HMS Maidstone (1744)

Le HMS Maidstone est un navire de ligne de quatrième rang de 50 canons, de classe Falkland de la Royal Navy. Lancé en 1744, il fait naufrage en 1747.

Pour les autres navires du même nom, voir HMS Maidstone.

HMS Maidstone
Type Navire de ligne de 4e rang
Histoire
A servi dans  Royal Navy
Commanditaire ville de Maidstone
Chantier naval Thomas Bronsden aux chantiers navals de Bronsdon et Wells de Rotherhithe (Deptford)
Commandé
Quille posée
Lancement
Armé Lower Gun Deck 22 x British 24-Pounder ; Upper Gun Deck 22 x British 12-Pounder ; Quarterdeck 4 x British 6-Pounder ; Forecastle 2 x British 6-Pounder.
Statut Naufrage le
Équipage
Commandant Augustus Keppel
Caractéristiques techniques
Longueur 34,68 m
Maître-bau 12,26 m
Tirant d'eau 5,70 m
Déplacement 979 tonneaux (BOM)
Propulsion trois-mâts carré
Caractéristiques militaires
Armement 50 canons


Conception

Le HMS Maidstone est un Vaisseau de 4e rang percé pour 50 canons, "Fifty guns ship". Il est construit par les chantiers Bronsdon et Wells de Rotherhithe (Depford), pour un coût de 13 000 livres (1070 euros). Douze vaisseaux seront construits suivant le modèle de la classe Faukland. Le temps de construction de ces douze vaisseaux représente environ 29 mois, soit un temps de construction de 2 ans et demi et un temps moyen par bateau de 75 jours. Nous pouvons supposer, si nous partons sur une hypothèse de 200 heures mensuelles et de 100 000 heures pour construire un bateau, une présence continuelle sur le chantier de 230 hommes pendant 29 mois.

Le vaisseau de 50 canons est un petit vaisseau dans l'organisation d'une escadre, mais il garde, malgré sa position, une puissance de feu redoutable. Ce navire est armé de 50 canons : première batterie : 22 canons de 24 livres de balle[1] (2694 kg/canon) ; deuxième batterie : 22 canons de 12 livres de balle (1646 kg/canon) ; Gaillard arrière : 4 canons de 6 livres de balle (850 kg/canon) ; Gaillard avant : 2 canons de 6 livres de balle (850 kg/canon).

Le nombre d’hommes nécessaires au service de la pièce de 24 est de 13 hommes (dont un chef de pièce et un soldat pour surveiller les marins). La manœuvre du canon doit dans certains cas être faite des deux bords du navire. Mais le nombre de pièces et de servants ne correspond qu’à la moitié des pièces de la batterie. Aussi l’art du capitaine est d’éviter de combattre des deux côtés du vaisseau. Il y a 13 commandements pour exécuter un tir qui doit se faire entre 6 et 8 minutes.

Histoire

Le matin du 8 juillet 1747, Sir Augustus Keppel, commandant du HMS Maidstone, croise avec l’escadre de Sir Peter Warren au large du Cap Finisterre. Il attend à l’affût  une flottille de huit voiles accompagnant de nombreux navires marchands revenant des Antilles. Le plus grand de ces navires inclina sa route vers Keppel comme s'il voulait couvrir les autres. Pour le jeune et ardent capitaine du Maidstone, il s'agit d'un "très grand navire (very great ship) ce pourquoi je le pris en chasse."

Sir Augustus Keppel

Augustus Keppel (1725-1786), vicomte, amiral anglais, fils du second comte d'Albemarle, naquit le 25 avril 1725. Il embarque à 10 ans, devient officier à 15 ans sur le Centurion (le seul vaisseau rescapé de la fameuse expédition d'Anson, autour du monde, 1740-1744). Augustus Keppel sera captain (capitaine de vaisseau) à 19 ans. En 1747 (22 ans), il perd le bâtiment, le HMS Maidstone, au large de Noirmoutier. Le 10 novembre 1747, un Jugement du Conseil de Guerre l’acquitte de toute faute. Il devint vice-amiral à 45 ans, puis Premier Lord de l'Amirauté à 57 ans en 1782.

Naufrage

Le HMS Maidstone avait arraisonné le 8 juillet 1747 au matin deux bâtiments, quand il se trouva en vue du Dromadaire, navire marchand bordelais de 400 tonneaux et 18 canons, qui venait du sud. Celui-ci se sentant poursuivi voulut se rapprocher de la côte de Noirmoutier pour s'y mettre à l'abri alors que le navire anglais cherchait à lui couper la route. C'est là que le Maisdtone vint talonner sur les rochers de Sécé, non loin de l'ilôt du Pilier, et s'échoua.

Le 8 juillet 1747, le HMS Maidstone sombre au large de l’Ile de Noirmoutier, près de l’ilôt du Pilier. "De Noirmoutier, entre Nantz et l'Ile Dieu, le 28 juin (O.S.) 1747[2] : ...J'avais à mon bord un vieux pilote destiné à sir Peter Warren, en plus du mien. Il me dit que nous pourrions très bien couper le navire de la terre, et qu'il connaissait la côte. Malheureusement pour moi, nous approchâmes très près du navire chassé... Finalement, à portée de mousquet, je lui envoyai deux ou trois boulets dont il ne se soucia guère . Le fort ouvrit le feu sur nous : à ce moment le vieux pilote me dit : "il faut laisser porter". Je fis aussitôt embraquer les bras de tribord, mettre la barre à tribord et raidir les amures de babord : tout cela fut promptement exécuté et sans la moindre confusion... Je demandai alors à l'homme de sonde dans les porte-haubans du vent combien il y avait de fond. Sur sa réponse : "cinq brasses" ... Nous touchâmes sur les roches des Pelliers deux minutes après... Je fis aussitôt mettre la barre au vent et le navire abattit ; puis le pilote me dit de lof fer de nouveau, et dans les cinq minutes qui suivirent nous talonnâmes si violemment que tout le monde à bord crût le navire démoli. Je pense que le premier coup avait dû crever la coque à tribord avant... Impuissant dès lors à sauver le navire de Sa Majesté, j'ai donné l'ordre de couper la mâture et songé à sauver les sujets de Sa Majesté... La perte d'environ 27 de mes hommes me cause le plus vif chagrin et me rend misérable . J'espère passer en jugement dès mon retour. Votre très obéissant serviteur, A. Keppel.

