Hot pants

Le terme Hot pants (ou hotpants ou encore booty shorts) est un néologisme des années 1980/90 données aux variantes très courtes et plus provocantes héritées de l'âge d'or des années 1970[1],[2] du vêtement appelé short[3].

Pour les articles homonymes, voir Hot Pants (musique).
Une Dallas Cowboys Cheerleaders portant un type de hotpants (2011)

Historique

À ses débuts, le short ressemble aux bermudas actuels[4] puis il va progressivement se raccourcir et devenir minimaliste au gré des modes et de sa fonction de vêtement de sport, de loisirs ou de séduction[5]. « Less is more… » le vêtement short féminin prend alors peu à peu la dénomination de hot pants[6] ou booty shorts dans ses variantes les plus courtes[7].

D'autres synonymes de cette variante du short court suivront comme short shorts[8], ou daisy dukes[9] (une variante en denim). Le terme de Daisy Duke fut donné en référence au personnage du nom, dans la série populaire Shérif, fais-moi peur (1979) ou Catherine Bach exhibait ses jambes interminables dans un minuscule pièce de Jeans taillée en un très court short[10],[11].

Dans ses versions les plus extrêmes, le hot pants aboutit au minishort[10], micro short ou skimpy short qui finit par ressembler à un article de lingerie. Il est cependant porté comme un vêtement à part entière[12]. Une norme populaire conduit à classifier comme skimpy short les shorts de moins de 2 pouces (0 à cm maxi) d'entrejambe[N 1].

le knockout shorts est une version légèrement plus longue du hotpants.

Émergence de la mode des hot pants

Dès 1949, Silvana Mangano s'affiche à l'écran en short court dans Riz amer, faisant d'elle immédiatement un sex-symbol[15].

Marlène Dietrich revendique l'invention du hot pants avant l'heure : Lors d'une soirée d’ouverture du cirque Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus en au Madison Square Garden à New York avec un grand nombre de vedettes et autres célébrités de l'époque, Marlène fut promue au rang de maitresse de la cérémonie. Dans l'intention d'attirer l'attention sur ses jambes légendaires, elle conçut une tenue dont elle dira quelques années après[16],[17]: «J’ai inventé le mini-short, qu'on appellera plus tard le « hot pants »[N 2].

À la fin des années 1960, l'industrie de la mode tente de promouvoir en vain la jupe midi ou jupe mi-longue en remplacement à la mode de la minijupe[18] mais également la « micro-minijupe »[10]. Contrairement à l'accueil tiède de la jupe midi, les acheteuses adoptent avec enthousiasme l'idée du short très court[19]. Eleanor Lambert[20] attribue à Mariuccia Mandelli de la marque italienne Krizia la création du premier « hot pants » en 1970. Mais c'est le magazine Women's Wear Daily, qui en 1970, donne le nom de « hot pants » à ces shorts très courts[10] afin de décrire les créations de Dorothée Bis[20].

Les hotpants, sont selon diverses sources, également crédités à Mary Quant, qui les auraient promus dès la fin des années 1960[21],[22],[23]. Ils sont quelque part l'héritage de la mini jupe qui raccourcissait année après année[10]. De nombreux stylistes occidentaux ont produit leurs propres versions de hotpants à tous les prix, y compris Yves Saint Laurent, Valentino, Halston ou Betsey Johnson[19]. Courrèges ou Dior en incluent même dans leurs défilés[10].

Les hotpants sont alors disponibles pour les femmes, les hommes et les enfants, mais ce short très court est essentiellement portés par les femmes. Jacqueline Kennedy Onassis achète un hotpants pour faire du bateau, tandis qu'Elizabeth Taylor, Raquel Welch et Jane Fonda figurent parmi les autres grands images de cette mode sexy. Les short court étaient également portés par des hommes tels que David Bowie dans sa vague Glam Rock, Sammy Davis Jr. ou Liberace[24]. Les shorts courts pour hommes (équivalent des hotpants féminins) étaient significativement plus longs que les versions pour femmes, mais restent plus courts que les short usuels de l'époque.

La chanson de James Brown disant « Hot Pants - She Got to Use What She Got to Get What She Wants » (« elle doit utiliser ce qu'elle a pour obtenir ce qu'elle veut »), sortie en , est selon son tromboniste Fred Wesley, inspirée par les femmes de toutes couleurs portant ce type de vêtement au Black and White Club de Bruxelles[25]. Cette chanson donne la popularité au terme « hot pants »[10]. Portés en différentes matières telles la laine, le cuir, le jeans ou le satin brillant[10], les hot pants préfigurent la mode disco. À la fin des années 1970 est présente sur les écrans Linda Carter dans le rôle de Wonder Woman ; avec son short et ses bottes rouges, elle devient l’icône du XXe siècle en ce qui concerne les hot pants[15].

Dans les années 1980, les hot pants sont portées par les rappeuses[10]. La décennie voit apparaitre toutes sortes de matières synthétiques qui permettent de réduire encore la taille des shorts jusqu'à l'extrême. Pourtant, durant ces années là, les shorts très courts ne sont plus vraiment dans la tendance et il faudra attendre la fin des années 1990 pour voir leur retour[15] lorsque le short court sert à habiller le personnage de Lara Croft[10].

