Gustavus J. Simmons

Gustavus James Simmons (né le en Virginie-Occidentale) est un mathématicien et cryptographe américain.

Gustavus Simmons
Gustavus Simmons
Naissance
Domaines Mathématiques, cryptographie
Institutions Laboratoires Sandia
Formation université du Nouveau-Mexique
Renommé pour Subliminal channels
Jeu de Sim
Distinctions Prix Ernest-Orlando-Lawrence
Docteur honoris causa de l'université de Lund
Rothschild Professor au Isaac Newton Institute for Mathematical Sciences

Biographie et œuvre

Gustavus Simmons étudie au Deep Springs College (en) en Californie et obtient un doctorat à l'université du Nouveau-Mexique à Albuquerque. En tant que cryptographe, il dirige le laboratoire de mathématiques appliquées des Laboratoires Sandia. Simmons travaille alors surtout sur le problème de l'authentification ultérieurement appliqué au contrôle mutuel des essais nucléaires mis en œuvre dans le traité d'interdiction complète des essais nucléaires de 1996[1]. Pour ce travail, il obtient en 1986 le Prix Ernest-Orlando-Lawrence du Département de l'énergie des États-Unis[2].

Simmons a publié de nombreux travaux (plus de 170 articles), notamment sur le chiffrement asymétrique. Il a ainsi découvert en 1984 les canaux subliminaux (en) qui permettent des échanges secrets dans les communications qui ont l'air normales sur des canaux non sécurisé établis par signature numérique[3]. Il a aussi donné une formulation mathématique d'un canal d'authentification qui reprend sur beaucoup d'aspects la notion de canal secret formulée par Claude Shannon en 1948.

Dans les années 1980, Simmons est un des pionniers dans l'implémentation des procédés de décomposition en produit de facteurs premiers sur des calculateurs parallèles aux Laboratoires Sandia avec un ordinateur vectoriel Cray X-MP (en) où il implémente déjà le crible quadratique.

Simmons est un des cofondateurs de l' International Association of Cryptological Research (IACR), dont il est fellow d'honneur.

Simmons est aussi le créateur, en 1969, du jeu de Sim, un jeu à deux joueurs qui consiste à dessiner sur une feuille un triangle dont les côtés sont de même couleur[4],[5].

Ouvrages

  • Gustavus J. Simmons, Contemporary Cryptology: The Science of Information Integrity, Wiley, (ISBN 0-7803-5352-8, présentation en ligne) — Collection d'articles de Gustavus Simmons parus dans divers périodiques
  • Thomas Beth, Markus Frisch et Gustavus J. Simmons (éditeur), Public-key cryptography; State of the Art and Future Directions, Springer-Verlag, (ISBN 0-387-55215-4)
  • Gustavus J. Simmons, Secure Communications and Asymmetric Cryptosystems, Westview Press pour l'AAAS, (ISBN 0-86531-338-5)

Prix et distinctions

Notes et références

  1. Gustavus Simmons, « How to Insure That Data Acquired to Verify Treaty Compliance are Trustworthy », Proceedings of the IEEE, IEEE, vol. 76, no 5, , p. 621–627 (DOI 10.1109/5.4446)
  2. The Ernest Orlando Lawrence Award to Gustavus J. Simmons
  3. Gustavus J. Simmons, « The Prisoner’s Problem and the Subliminal Channel », dans Advances in Cryptology: Proceedings of CRYPTO ’83, Plenum Press, , p. 51-67.
  4. Gustavus J. Simmons, « The game of SIM », J. Recreational Mathematics, vol. 2, no 2, , p. 66.
  5. Charles-É. Jean, « Sim », Dictionnaire de mathématiques récréatives, sur Récréomath (consulté le 6 novembre 2015).
  6. Liste « Copie archivée » (version du 23 juillet 2018 sur l'Internet Archive) des docteurs honoris causa en ingénierie à l’université de Lund.
  7. IACR Fellow Laudatio.
  8. Prix James F. Zimmerman à Gustavus Simmons. Ce prix est décerné chaque année à un ancien élève de l'université, et nommé d'aprèsJames F. Zimmerman, président de l'université de 1927 à 1944

Liens externes

  • Portail de la cryptologie
  • Portail de la sécurité informatique
  • Portail de l'informatique théorique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.