Le 9 Juillet, Keppel aborde l'île de Noirmoutier avec le grand canot conduit par 18 marins. Il est conduit chez le gouverneur, le sieur Des Marais et lui dit : "Je me rends, Monsieur, prisonnier de guerre du Roi, votre Maître. Je n'ai point d'épée à vous remettre rayant laissée à mon bord. Disposez de moi comme vous le jugerez à propos ".

L’équipage, au moment du naufrage, est constitué de 396 marins, avec une moyenne d’âge de 28 ans. Cet équipage est constitué de 308 marins (dont 27 officiers, 9 midshipmen et 15 mousses) et 88 soldats. Le capitaine Keppel avait embarqué 5 serviteurs. Suite au naufrage, sur les 396 hommes, 29 hommes sont morts noyés, 18 prisonniers français et espagnols et 6 noirs esclaves, à bord du HMS Maidstone, seront libérés.

La plupart des marins et soldats furent placés dans les douves du donjon du château de Noirmoutier, On leur paye leur solde, ainsi qu'en font foi les documents trouvés dans les archives de l'administration des Classes. Les marchands sont autorisés à venir les ravitailler, sauf en vin et eau-de-vie. Les officiers et mariniers ont droit à "six bouteilles de vin à midi et six bouteilles le soir". Les officiers jouissent d'une liberté totale ayant "la ville pour prison ". Quant au capitaine il peut entrer ou sortir du château quand il veut. Par la suite, le 28 juillet, un convoi fut mis en route pour Nantes et le 4 août tout l'équipage partit pour Dinan. Le 7 août 1747, le capitaine Keppel part vers l’Angleterre, et vers le 20 août l’ensemble de l’équipage

Fouille

Le site du naufrage est retrouvé en 1980 par Bernard de Maisonneuve (ARHIMS). Un chantier archéologique sous-marin se tiendra de 1982 à 1990, avec pour direction l'inventeur du site. Au cours de ces huit années, 100 plongeurs bénévoles et aides ont réalisé 2500 heures sous l'eau et autant en préparation et suivi.

Le site sous-marin du Maidstone s'étend sur 85 mètres en axe ouest-sud-ouest - est-nord-est, et sur 30 mètres en axe nord-sud. Il est à 300 mètres ouest de la roche des Grands Sécés, coincé entre deux têtes de roche (Lat : 47°03.4600 - long : 02°19.9400). Le gisement est situé par 3 mètres de fond à l'ouest-sud-ouest et par 7 mètres à l'est-nord-est (basse mer de vives-eaux). Les restes de l'épave sont à un niveau - 0,50 mètres/- 0,80 mètres du sol. Seuls quelques canons, ainsi qu'une masse importante de lest volant et de boulets de canon émergeaient du sable. Le travail topométrique, en 1982, a consisté à établir un relevé du site en deux dimensions par la méthode triangulaire. Nous avons précisé des points fixes à partir de masses lourdes, réliées entre elles par un cable : canons n° 5, n ° 13, n° 10, et n° 4. Puis, chaque année, nous avons dégagé sur des zones définies I, II, III, les laminaires et les roches. Par la suite, nous avons travaillé sur une délimitation de 5 mètres par 5 mètres, établie avec des plots en ciment de 25 kg, reliés entre eux par un cable métré. Aucune structure fixée au sol ne pouvait tenir en raison des courants. De 1982 à 1989, nous avons exploré une surface couverte de 350 m2, pour une estimation du site de 2 400 m2. C’est le premier chantier archéologique sous-marin sur la façade atlantique mené et réalisé pendant dix ans par des amateurs. Le matériel archéologique, estimé à 2000 objets, dont certains sont uniques, est présenté au musée du Château de Noirmoutier. Sept canons du site du Maidstone ont été retirés et répartis sur la côte vendéenne. Il est possible d'en voir quatre au château de Noirmoutier. (n° 8-5-20-12) deux à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (n° 1-3) et un aux Sables-d'Olonne (n °14).

Notes et références

Notes

    Références

    1. La Livre anglaise est de 0.453 kg ; la livre de balle correspond à la masse du boulet.
    2. En ce 8 juillet 1747 de notre calendrier, (28 juin Old Style) Le calendrier anglais était alors en retard de onze jours sur le calendrier grégorien. C'est pourquoi les indications de date sur les documents de l'époque sont suivies de l'abréviation O.S. (old style) et parlent du 28 juin.

    Bibliographie

    Sources primaires

    • Public Record Office, Adm 180/2. 5 - PRO, Adm 106/986. 6 - PRO, Adm 95/12.
    • Archives nationales (Paris), Marine G127 Ï 33-34. Réfléxions du Comte de Maurepas.
    • Archives départementales de La Loire-Atlantique: Lettres de la Cour. ; B 4510 f' 82 (DROMADAIRE) et fonds marine, 120 J.
    • Archives de la Marine (Rochefort), lE 144 f' 317.
    • Archives de Condé, (Chantilly).

    Monographies

    • Keppel (Rév. Thomas), The life of Augustus Viscount Keppel, 1842, vol 1, p 83.
    • Portail de la Royal Navy
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.