Gorilla Monsoon

Robert James « Gino » Marella (né le et mort le ), plus connu sous le nom de ring de Gorilla Monsoon, est un catcheur (lutteur professionnel) et commentateur de catch américain.

Pour les articles homonymes, voir Gorilla Monsoon (groupe).
Gorilla Monsoon
Gorilla Monsoon en 1977
Données générales
Nom de naissance
Robert James Marella
Nationalité
Naissance
Décès
(à 62 ans)
, New Jersey
Taille
6 5 (1,96 m)[1]
Poids
400 lb (182 kg)[1]
Catcheur mort
Fédération
Carrière pro.

Il est un très bon lutteur à l'université et termine second du championnat NCAA en 1959 avant de devenir catcheur.

Il se lance dans le catch en 1960 et lutte d'abord sous son véritable nom avant de se laisser pousser la barbe et de se faire appeler Gorilla Monsoon. Il se fait connaitre à la World Wide Wrestling Federation où il est un des principaux rivaux de Bruno Sammartino entre 1963 et 1969. Il est aussi un des cofondateurs du World Wrestling Council, une fédération de catch porto-ricaine très connue.

Au début des années 1980, il devient commentateur puis incarne à l'écran le président de la World Wrestling Federation dans les années 1990.

Jeunesse

Marella grandit à Rochester et pratique de nombreux sports au lycée[2]. Il est notamment lutteur, joueur de l'équipe de baseball et lanceur de disques[2]. Après le lycée, il étudie à l'Ithaca College (en) où il fait partie de l'équipe de lutte[3]. Il se distingue dans ce sport en terminant 2e du championnat universitaire NCAA en 1959 en plus d'établir divers records en athlétisme[4],[5].

En 1973, l'Ithaca College le récompense en le faisant entrer dans son Hall of Fame[5].

Carrière de lutteur

Marella entre à la Jefferson High School à Rochester, dans l’État de New York et devient un athlète remarquable en football américain, en lutte et en athlétisme. Il pèse environ 136 kilos et est appelé « Tiny » par ses coéquipiers.

Carrière de catcheur

Débuts dans l'État de New York (1960-1963)

Marella commence sa carrière de catcheur à Rochester sous son véritable nom[5]. Il est à l'époque un babyface et lutte un peu partout aux États-Unis ainsi qu'au Canada où il travaille essentiellement à la Stampede Wrestling[5]. Il part au Japon en 1963 où il rencontre Killer Kowalski[6].

World Wide Wrestling Federation / World Wrestling Federation (1963-...)

De retour du Japon, Killer Kowalski parle de Marella à Bobby Davis, un des managers de la World Wide Wrestling Federation[6]. Davis trouve Marella rapide et agile sur le ring et recommande à Vince McMahon, Sr. de l'engager[6].

Hall of Fame (1994)

Marella est introduit au WWF Hall of Fame 1994.

Caractéristiques

  • Prises de finition et favorites
    • Airplane spin
    • Backbreaker rack
    • Giant swing
    • Gorilla press slam
    • Nerve hold
    • supersuplex

Palmarès

  • World Championship Wrestling (Australie) (WCW)
    • 1 fois champion du monde poids lourd de l'International Wrestling Alliance (IWA)[7]
  • World Wrestling Alliance (WWA)
    • 1 fois champion du monde par équipes de la WWA avec Luke Graham[8]

Notes et références

  1. (en) « Gorilla Monsoon », sur Online World of Wrestling (consulté le 21 novembre 2017)
  2. (en) Nick Ravo, « Gorilla Monsoon, 62, Villainous Pro Wrestler », sur New York Times, (consulté le 21 novembre 2017)
  3. (en) Sean Lahman, « RocJocks: Wrestling star Gorilla Monsoon », sur Democrat and Chronicle, (consulté le 21 novembre 2017)
  4. (en) « Bob Marella », sur National Wrestling Hall of Fame (consulté le 21 novembre 2017)
  5. (en) Matthew Hester, « The Gorilla Factor: The Life of a True Gentle Giant », sur Bleacher Report, (consulté le 21 novembre 2017)
  6. Simon Lacroix, « LE COIN DU LIVRE : GORILLA MONSOON! », sur lutte.quebec, (consulté le 22 novembre 2017)
  7. (en) « IWA World Heavyweight Title (Australia) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 22 novembre 2017)
  8. (en) « WWA World Tag Team Title (California) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 22 novembre 2017)
  9. (en) « United States Tag Team Title (Capitol/WWWF) », sur Wrestling-Titles.com (consulté le 22 novembre 2017)

Liens externes

  • Portail du catch
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.