Henry Pelham-Clinton (4e duc de Newcastle)

Henry Pelham Fiennes Pelham-Clinton, 4e duc de Newcastle-under-Lyne KG ( - ) est un noble et un politicien britannique ayant joué un rôle de premier plan dans la politique britannique à la fin des années 1820 et au début des années 1830. Il est appelé Lord Clinton de sa naissance jusqu'en 1794 et comte de Lincoln entre 1794 et 1795.

Henry Pelham-Clinton, 4e duc de Newcastle
Fonction
Lord Lieutenant du Nottinghamshire
-
Titres de noblesse
Comte de Lincoln
Duc de Newcastle
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 65 ans)
Clumber Park (en)
Nationalité
Formation
Activité
Père
Mère
Lady Anna Maria Stanhope (d)
Conjointe
Georgina Elizabeth Mundy (d)
Enfants
Henry Pelham-Clinton
Lady Caroline Augusta Pelham-Clinton (d)
Lady Henrietta Pelham-Clinton (d)
Lord Robert Clinton (en)
Lord Charles Clinton (en)
Lord Thomas Charles Pelham-Clinton (d)
Autres informations
Parti politique

Jeunesse

Il est le fils aîné de Thomas Pelham-Clinton (3e duc de Newcastle), et de son épouse, Lady Anna Maria Stanhope, et fait ses études au Collège d'Eton. Son père est mort quand il avait dix ans. En 1803, encouragé par la paix d'Amiens qui a mis fin aux hostilités avec la France, sa mère et son beau-père l'ont emmené en tournée européenne. Malheureusement, la guerre a de nouveau éclaté et le jeune duc est arrêté à Tours en 1803, où il est resté jusqu'en 1806 [1].

Début de carrière

À son retour en Angleterre en 1807, il entre dans la vie politique avec de nombreux avantages personnels et une fortune considérable. Il s'est marié à Lambeth, le , avec une grande héritière, Georgiana Elizabeth, fille d'Edward Miller Mundy (1750-1822), de Shipley, dans le Derbyshire. Il est Lord Lieutenant du Nottinghamshire de 1809 à 1839 et est également intendant de Sherwood Forest et de Folewood Park. En 1812, il est fait chevalier de la jarretière [1].

Opposition à l'émancipation catholique

Le , Newcastle publie une brochure sous forme d'une lettre à Lord Liverpool, protestant contre un projet de loi sur l'émancipation des catholiques. Newcastle fait valoir que si son gouvernement soutient l'émancipation, il ferait au pays une injustice pour deux raisons principales. Premièrement, l’attention de la nation est préoccupée par les problèmes intérieurs et peu intéressée par la question. Adopter l’émancipation est donc une trahison. Deuxièmement, le gouvernement ne peut pas rester neutre sur cette question, car si le projet de loi est adopté par le Parlement, le roi doit refuser la sanction royale, car il enfreindrait sa promesse, formulée dans le serment du couronnement, de respecter la constitution protestante. Si le roi le fait sans l'avis de ses ministres, ce serait inconstitutionnel, car il ne peut agir que sur l'avis de ses ministres. De ce fait, le gouvernement doit prendre position sur la question et cette position doit nécessairement s’opposer à l’émancipation [2].

Il n’occupe aucun poste national, mais il était extrêmement actif en politique. À partir de 1826 environ, il devient l'un des chefs de la faction dite " ultra-conservateur ", soutenant fermement l'établissement traditionnel de l'Église, du pays et de l'État. Il rejette toutefois l'étiquette de Tory [3].

Le , Newcastle dit à Lord Colchester qu'il souhaite former un groupe pour aider le roi à former un gouvernement opposé à l'émancipation avec l'aide de Lord Mansfield, Salisbury et Falmouth, et qu'il peut gagner le soutien d'environ 60 pairs [4]. Le , Newcastle a une audience avec le roi George IV sur la question de l’émancipation. Cependant, au début de la conversation, le roi interrompt Newcastle, "ce n’est que de temps en temps que je pouvais me laisser emporter par mes remarques et opinions". Newcastle déclare lui-même, avec d'autres pairs, souhaiter une administration "formée contre l'émancipation catholique et que si SM se faisait un plaisir de former une telle administration, il serait certain de son soutien et de son succès ". Le roi, cependant, déclare qu'un Premier ministre ne pourrait pas être nommé avant d'avoir la certitude que Lord Liverpool ne se remettrait pas de son accident vasculaire cérébral [5].

