Henri-Joseph Thüring de Ryss

Henri-Joseph Thüring de Ryss, né le à Landrecies (Nord) est un général de brigade de la Révolution française, librettiste et auteur dramatique français.

Henri-Joseph Thüring de Ryss

Naissance
Landrecies (Nord)
Décès inconnue
inconnu
Origine France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 1772-1800

Biographie

Né dans une famille consacrée à la profession des armes depuis plusieurs générations, il est le fils de Joseph Thüring (sergent dans une compagnie du régiment d’Eptingen) et de Marie-Antoinette de Ryss. En congé de réforme début 1794, il vécut rue de Cléry.

États de service

Il entre en service en 1772, comme enfant de troupe dans le régiment d’Eptingen et il s’engage dans le même régiment le . Il devient sergent le , dans le régiment de Castella, puis sous-lieutenant le , au régiment Royal-Liégeois.

Le , il passe officier dans la Garde nationale de Dunkerque et le , il est lieutenant d’une compagnie franche formée à Valenciennes. Il est nommé capitaine le et adjoint aux adjudants-généraux de l’armée belge le suivant. Le , il devient lieutenant-colonel du génie belge et le , adjudant-général chargé de la partie secrète des armées de la Belgique. Il est blessé le , à la bataille de Neerwinden et il est brièvement arrêté le , à la suite d'une lettre de dénonciation contre le général Dampierre.

Il obtient son brevet d’adjudant-général chef de bataillon le et le 1er août suivant il assume les fonctions de chef d’état major par intérim de l’armée du Nord. Blessé le , il l'est à nouveau le . Ce jour-là, il charge à la tête de la cavalerie dans la forêt de Mormal. Alors que le succès semble couronner son attaque, il est blessé une première fois, d'une balle au bras droit. Renversant celui qui l'a touché, il est à nouveau atteint à la cuisse. Il riposte encore en rompant un escadron ennemi, son cheval tombe mort. Il s'exclame alors "Camarades ! Un cheval vite ! Il faut vaincre ou mourir." (CF gravure ci-contre). Toutefois, il n'est plus en mesure de retourner au combat, est soigné à Landrecies et placé en congé de réforme le jour même.

"Camarades ! Un cheval vite ! Il faut vaincre ou mourir. Vive la République." Thuring, Adjudant Général Chef de Brigade, 12 septembre 1793

Le , il reprend du service comme commandant de la place de Ham, puis le il devient inspecteur général des côtes du Nord à Boulogne. Il est nommé adjudant-général chef de brigade le et il est promu général de brigade le , commandant de la 9e division de l’armée de l'Intérieur à Chartres. Il est démis de ses fonctions le .

Il est remis en activité le 13 aout 1799 à l’armée du Rhin. Deux raisons expliquent son retour :

  • Version officielle : le ministre de la Guerre Bernadotte souhaite relancer et réorganiser les troupes françaises. Les généraux Lefebvre, Müller, Canclaux et Jourdan l'encouragent à rappeler des officiers-généraux au glorieux passé.
  • Version officieuse : Mademoiselle Tupigny, fille d'un servant de la cour de Louis XVI, est l'une des maîtresses de Henri-Joseph Thüring de Ryss. Elle est toutefois également courtisée par Louis Bonaparte, l'un des frères de Napoléon Bonaparte. Devenu proche de Thüring de Ryss, Louis Bonaparte lui aurait ainsi permis retrouver son titre de général.

Le , il commande une brigade de la 4e division d’infanterie de l’armée du Rhin. Il participe à la bataille de Moesskirch les 4 et et il est réformé le , à cause de ses blessures.

Années suivantes

En 1801, il est accusé de 4 méfaits :

  1. d'avoir revendu pour sa solde des biens réquisitionnés.
  2. d'avoir réclamé de fortes sommes d'argent aux habitants de communes traversées par ses troupes.
  3. d'avoir délivré illicitement des passeports aux habitants des environs de Frankenthal et Spire pour aller outre-Rhin.
  4. d'avoir autorisé la création de maisons de jeux de hasard, contre rétribution.
Position des troupes commandées par le général Thüring

Pour sa défense, il publie en un mémoire justificatif, adressé au premier consul Bonaparte. Le , le Conseil de guerre supérieur de la 5e division militaire le juge innocent à l'unanimité.

De 1801 à 1807, il traduit plusieurs opéras et devient lui-même librettiste.

Le , il se trouve en Allemagne. Soupçonné d'intelligence avec l'ennemi, un ordre du jour de Napoléon daté de Varsovie prescrit d'arrêter l'ex-général et de le conduire à Mayence. Les sources divergent quant à la réalisation de son arrestation. En , il passe effectivement au service de l’ennemi. Le , Napoléon écrit à Joseph Fouché à Ostérode, décrivant les méfaits d'Henri-Joseph Thüring de Ryss et le disant en ce jour à Saint-Pétersbourg. Il lui demande de prévenir les ministres du trésor public et de l'administration de la guerre pour suspendre sa pension et toute espèce de traitement. Sa trace se perd à ce moment là. Le , Napoléon, alors à Finckenstein, ignore où se trouve l'ex-général, mais demande à Fouché d'étudier la possibilité de le juger et condamner par contumace.

Bibliographie

Ouvrages

  • L'Antidote de la terreur et de la contre-révolution, ou Lettre à mes concitoyens sur les élections de l'an VI (1798-1799).
  • Mémoire justificatif du général Thüring, adressé au premier consul Bonaparte (1801).
  • Don Pedre et Zulica, ou la Princesse de Grenade (1802) : mélodrame en trois actes.
  • Le Jugement de Monsalo (1802) : parodie du Jugement de Salomon, folie en un acte.
  • Zanoubé et Floricourt ou la Bataille des Pyramides (1803): opéra-mélodrame en quatre actes.
  • L'Hermite de Saverne (1803-1804) : tableau en mélodrame des mœurs du XIVe siècle, écrit par Thüring et Dumaniant avec une musique d'Alexandre Piccinni. Il est joué pour la première fois le au théâtre de la Porte-Saint-Martin.
  • Don Juan (1805) : drame lyrique en trois actes. Il est joué pour la première fois en français le à l'Académie impériale de musique. Son texte est arrangé par Thüring et Denis Baillot, sous-bibliothécaire de la Bibliothèque impériale de Versailles. Sa musique est quant à elle remaniée par le pianiste Kalkbrenner.
  • Élisabeth, ou l'Héroïsme filial (1806) : mélodrame en trois actes, représenté pour la première fois le au Théâtre de la Gaité. Il est co-écrit par Joseph Aude.

Traductions

  • Siri-Brahé, ou les Curieuses (1803) : drame historique en trois actes, représenté pour la première fois le au théâtre Français de la République. Il s'agit d'une traduction arrangée d'un texte écrit par Gustave III, auquel le général Thüring dédie son œuvre.
  • Hugo Grotius (1804) : fait historique en trois actes. Il s'agit d'une traduction arrangée par Thüring et Dumaniant d'un texte écrit par Kotzebue.

Sources

  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.