Depuis les années 2000

En 2000, Kylie Minogue portait un short hotpants en lamé or très remarqué dans son clip vidéo pour Spinning Around[15],[10], ce qui a focalisé l'attention des médias sur ce vêtement[26],[27]. Cette tenue de scène a été offerte[28] par Kylie Minogue à la Performing Arts Collection du musée des arts de la scène (Arts Centre Melbourne) de Melbourne, où elle est décrite comme « l'un des éléments les plus identifiables de la culture populaire contemporaine »[29].

Les hotpants, également appelés booty shorts, continuent de gagner en popularité jusque dans les années 2010 où ce vêtement est même vu porté par des tètes couronnées[30]. Ce short dont la connotation sexy peut causer débat, reste pour autant l'apanage de contextes particuliers, tels que South Beach à Miami et Venice Beach, à Los Angeles, dont les environnements beach-to-bar (i.e. même tenue pour aller de la plage aux bars) suggèrent des dress codes uniques[19].

Du symbole libertaire à l'uniforme

Au-delà d'une certaine pudeur franchie, les hot pants restent l'objet d'une « féminité affirmée », montrant jambes longues et preuve d'une volonté de séduire[15]. De l’emblème d'une liberté extrême héritée du mouvement hippie (la liberté du corps ou body freedom) de la fin des années 1960, le hotpants a été détourné en uniformes portés d'abord par les pom-pom girls[31],[32] et les artistes-interprètes (Claudettes)[33],[34], et immédiatement après dans certaines industries de services, jusqu'à être considéré dans les années 2010 comme un argument touristique lorsqu'il fait partie de l'uniforme officiel de la police de Brummana au Liban[35],[36].

La compagnie aérienne américaine Southwest Airlines[37] devient célèbres pour l'uniforme des hotpants de leurs hôtesses (surnommées les « Love Birds »[N 3]) dans les années 1970[10], comme l'indiquait dans la campagne le slogan « Quelqu'un d'autre qui vous aime »[38].

Controverses et interdictions

Le hot pants est devenu l'une des tenues courantes d'étudiantes[39] de nombreuses universités américaines (en Floride particulièrement mais également au Texas...) ou elles constituait initialement l'une des pièces maitresses des uniformes des pom-pom girls ou cheerleaders de l'équipe sportive universitaire, mais le hotpants est rapidement devenu l'une des tenues de prédilection pour assister aux cours. Cette liberté de mœurs est largement débattue[40],[41] au sein de la communauté étudiante[42]. La tendance s'est propagée à l'Europe[43] et à l'Asie, renforçant le débat entre liberté individuelle et uniforme scolaire imposé. Récemment la Chine à formulée une interdiction de ce type de tenue considérées comme trop suggestives[44].

Notes et références

Notes

  1. « Like many fashion fads, the skimpy shorts (maximum inseam of two inches) were not destined to become a mainstay, despite how on-trend they were initially »
  2. « “I invented the short pants later known as ‘hot pants.’" (Marlène Dietrich) »
  3. « Southwest expanded throughout the country with daring marketing campaigns and a now-dated image of flight attendants dressed in hot pants and go-go boots » (Southwest allait à la conquete de tout le pays avec ses campagnes marketing osées et audacieuses et une image [même si désormais obsolète] d'hôtesses vêtues [à la pointe de la mode de l'époque] en hot-pants et en bottes)

