Hiyoshi-taisha

Le Hiyoshi-taisha (日吉大社) (ou Hie-taisha) est un sanctuaire shinto situé dans la ville de Ōtsu au Japon. Il fait partie de la liste des vingt-deux sanctuaires. Il est dédié au kami Ōkuninushi.

Hiyoshi-taisha
Nom en kanas
ひよしたいしゃ
Localisation
Localité
Coordonnées
35° 04′ 24″ N, 135° 51′ 54″ E
Culte
Type
Histoire
Statut patrimonial
Higashi Hongū (bâtiment de dévotion à l'est).
Honden de Nishi Hongū (bâtiment de dévotion à l'ouest).

Le bâtiment de dévotion de l'ouest (西本宮, nishi hon-gū) et le bâtiment de dévotion de l'est (東本宮, higashi hon-gū) sont classés trésors nationaux dans la catégorie des sanctuaires par l'agence pour les Affaires culturelles[1]. Ce sanctuaire est à la tête du septième plus grand réseau de sanctuaires shinto du Japon avec quelque 4 000 affiliés.

Histoire

La plus ancienne mention du Hiyoshi-taisha figure dans le Kojiki, composé au VIIIe siècle. À l'époque médiévale, le Enryaku-ji incite le sanctuaire à inclure une certaine partie de l'essence du bouddhisme.

Les bâtiments du sanctuaire sont incendiés lorsqu'Oda Nobunaga détruit le Enryaku-ji en 1571. Les édifices existants sont construits dans le dernier quart du XVIe siècle.

Mireia Trius et Pedro Alcalde sont les premiers étrangers qui se sont mariés en 2008 selon le rite shintoïste au temple.[réf. nécessaire]

Galerie d'images

Notes et références

  1. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 国指定文化財 データベース »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), Database of National Cultural Properties, (consulté le 15 décembre 2009).

Voir aussi

Bibliographie

  • « Hie-jinja », dans Dictionnaire historique du Japon, vol. 8 : Lettre H (2), Tokyo, Librairie Kinokuniya, Maison franco-japonaise, (lire en ligne), p. 130-131.
  • (en) John Breen et Mark Teeuwen, A New History of Shinto, Malden et Oxford, Blackwell Publishing, , p. 67-128.
  • Hieizan Rekishi no Sampomichi, Kōdansha, 1995 (ISBN 4-06-198105-6).

Articles connexes

Lien externe

  • Portail du Shinto
  • Portail de la préfecture de Shiga
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.