sa famille de quitter Bologne. Ginevra, qui s'est exilée à Parme, auprès du marquis Pallavicino, est excommuniée car ce lieu n'était pas assez éloigné de Bologne[3]. Malgré les nombreuses demandes de la part de Ginevra Jules II refusa de la recevoir en audience au château de Ponte Poledrano (aujourd'hui Castello di Bentivoglio) que le papa s'était approprié.

À Bologne, les propriétés des Bentivoglio furent saccagées et le Palais Bentivoglio détruit.

Ginevra Sforza est morte le et inhumée dans une fosse commune près de Busseto[3]. L'année suivante son mari Giovanni II mourut aussi.

Bibliographie

  • (en) Cecilia M. Ady, The Bentivoglio of Bologna – A Study in Despotism, Oxford, London,

Articles connexes

Notes et références

  1. (it) « Notice sur les Bentivoglio », sur Icozzano.scuole.bo.it
  2. (en) « Ginevra Sforza », sur Kleio.org
  3. (it) « Ginevra e Gentile », sur Castelliinaria.org
  4. (it) « Esci », sur miabologna.it

Liens externes

  • Portail de la Renaissance
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.