Références

  1. https://www.thelocal.it/20151208/the-hottest-hotpants
  2. https://flashbak.com/she-wears-short-shorts-55-images-from-the-golden-age-of-hotpants-367548/
  3. I. Willis Russell et Mary Gray Porter, Fifty Years Among the New Words: A Dictionary of Neologisms 1941–1991, Cambridge University Press, , 167–8 p. (ISBN 9780521449717, lire en ligne), « Among The New Words »
  4. Scavini, « Oui aux hommes en culotte courte », Le Figaro Magazine, semaine du 1er juillet 2016, page 91.
  5. https://www.vintag.es/2017/12/hot-pants-of-1970s.html
  6. http://www.fashionencyclopedia.com/fashion_costume_culture/Modern-World-Part-II-1961-1979/Hot-Pants.html
  7. https://www.dailymail.co.uk/femail/article-1294753/Shorts-story-Forget-hot-pants--tailored-shorts-seasons-elegant-wardrobe-have.html
  8. https://www.thevintagenews.com/2018/10/10/hotpants/
  9. http://www.indiamarks.com/what-are-daisy-dukes/
  10. Harriet Worsley, 100 idées qui ont transformé la mode100 ideas that changed fashion »], Paris, Seuil, , 215 p. (ISBN 9782021044133), « Le minishort », p. 156 à 157
  11. (en) https://i-d.vice.com/fr/article/bjmvg8/une-brve-histoire-du-short-en-jean-de-patti-smith-motrhead
  12. (es) https://www.vogue.es/moda/tendencias/articulos/hot-pants/7096
  13. https://mg.co.za/article/2008-03-05-chinese-cheerleaders-confront-tradition-in-hot-pants
  14. https://www.independent.co.uk/news/world/asia/miniskirts-hotpants-ban-china-university-hunan-agricultural-university-uniform-students-a8362571.html
  15. Antonio Mancinelli (dir.), Fashion Box : les icônes de la mode, Éditions du Chêne, , 480 p. (ISBN 978-2812304262), « Hot Pants », p. 182 à 211
  16. https://full-english-books.net/english-books/full-book-blue-angel-read-online-chapter-43
  17. https://books.google.fr/books?isbn=1461624215
  18. (en) Audrey Smaltz, « HotPants, Or 'Knockout-Shorts', Worn By Sexy, Proud Women! », Johnson Publishing Company, , p. 42–43 (lire en ligne)
  19. (en) Jennifer Grayer Moore, Fashion Fads Through American History: Fitting Clothes into Context, ABC-CLIO, , 68–71 p. (ISBN 9781610699020, lire en ligne)
  20. Eleanor Lambert, World of fashion: people, places, resources, New York, R. R. Bowker Co, , 53, 132 p. (ISBN 9780835206273, lire en ligne)
  21. « Historical Dictionary of the Fashion Industry », Scarecrow Press (consulté le 8 mai 2017)
  22. Katy Werlin, Clothing and Fashion: American Fashion from Head to Toe, ABC-CLIO, (ISBN 9781610693103, lire en ligne), « Hot Pants », p. 160
  23. Louise Hamer et Stella Blum, Fabulous Fashion 1907–67: Exhibition from the Costume Institute, the Metropolitan Museum of Art, New York, International Cultural Corporation of Australia, , p. 94
  24. (en) Gail Stewart, The 1970s, Lucent Books (ISBN 9781560065579), p. 66 :
    « By 1972, there were even a few adventurous men wearing hot pants, including singers David Bowie, Sammy Davis Jr., and Liberace, who wore a red-white-and-blue pair »
  25. (en) Fred Wesley, Hit Me, Fred: Recollections of a Sideman, Duke University Press, (ISBN 082238695X, lire en ligne), p. 138
  26. Benjamin Halligan, Edgar, Robert et Fairclough-Isaacs, Kirsty, The Music Documentary: Acid Rock to Electropop, London, Routledge, (ISBN 978-0-415-52802-3, lire en ligne), p. 228
  27. Matthew Ricketson, « Kylie's seat of power », The Sydney Morning Herald, Fairfax Media, (consulté le 13 décembre 2013)
  28. (en) https://www.dailymail.co.uk/news/article-5181475/Kylie-Minogues-hotpants-music-hall-fame.html
  29. « Kylie Minogue – Kylie Minogue Donates Famous Hot Pants To Australian Museum », Contactmusic.com, (consulté le 14 février 2014)
  30. (en) https://www.dailymail.co.uk/femail/article-1330410/Kate-Middleton-great-style--just-lose-yellow-hotpants.html
  31. (en) https://www.telegraph.co.uk/news/newstopics/howaboutthat/3073970/Cheerleaders-ditch-skimpy-outfits-after-complaints.html
  32. (en) https://www.dailymail.co.uk/news/article-2038225/Cheerleaders-forced-wear-shorts-t-shirts-skimpy-uniforms.html
  33. (en) https://www.wnyc.org/story/230996-hot-pants-short-happy-musical/
  34. (en) https://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-5959201/Fergie-flaunts-fantastic-legs-denim-short-shorts-hanging-son-Axl-park.html
  35. (en) https://www.dailymail.co.uk/news/article-5934177/Lebanese-mayor-orders-police-women-wear-black-mini-shorts.html
  36. (en) https://www.thesun.co.uk/news/6741731/lebanon-mayor-broummana-female-police-mini-shorts-attract-tourists/
  37. (en) https://www.cnbc.com/2019/01/03/southwest-airlines-founder-herbert-kelleher-dies-at-age-87.html
  38. (en) Drew Whitelegg, Working the Skies: The Fast-paced, Disorienting World of the Flight Attendant, NYU Press, , 48–49 p. (ISBN 9780814794074, lire en ligne)
  39. https://www.quora.com/Why-do-girls-women-wear-short-tight-clothing-What-is-the-psychology-behind-this
  40. https://books.google.fr/books?isbn=9061862272
  41. (en) https://www.standard.co.uk/news/world/university-student-told-off-for-too-short-shorts-strips-off-in-class-a3835696.html
  42. (en) https://www.quora.com/Is-going-to-college-in-hot-pants-short-pants-half-pants-body-revealing-dress-acceptable
  43. (en) https://www.swissinfo.ch/eng/society/school-dress-codes_-you-re-going-to-school--not-out-clubbing-/44190938
  44. (en) https://www.timesnownews.com/the-buzz/article/chinese-university-lifts-ban-girls-wearing-miniskirts-hotpants-in-library-apologises/230212
  • Portail de la mode
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.