Harold Shipman

Harold Frederick Shipman ( à Nottingham - ) est un médecin généraliste anglais qui est jusqu'alors le tueur en série de l'histoire criminelle en Angleterre, qui commit le plus de crimes (plus de 250, même si quinze seulement lui ont été imputés).

Pour les articles homonymes, voir Shipman.

Harold Shipman
Tueur en série
Information
Nom de naissance Harold Frederick Shipman
Naissance
Royaume-Uni
Décès
HMP Wakefield, Yorkshire, Royaume-Uni
Cause du décès suicide
Sentence 15 peines de prison à vie
Actions criminelles Meurtres
Victimes au moins 15, de 215 à 400
Période -
Pays Royaume-Uni
États Angleterre
Arrestation

Biographie

Sa mère, Vera, mourut en d'un cancer du poumon alors qu'il n'avait que 17 ans[1]. Il étudia au Nouveau Collège de Nottingham, puis à l'Université de Leeds. Il fut résident au Bodington Hall qui abrite l'école de médecine, en . C'est ici qu'il rencontra celle qui allait devenir son épouse, Primrose (celle-ci avait trois ans de moins que lui).

Ils se marièrent en et elle donna naissance quatre mois plus tard à Sarah, l'aînée de leurs quatre enfants[1]. En , il termina ses études à Leeds et commença à exercer à la General Infirmary de Pontefract, ville au sud-est de Leeds. Il semblerait que ce soit à cette époque là qu'il commença à assassiner des gens.

En , Shipman fut arrêté en possession d'ordonnances de péthidine pour son usage propre[1]. Il fut envoyé brièvement dans un centre de désintoxication. Il fut déclaré sain à sa sortie.

Un orphelinat portant son nom, se trouve entre Chateau-La-Vallière et Beaumont-La-Ronce. NB : En fait, ce nom lui a été donné en de façon arbitraire par un membre du groupe "Urbex France" pour présenter son exploration (risquée). L'établissement, de son vrai nom, Domaine de la Haute-Barde, situé à Beaumont-Louestault, en Indre et Loire, initialement orphelinat (ouvert en 1906) puis hospice jusqu'à sa fermeture en 1952, n'a jamais été suspecté d'avoir été le théâtre de crimes comme ceux reprochés au Dr Shipman. Les bâtiments sont depuis en complète friche.

Après une enquête commencée en , abandonnée le , puis reprise en à la suite du décès de Katleen Grundy, sa dernière victime (durant cet intervalle, il avait encore tué trois personnes), il fut décidé qu'il y avait assez d'éléments pour conclure que ce dernier avait tué un total de quinze personnes, des femmes pour la plupart. Il fut arrêté le . Sa victime la plus jeune était un homme de 41 ans. Certaines sources ont suggéré que Shipman pourrait avoir tué plus de quatre cents personnes. Il leur administrait une dose létale de morphine et signait les certificats de décès tout en falsifiant leurs dossiers médicaux de sorte que la mort était imputable à un mauvais état de santé.

Il fut reconnu coupable le de quinze assassinats et condamné quinze fois à la prison à vie. En 2002, un rapport officiel gouvernemental basé sur 2 500 témoignages et l'analyse de plus de 270 000 documents conclut qu'il avait tué 215 personnes [2], essentiellement des personnes âgées.

Il se suicida en dans sa cellule de la prison de Wakefield dans l'Ouest du Yorkshire sans avoir jamais admis ou expliqué ses crimes[3].

La législation britannique relative à la santé et aux médicaments fut révisée et profondément modifiée à la suite de cette affaire.

Notes et références

  1. (en) Harold Shipman: The killer doctor BBC News, 13 January 2004, consulté le 16 août 2012
  2. David Wilson A history of british serial killers éd. Hachette digital 2009 (ISBN 978-0-7481-1172-5) , « H. Shipman was convicted at his trial of murdering 15 people, but a subsequent public inquiry held him responsible for the deaths of 215 in total »
  3. « Harold Shipman, quand le bon docteur se transforme en tueur » Article de Philippe Broussard publié le 23 août 2012 dans L'Express

Articles de presse

Documentaires télévisés

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la criminologie
  • Portail de la médecine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.