Hobopok

Hobopok, pseudonyme de Jean-Christophe Dalléry, est un illustrateur et dessinateur de bande dessinée français, né en 1966 à Saint-Étienne.

Hobopok
Jean-Christophe Dalléry lors d'une soirée consacrée à la revue littéraire Kanyar, en à Paris.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Jean-Christophe Dalléry
Pseudonyme
Hobopok
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Biographie

Né en 1966 à Saint-Étienne, Jean-Christophe Dalléry séjourne sur l'île de La Réunion à l'occasion de son service national. Il y collabore au Cri du Margouillat, un magazine de bande dessinée et d'informations satiriques local, sous le nom de plume d'Hobopok[1], peut-être inspiré de Новороссийск, le nom en langue russe de la ville de Novorossiisk. Il y publie le strip satirique Le Temps béni des colonies, qui relate les aventures teintées de sado-masochisme d'un colon blanc, Bwana, et de son esclave noir, Coco. Ces strips ont été recueillis en 1998 dans un album publié à La Réunion aux éditions Centre du Monde, réédité en 2012 dans une nouvelle version[2].

Chez le même éditeur, Hobopok a plus tard participé aux albums collectifs Marmites créoles en 2010[3],[4], Musiques créoles en 2011[5],[6] et Légendes créoles en 2013. Depuis 2012, il s'occupe en outre de la direction artistique de la collection de bande dessinée africaine L'Harmattan BD dirigée par Christophe Cassiau-Haurie aux Éditions L'Harmattan.

En 2009, il co-traduit de l'afrikaans, avec Catherine du Toit, la BD Rats et chiens de Conrad Botes, qui parait chez Cornélius[7].

Jean-Christophe Dalléry a également collaboré notamment à Nord Éclair à Roubaix, à La Vie financière à Paris ou encore à Cambodge Soir à Phnom Penh.

Il participe dès 2013 à la revue littéraire Kanyar en publiant dans le deuxième numéro la nouvelle Borussia Daressalam. Il participe également à la revue Le Cri du Margouillat et il en est aujourd'hui le maquettiste[1].

Références

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la bande dessinée francophone
  • Portail de La Réunion
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.