Graphe biparti complet

En théorie des graphes, un graphe est dit biparti complet (ou encore est appelé une biclique) s'il est biparti et contient le nombre maximal d'arêtes.

Graphe biparti complet


Notation
Nombre de sommets
Nombre d'arêtes
Distribution des degrés m sommets de degré n
n sommet de degré m
Diamètre 2

En d'autres termes, il existe une partition de son ensemble de sommets en deux sous-ensembles et telle que chaque sommet de est relié à chaque sommet de .

Si est de cardinal m et est de cardinal n le graphe biparti complet est noté .

Propriétés

Inclusions de famille de graphe

  • Le graphe biparti complet est un graphe de Moore et une -cage.
  • Les graphes bipartis complets et sont des graphes de Turán.
  • Le graphe biparti complet est un graphe symétrique : il est arête-transitif, sommet-transitif et arc-transitif.

Invariants

  • Le polynôme caractéristique du graphe biparti complet est : . Ce polynôme caractéristique n'admet que des racines entières si, et seulement si, mn est un carré parfait. Le graphe biparti complet n'est donc un graphe intégral que dans ce cas.

Utilisations

Le théorème de Kuratowski, qui caractérise les graphes planaires utilise le graphe [1],[2].

Exemples

Si m=1 le graphe complet biparti Km,n est un arbre et est appelé une étoile. En tant qu'étoile, K1,n est notée . Tous les graphes bipartis complets qui sont des arbres sont des étoiles.

Le graphe K3,3 est le plus petit graphe cubique non planaire. Il sert dans les caractérisation des graphes planaires de Kazimierz Kuratowski et de Klaus Wagner. C'est lui qui réside derrière l'énigme des trois maisons.

Les étoiles S3, S4, S5 et S6.

Aspects algorithmiques et applications

Étant donné un graphe G, trouver le sous-graphe induit biparti complet de G avec le plus possible d'arêtes (donc avec maximal) est un problème NP-complet.

Notes et références

  1. Pour plus de détails voir l'article graphe planaire.
  2. Article original : Kazimierz Kuratowski, « Sur le problème des courbes gauches en topologie », Fund. Math., vol. 15, , p. 271-283 (lire en ligne). Voir aussi : Carsten Thomassen, « Kuratowski's theorem », Journal of Graph Theory, vol. 5,, no 3, , p. 225-241 (DOI 10.1002/jgt.3190050304, Math Reviews 625064).
  • Portail des mathématiques
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.