Histoires de voyages dans l'espace

Histoires de voyages dans l’espace est le dix-huitième tome, et le sixième volume de la deuxième série, de La Grande Anthologie de la science-fiction.

Histoires de voyages dans l'espace
Préface Gérard Klein
Genre Anthologie
Science-fiction
Éditeur Le Livre de poche
Collection La Grande Anthologie de la science-fiction no 3780
Lieu de parution Paris
Date de parution 1983
Type de média Livre papier
Couverture Cl. Gozlan
Nombre de pages 448
ISBN 2-253-03150-X
Chronologie

Préfacé par Gérard Klein, il réunit douze nouvelles et a été publié en 1983.

Publication

Extrait de la préface

« Pendant des milliers, peut-être des dizaines de milliers d’années, l’être humain s’est répandu sur toute la surface de la Terre au point d’en occuper les recoins apparemment les moins hospitaliers et d’inventer des cultures qui lui permettent, du Groenland au Kalahari, du désert australien aux immensités salées du Pacifique, de survivre et même de vivre bien selon les critères locaux. Pendant quelques siècles, il s’est cru arrêté aux frontières de son monde et il n’a fait que redécouvrir, sans grands égards pour les premiers occupants. Et à présent que, somme toute, les limites de l’atmosphère ne lui apparaissent enfin plus comme une barrière infranchissable, il songe déjà — et s’emploie – à se disséminer dans l’espace. »

 Extrait de la préface

Nouvelles

Kaléidoscope

Les Spécialisés

Objets perdus

La Poussière des étoiles

La Dame aux étoiles

Le Naufrage du vaisseau John B.

  • Titre original : The Wreck of the Ship John B.
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Colette M. Tanguy, initialement parue dans Playboy, juin 1967
  • Auteur : Frank M. Robinson
  • Résumé :

Le Vaisseau qui chantait

Le Pantomorphe

L'Impossible Étoile

  • Titre original : The Impossible Star
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Pierre Billon, initialement parue dans Worlds of Tomorrow n°3, août 1963.
  • Auteur : Brian Aldiss
  • Résumé : La nouvelle commence par une phrase qu’Eddy Sharn inscrit dans son journal intime : « Lorsque les conditions physiques s'écartent de la normale, la raison humaine tend à glisser vers la folie ». Quatre astronautes (le capitaine Bill Dominguey, Eddy Sharn, Jim Baron et Ike Malravin) sont à bord d'un vaisseau spatial qui connaît de graves avaries. Ils sont contraints de se poser à la surface du plus proche corps stellaire, à savoir un planétoïde. Or ce planétoïde est lui-même en orbite autour d'une étoile hypermassive, d'un diamètre de 400 millions de kilomètres, qu'ils appellent Bertha et dont la masse courbe l'espace-temps et influence l'esprit des astronautes. Ceux-ci deviennent irritables et sont effrayés par leur avarie et leur situation problématique ; l'un d'eux, Baron, pense même qu'ils sont déjà morts ou en état comateux : selon lui, ce qu'ils voient serait une hallucination. Les astronautes tentent de réparer le vaisseau et d'appeler au secours un autre vaisseau d'exploration. L'un d'eux découvre néanmoins que le planétoïde n'est pas un corps en orbite autour de Bertha, mais qu'il a été capté par la gravité de l'étoile : en réalité, il fonce droit vers les entrailles de l'astre ! Dominguey va à l'extérieur faire des réparations ; à son retour, il découvre Baron assassiné, un couteau planté en plein cœur. Qui est devenu meurtrier ? Les trois astronautes s'accusent réciproquement et en viennent aux mains. Durant la bagarre, Dominguey repousse brutalement Malravin qui, heurtant de la tempe un coin aigu de table, meurt peu après. Ils ne sont plus que deux astronautes vivants à bord du vaisseau : Sharn et Dominguey. Ce dernier, avec l'aide d'une arme laser, ordonne à Sharn d'écrire des aveux. Sharn conteste fermement avoir tué Baron, mais sous la menace est obligé de s'exécuter. Puis Dominguey l'oblige à revêtir son scaphandre spatial et à quitter le vaisseau. Peu de temps après, Dominguey fait décoller le vaisseau et quitte le planétoïde, laissant Sharn seul à la surface. Le planétoïde se met à tourner de plus en vite sur lui-même, et se dirige à vive allure vers l'étoile hypermassive, entraînant Sharn dans la mort. Le lecteur ignorera jusqu'au bout qui avait tué Baron.

L'Étoile noire

  • Titre original : To the Dark Star
  • Nouvelle traduction de Guy Abadia et Pierre-Paul Durastanti, initialement parue en 1968 dans The Farthest Reaches
  • Auteur : Robert Silverberg

Les Opérateurs humains

Ne doit pas être confondu avec Les Opérateurs humains.

Oiseau de printemps

  • Titre original : Early Bird
  • Nouvelle traduite de l’anglais par Jacques Polanis, initialement parue dans Astounding : John W. Campbell Memorial Anthology, 1973
  • Auteurs : Theodore Cogswell et Theodore L. Thomas (en)
  • Résumé :

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

La Grande Anthologie de la science-fiction
précédé de
Histoires d'envahisseurs
Histoires de voyages dans l’espace suivi de
Histoires de médecins
  • Portail de l’astronautique
  • Portail de la science-fiction
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.