Hugues Lagrange

Hugues Lagrange, né le à Bourg-sur-Gironde, est un sociologue français, directeur de recherche au CNRS[1].

Ne doit pas être confondu avec Pierre Lagrange.
Pour les articles homonymes, voir Lagrange.
Hugues Lagrange
Fonction
Directeur de recherche au CNRS
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Biographie

Il est le petit-fils de Léo Lagrange (Sous-Secrétaire d'État aux Sports et à l'Organisation des Loisirs dans les gouvernements du Front populaire de 1936 à 1938).

Après des études en économétrie à l'Université Paris X Nanterre, il poursuit ses études à Sciences Po Paris (1975-1977). En 1981, il soutient sa thèse de doctorat en sciences politiques intitulée Etiologie du mouvement des grèves en France: 1890-1975[2] qu'il a rédigé sous la direction de Frédéric Bon (1943-1987) le fondateur du département "Analyses quantitatives" au CERAT de l'IEP de Grenoble.

Il a passé sept ans au Centre de Recherche sur le Politique, l'Administration et le Territoire (CERAT) et à l’IEP de Grenoble, où il enseignait. Il est rattaché depuis 1989 à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) à Paris (Centre national de la recherche scientifique-FNSP), comme spécialiste de la délinquance des jeunes et des politiques pénales.

Il collabore à la revue de Sciences Humaines, Esprit, think-tank d'une nouvelle gauche, au rôle de « carrefour intellectuel ». Il est un des auteurs de la « République des Idées », collection du Seuil dirigée par Pierre Rosanvallon et Thierry Pech.

Le Déni des cultures

L'ouvrage paru en connaît un certain écho médiatique[3].

Hugues Lagrange part du constat statistique qu'il y a, parmi les « mis en cause » dans les procès-verbaux de police judiciaire (antérieurement à toute décision judiciaire donc, sachant qu'une personne suspectée est présumée innocente), une surreprésentation de jeunes personnes issues du Sahel africain, pour ensuite chercher les causes de ce phénomène[4]. En plus de l'influence de l'origine sociale, il estime que des différences culturelles (mais pas ethniques) expliquent cette situation. Selon lui, les familles de ces jeunes « mis en cause » sont en difficulté financière, sans formation et avec une appréhension très limitée de la culture du pays d'accueil, ce qui affecte les jeunes à travers leur socialisation familiale. Pour pallier ce problème, Lagrange préconise un accroissement des politiques d'intégration, notamment en favorisant l'éducation (il insiste particulièrement, dans ces cas-là, sur le rôle des mères avec lesquelles il faudrait, selon lui, « travailler en amont ») et en stoppant la ségrégation urbaine, ou ghettoïsation, ce phénomène ne permettant pas de gommer les différences culturelles. Il souhaite également la reconnaissance en tant que telles des minorités.

Selon le magazine Marianne, « ses conclusions vont à l'encontre de la grande majorité des travaux sur la banlieue, qui expliquent son délitement par des facteurs sociaux ». Pour cette raison, parmi ses collègues, « l'hostilité est majoritaire »[5].

En revanche, Odile Journet-Diallo ethnologue du Centre d'études des mondes africains réfute la notion de modèle sahélien qui ne « tient pas » car il n'implique aucune culture commune et unifiée, elle reproche aussi le seul usage de l'outil statistique[6][source insuffisante].

Bibliographie

Ouvrages

  • Les maladies du bonheur, Paris, PUF, 2020
  • En terre étrangère : vies d'immigrés du Sahel en Ile-de-France, Paris, Gallimard, 2013
  • Le déni des cultures, Paris, Éditions du Seuil, 2010
  • L’épreuve des inégalités, PUF, coll. « Le Lien social », 2006
  • avec Marco Oberti (dir.), Émeutes urbaines et protestations, Presses de Sciences Po, coll. « Nouveaux débats », 2006
  • Demandes de sécurité, Paris, Seuil, coll. « République des idées », 2003
  • De l’affrontement à l’esquive : violences, délinquances et usages de drogues, Paris, Syros, 2001
  • Les adolescents, le sexe et l’amour, Paris, Syros, 1999
  • avec B. Lhomond (dir.), L’entrée dans la sexualité, La Découverte, 1997
  • La civilité à l’épreuve, PUF, 1995

Rapports de recherche

  • Enquête sur les risques urbains, Rapport pour la Fondation MAIF et la ville d’Amiens, 2000, 131 p.
  • Absentéisme, conduites délictueuses et délinquance juvénile à Mantes la Ville et aux Mureaux, Rapport au GIP Droit et Justice, 2000, 101 p.
  • La déscolarisation dans le Mantois, Rapport de recherche pour la DIV, 2002, 85 p.

Articles (sélection)

  • Avec Lincoln Quillian, "Socioeconomic Segregation in Large Cities in France and the United States", Demography, vol. 53, n° 4, 2016, p. 1051-1084. 
  • « Réponse à Didier Fassin », Revue française de sociologie, 2011
  • « Réussite scolaire et inconduites adolescentes : mixité et capital social », Sociétés contemporaines, 2010
  • « Émeutes, ségrégation urbaine et aliénation politique", Revue française de science politique », n° 58 (3), 2008, p.377-401
  • avec Nicolas Herpin, « La victimation de proximité, les précautions et la peur. Étude sur la cohésion sociale de voisinage », Revue économique, n° 56 (2), 2005, p.285-312
  • « Crime et conjoncture économique », Revue Française de Sociologie, 42-1, 2001.

Liens externes

Notes et références

  • Portail de la sociologie
  • Portail de la Gironde
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.