Giuseppe Pizzardo

Giuseppe Pizzardo () est un cardinal italien qui exerça les fonctions de préfet de la Congrégation pour l'éducation catholique de 1939 à 1968 et de secrétaire du Saint-Office de 1951 à 1959. Il fut élevé au cardinalat en 1937.

Giuseppe Pizzardo
Biographie
Naissance
à Savone Royaume d'Italie
Ordination sacerdotale
Décès
à Rome Italie
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
par le
pape Pie XI
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Maria in Via Lata (1937-1948)
Cardinal-évêque d'Albano (1948-1970)
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par le
card. Eugenio Pacelli (futur Pie XII)
Secrétaire de la Congrégation du Saint-Office
Préfet de la Congrégation des séminaires et des universités[1]
Archevêque titulaire de Nicaea
Archevêque titulaire de Cyrrhus
Autres fonctions
Fonction religieuse

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Biographie

Né à Savone, Giuseppe Pizzardo fit ses études à l'Université pontificale grégorienne, à l'Université pontificale du Latran et à l'Académie pontificale ecclésiastique avant d'être ordonné prêtre le .

De 1908 à 1909, il exerça une activité pastorale à Rome et servit à la secrétairerie d'État du Vatican. Il fut élevé au rang de Monsignor et nommé secrétaire de la nonciature en Bavière le . Dans la Congrégation pour les affaires ecclésiastiques extraordinaires, il fut nommé sous-secrétaire (1920), substitut (1921) et secrétaire (1929). Il devint protonotaire apostolique le . Il fut un des signataires des Accords du Latran le .

Le pape Pie XI le nomma archevêque titulaire de Cyrrhus le et, le suivant, archevêque titulaire de Nicée ; il reçut la consécration épiscopale le de la même année des mains du cardinal Pacelli, avec l'archevêque Giuseppe Palica et le cardinal Francesco Marchetti-Selvaggiani servant comme co-consécrateurs.

Il fut nommé président de la Commission pontificale pour la Russie le et assistant au trône pontifical le . Il fut créé cardinal avec le titre de cardinal-prêtre de S. Maria in Via Lata par Pie XI au consistoire du et fut préfet de la Congrégation pour les séminaires et les universités du jusqu'à sa démission, le .

Il fut nommé secrétaire du Saint-Office (équivalent de ce qu'on appelle maintenant préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi) le par Pie XII, pour lequel il avait travaillé de longues années à la secrétairerie d'État, et démissionna le . Cardinal-évêque d'Albano après le , il participa au Deuxième concile du Vatican.

Il était connu pour avoir été un des premiers patrons et un des mentors de Giovanni Battista Montini, le futur Paul VI, dont on dit qu'il a voté pour le cardinal Pizzardo au conclave de 1963. Bien que leurs rapports fussent devenus plus distants après que Mgr Montini eut accédé au trône de saint Pierre, le dernier voyage de Paul VI hors de sa résidence d'été avant de mourir en fut à l'occasion d'une messe commémorative pour l'anniversaire de la mort du défunt cardinal.

On le considérait comme profondément conservateur. Pendant qu'il exerçait au Saint-Office, il mit à l'Index[2] une thèse de doctorat française qui avait pour sujet le sexe dans la vie de l'Église et condamna La Puissance et la Gloire de Graham Greene, assurant que l'opinion des fonctionnaires de la Curie envers le roman était « tout à fait défavorable[3] ». Il dénonça également le mouvement français des prêtres-ouvriers[4],[5] ainsi que la participation des catholiques au Réarmement moral[6], à qui il reprochait d'avoir été fondé par un protestant américain et de placer ses adhérents catholiques en dehors du contrôle de la hiérarchie catholique.

Anecdotes

  • Le cardinal Pizzardo fut le représentant du pape au couronnement du roi George VI d'Angleterre le .
  • Il participa également à l'Action catholique, siégeant au Comité central comme Assistant ecclésiastique en 1923, et comme président en 1938.
  • Nommé vice-doyen du Sacré-Collège le , il fut un des électeurs capitaux les plus influents aux conclaves de 1939, 1958 et de 1963.

Source

Notes

  1. Renommé Sacrée congrégation pour les institutions d'enseignement en 1967
  2. TIME Magazine. The Issue of Imprimatur 19 août 1966
  3. America, the National Catholic Weekly. 'Altogether Adverse'
  4. TIME Magazine. No More Pretres-Ouvriers? 28 septembre 1953
  5. TIME Magazine. End of the Worker-Priests 28 septembre 1959
  6. TIME Magazine. Catholics v. M.R.A. 26 septembre 1955

Liens externes

  • Portail du catholicisme
  • Portail de l’Italie
  • Portail du Vatican
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.