Nerwcastle répond en affirmant que ce délai ne peut qu'être bénéfique pour les politiciens pro-émancipation et que lui-même et d'autres pairs aideraient le roi dans son choix s'il choisissait des protestants, "non des protestants douteux, mais qui sont fermes et sans équivoque dans leurs opinions". Le roi répondit: "Pour que tu puisses compter sur toi". Lorsque Newcastle allait proposer la candidature de Lord Eldon au poste de Premier ministre, le roi l'en empêcha en disant qu'Eldon était persona non grata et suggère Wellington. Newcastle s'oppose à ce choix et souhaite que le roi fasse une déclaration plus forte en faveur d'un gouvernement opposé à l'émancipation. Le roi en est agacé et demande: "Que puis-je faire de plus?" Newcastle déclare que rien ne peut être mieux que sa déclaration et que s'il a la permission de faire connaître publiquement la déclaration du roi. Le roi ne permis pas cela, cependant [6].

Le , Newcastle écrit à Lord Colchester qu'il souhaite "une administration protestante sensée et directe, dépourvue de tout charlatanisme et de toute absurdité mystérieuse" [7]. Le duc de Wellington sollicite l'appui de Newcastle pour son nouveau gouvernement. Lorsqu'il apprend qu'il ne possède pas la confiance de Newcastle (et ne reçut pas de réponse à sa première lettre), il lui écrit de nouveau le : "Rien ne peut être plus désagréable pour moi que les relations amicales entre Votre Grâce et le Gouvernement soient suspendues ". Newcastle a finalement répondu le , affirmant que son gouvernement n’a pas sa confiance [8].

Le , Newcastle condamne le gouvernement pour "neutralité, conciliation et libéralité moderne". Wellington "est peut-être victime d'une erreur monstrueuse", mais il s'est prononcé en faveur du soulagement des dissidents et sa première session parlementaire fut "de loin la plus désastreuse qui soit à la mémoire de l'homme". Newcastle indique que les opposants à l'émancipation "doivent s'unir d'un bout à l'autre du pays dans les associations protestantes, et que le Parlement ne siège pas, ils doivent s'adresser à leur roi protestant". Ne pas le faire pourrait provoquer une punition de Dieu [9].

Newcastle conduit une foule à Windsor pour adresser au roi une pétition contre l'émancipation. Un Canningite contemporain l'a appelé "radical partout" [10].

Quand en , Newcastle est critiqué pour avoir expulsé des locataires qui avaient voté contre ses candidats, il écrit de manière célèbre: "Est-il alors présumé que je ne dois pas faire ce que je veux avec les miens?" [11]. Il l'a répété dans les lords le [12]. En réponse à de nouvelles expulsions, le Times reproche à Newcastle d'avoir agi comme le français Charles X récemment destitué en abusant de son pouvoir et affirme que ses actions sont le meilleur argument en faveur de la réforme [13].

Opposition à la Réforme électorale

Il est un opposant véhément à la réforme électorale. Cette position a mené à des attaques sur sa propriété au cours des rébellions réformistes de 1831. Le Château de Nottingham a été entièrement incendié et ses résidences à Clumber Park, dans le Nottinghamshire et à Portman Square, à Londres ont également dû être fortifiées contre la foule [1].

Fin de carrière

En 1839, Newcastle s'oppose à la nomination à la magistrature de deux gentilshommes nommés par le gouvernement, mais dont il désapprouvait les principes politiques et religieux (en tant que dissidents). Il écrit une lettre très offensante au Lord Chancellor Charles Pepys et, refusant de la retirer, reçut le une lettre de Russell l'informant que la reine n'avait plus besoin de son service en tant que Lord Lieutenant de Nottinghamshire.

Il meurt à Clumber Park, Nottinghamshire, le , et est enterré à l'église All Saints, West Markham, le [1].

Vie privée

Il épouse Georgiana Elizabeth, fille et héritière d'Edward Miller Mundy, en 1807. Ils ont huit fils et six filles:

  • Lady Anna Maria Pelham-Clinton (1808-1822)
  • Lady Georgiana Pelham-Clinton (1810-1874)
  • Henry Pelham-Clinton (5e duc de Newcastle) (1811-1864)
  • Lady Charlotte Pelham-Clinton (1812-1886)
  • Lord Charles Pelham Pelham-Clinton (1813-1894), épousa Elizabeth Grant en 1848
  • Lord Thomas Charles Pelham-Clinton (1813-1882), marié à Marianne Gritton en 1843, séparé en 1865
  • Lord William Pelham-Clinton (1815-1850), décédé célibataire
  • Le lieutenant Lord Edward Pelham-Clinton (1816-1842) est décédé des suites d'une maladie à bord du HMS Harlequin lors de la première guerre de l'opium
  • Lord John Pelham-Clinton (1817)
  • Lady Caroline Augusta Pelham-Clinton (1818-1898), épousa Sir Cornwallis Ricketts, deuxième baronnet en 1852
  • Lady Henrietta Pelham-Clinton (1819-1890), épouse l'amiral Edwin Clayton D'Eyncourt en 1859
  • Lord Robert Renebald Pelham-Clinton (1820-1867), décédé célibataire
  • une fille mort-née (1822), jumelle de
  • Lord George Pelham Clinton (1822), décédé 13 jours après la naissance

