Gorisont

Gorisont (Горизонт en russe c'est-à-dire horizon ) est une famille de satellites de télécommunications soviétiques puis russes placés en orbite géostationnaire entre 1978 et 2000. Les premiers satellites de la série assurent la retransmission des Jeux olympiques de Moscou de 1980. La famille Gorisont a été progressivement remplacée au début des années 2000 par les satellites Express.

Historique

Les satellites Gorisont constituent une nouvelle génération de satellites de télécommunications géostationnaires soviétiques qui apportent plusieurs innovations par rapport aux satellites Radouga entrés en production quelques années auparavant. Contrairement à ceux-ci, ils disposent de plusieurs répéteurs ; les panneaux solaires disposent d'un système autonome permettant de les orienter de manière optimale face au Soleil. Ils sont construits par NPO PM (aujourd'hui ISS Reshetnev) spécialiste des satellites de télécommunications et de navigation. Comme leurs prédécesseurs ils sont lancés par le lanceur lourd Proton-K équipé d'un étage supérieur Bloc DM[1],[2].

Déploiement

Le premier satellite Gorisont est lancé le mais est apparemment injecté sur une mauvaise orbite car il ne figure pas dans la liste des satellites russes opérationnels établie à l'époque. Les deux satellites suivants sont lancés en 1979 et 1980. Positionnés aux latitudes 4° ouest et 53° est, ils doivent jouer un rôle crucial dans la retransmission des Jeux olympiques de Moscou de 1980. Le lanceur Proton rencontre des problèmes techniques et le deuxième satellite n'est opérationnel que quelques jours avant l'ouverture des Jeux olympiques. Les satellites sont par la suite périodiquement lancés pour occuper les 10 positions réservées par l'Union Soviétique en orbite géostationnaire : 11 et 14° Ouest, 40, 53, 80, 90, 96,5, 103, 140, 145 et 161° Est. En 1992, dans un contexte économique devenu difficile pour l'industrie astronautique russe, la société américaine Rimsat acquiert auprès du consortium russe Informcosmos, créé pour l'occasion, trois satellites Gorisont dont un déjà positionné en orbite. Rimsat se révèle incapable de payer les satellites acquis et ceux-ci sont repris par la suite par d'autres opérateurs privés. Le dernier satellite Gorisont 45L, qui avait été placé en cocon, est lancé en 2000 alors que les satellites de la série Express qui doivent remplacer les Gorisont sont en cours de déploiement. L'objectif est de préserver un des emplacements réservés en orbite géostationnaire qui risque d'être perdu à la suite de l'échec du lancement d'un satellite Express[1],[2].

Caractéristiques techniques

Le satellite de type Gorisont a une masse d'environ 2,3 tonnes et utilise une plateforme stabilisée 3 axes Kaur-3. Deux ensembles de panneaux solaires déployés en orbite et ayant une surface de 25 m2 fournissent 1 280 Watts. La charge utile est constituée par 6 répéteurs en bande C et 1 répéteur en bande Ku. Le système de contrôle d'attitude permet une précision d'orientation de 0,25°. Deux des canaux sont réservés aux retransmissions d'émissions de télévision. Le satellite permet de transmettre une trentaine de programmes de télévision conçus à Moscou vers les réseaux régionaux et les autres républiques de l'Union soviétique. Les émissions sont reçues par 500 stations Moskva équipées d'une antenne parabolique de 2,5 mètres de diamètre. Il dispose de 800 à 1000 canaux pour les télécommunications téléphoniques et télégraphiques. Il gère les échanges entre navires et centres de contrôles. La durée de vie nominale d'un satellite est de 3 ans[3],[1],[2],[4].

Historique des lancements

[4]
DésignationDate de lancementLanceurRemarque
1Gorisont 11L19/12/1978Proton-K / Bloc DMÉchec du lancement
2Gorisont 12L5/7/1979Proton-K Bloc DM
3Gorisont 13L28/12/1979Proton-K Bloc DM
4Gorisont 14L14/6/1980Proton-K Bloc DM
5Gorisont 15L15/3/1982Proton-K Bloc DM
6Gorisont 16L20/10/1982Proton-K Bloc DM
7Gorisont 17L30/6/1983Proton-K Bloc DM
8Gorisont 18L30/11/1983Proton-K Bloc DM
9Gorisont 19L22/4/1984Proton-K Bloc DM
10Gorisont 20L1/8/1984Proton-K Bloc DM
11Gorisont 21L18/1/1985Proton-K Bloc DM
12Gorisont 22L10/6/1986Proton-K Bloc DM
13Gorisont 23L18/11/1986Proton-K Bloc DM
14Gorisont 24L11/5/1987Proton-K Bloc DM
15Gorisont 25L18/1/1988Proton-K Bloc DM-2Échec du lancement
15Gorisont 26L31/3/1988Proton-K Bloc DM
16Gorisont 28L18/8/1988Proton-K Bloc DM-2
17Gorisont 29L26/1/1989Proton-K Bloc DM-2Cédé à Tonga sous l'appellation Tongastar 1 en cours de vie
18Gorisont 27L5/7/1989Proton-K Bloc DM-2
19Gorisont 31L28/9/1989Proton-K Bloc DM-2
20Gorisont 30L20/6/1990Proton-K Bloc DM
21Gorisont 32L3/11/1990Proton-K Bloc DM-2
22Gorisont 33L23/11/1990Proton-K Bloc DM-2
23Gorisont 34L1/7/1991Proton-K Bloc DM-2
24Gorisont 35L23/10/1991Proton-K Bloc DM-2
25Gorisont 36L2/4/1992Proton-K Bloc DM-2
26Gorisont 37L14/7/1992Proton-K Bloc DM-2
27Gorisont 38L27/11/1992Proton-K Bloc DM-2
28Gorisont 39L27/5/1993Proton-K Bloc DM-2Échec du lancement
28Gorisont 40L28/10/1993Proton-K Bloc DM-2
29Gorisont 41L18/11/1993Proton-K Bloc DM-2Cédé en cours de vie à la société américaine Rimsat et renommé Rimsat 1 puis vendu à la société PASI (PASI 1) puis à LMI (LMI-AP 1)
30Gorisont 42L20/5/1994Proton-K Bloc DM-2Cédé en cours de vie à la société américaine Rimsat et renommé Rimsat 2 puis vendu à la société AsiaSat (AsiasSat G) puis à LMI (LMI-AP 2)
31Gorisont 43L25/1/1996Proton-K Bloc DM-2
32Gorisont 44L25/5/1996Proton-K Bloc DM-2
33Gorisont 45L6/6/2000Proton-K Bloc Bris M

Notes et références

  1. (en) Anatoly Zak, « Gorizont », sur russianspaceweb.com (consulté le 19 juillet 2014)
  2. Nicolas Pillet, « Les satellites de télécommunications Gorizont (11F662) », sur kosmonavtika.com (consulté le 19 juillet 2014)
  3. (en) Mark Wade, « Gorizont », sur Encyclopedia Astronautica (consulté le 19 juillet 2014)
  4. (en) Günter Krebs, « Gorizont 1 - 33 (11F662) / Tongastar 1 / Rimsat 1, 2 / PASI 1 / AsiaSat G / LMI-AP 1, 2 », sur Gunter's space page (consulté le 19 juillet 2014)

Voir aussi

Article connexe

  • Express Famille de satellites qui a pris la suite des satellites Gorisont

Liens externes

  • Portail de l’astronautique
  • Portail de l’URSS
  • Portail de la Russie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.