La duchesse de Newcastle-under-Lyne est décédée en 1822 lors de l'accouchement. En mémoire d'elle, le 4e duc construit une église et un mausolée à Milton, dans le Nottinghamshire. En 1833, lorsque la nouvelle église de Milton est achevée, elle devient l'église paroissiale, remplaçant l'ancienne à West Markham. Cette situation s'est toutefois inversée en 1949, lorsque All Saints, West Markham, est réintégrée en église paroissiale et que le mausolée du duc est laissé à l'abandon. L'église de Milton, qui n'est plus qu'un mausolée, est finalement sauvée en 1972 lorsque le Churches Conservation Trust la prend en charge [14].

Le 4e duc ne s'est jamais remarié et est décédé en , à l'âge de 65 ans. Son fils aîné Henry, qui était un politicien de premier plan, lui succède.

Les papiers du 4e duc, y compris ses journaux personnels très détaillés pour la période 1822-1851, sont maintenant conservés dans des manuscrits et des collections spéciales de l'Université de Nottingham.

Références

  1. Boase 1887.
  2. G. I. T. Machin, The Catholic Question in English Politics. 1820 to 1830 (Oxford: Clarendon, 1964), p. 29-30.
  3. Charles, Lord Colchester (ed.), The Diary and Correspondence of Charles Abbot, Lord Colchester. Volume III (London: John Murray, 1861), p. 542.
  4. Colchester, p. 466.
  5. Machin, p. 96-97.
  6. Machin, p. 97-98.
  7. Colchester, p. 537-538.
  8. Machin, p. 111.
  9. Machin, p. 134-135.
  10. Michael Brock, The Great Reform Act (London: Hutchinson, 1973), p. 57.
  11. Brock, p. 63.
  12. Complaint by the Duke of Newcastle. HL Deb 3 December 1830 vol 1 cc750-63
  13. The Times (29 September 1830), p. 2.
  14. Newcastle Mausoleum

(de) « Publications de et sur Henry Pelham-Clinton (4e duc de Newcastle) », dans le catalogue en ligne de la Bibliothèque nationale allemande (DNB). " Clinton, Henry Pelham et Fiennes Pelham (1785-1851) ". Dans Stephen, Leslie (ed. ). Dictionnaire de la Biographie Nationale . 11 Londres: Smith, Elder & Co. p.   98.

Sources

  • Michael Brock, La loi sur la grande réforme (Londres: Hutchinson, 1973).
  • Charles Kidd et David Williamson (éd. ), Debrett's Peerage and Baronetage (édition de 1990). New York: Presse de St Martin, 1990,  
  • GIT Machin, La question catholique dans la politique anglaise. 1820 à 1830 (Oxford: Clarendon, 1964).
  • HCG Matthew, « Clinton, Henry Pelham Fiennes Pelham, quatrième duc de Newcastle under Lyme (1785–1851) », Dictionnaire de biographie nationale d' Oxford, Oxford University Press, 2004, consulté le .

Bibliographie

  • John Fletcher (ed. ), Où la vérité réside: Journaux du 4e duc de Newcastle-under-Lyme 1822-1850 (Country Books, 2001).
  • Richard A. Gaunt (ed. ), Conservateur impénitent: sélections politiques dans les journaux du quatrième duc de Newcastle-under-Lyne, 1827-1838 (Boydell Press, 2006).
  • Richard A. Gaunt (ed. ), Unhappy Reactionary: Les journaux du quatrième duc de Newcastle-Under-Lyne 1822-1850 (The Thornton Society of Nottinghamshire, 2003).
  • J. Golby, "Un grand élu et ses motivations: le quatrième duc de Newcastle", Historical Journal, viii (1965), p.   201-218.
  • MI Thomis, Politique et société à Nottingham, 1785-1835 (1969).
  • J. Wolffe, La croisade protestante en Grande-Bretagne, 1829-1860 (1991).
  • Portail de la politique britannique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.